La résine végétale est un produit sécrété par des végétaux dits « résineux », comme les sapinssapins ou les pins, qui peut être comptabilisé comme produit forestier.

Pins maritimes (<em>Pinus pinaster</em>) dans les Alpes Maritimes. © JLPC, <em>Wikimedia commons,</em> CC by-sa 3.0

Pins maritimes (Pinus pinaster) dans les Alpes Maritimes. © JLPC, Wikimedia commons, CC by-sa 3.0

La résine est semi-fluide et insoluble dans l'eau et dans l'étheréther. La résine végétale est utilisée dans la fabrication des résines industrielles dans l'industrie du plastiqueplastique. La résine du pin maritime, la gemme, récoltée lors du gemmage, fournit l'industrie chimique en essence de térébenthine (20 %) et  colophane (80 %).

Image du site Futura Sciences

Sous le terme de résines se regroupent plusieurs produits naturels : (nous ne parlerons pas ici des résines synthétiques)

1 - Le succin ou ambre jauneambre jaune est la résine fossile qui nous provient de France, d'Angleterre et de Scandinavie. Cette résine est solidesolide et transparente, d'un beau jaune et comportant des veines qui la rend un peu opaque. Comme le copal, il faut chauffer cette résine pour la faire fondre.
2 - Le colophane ou arcanson n'est pas une résine naturelle, mais bien le produit du traitement de résineux. C'est le résultat de la distillationdistillation de la térébenthine.  Le résidu solide de la distillation contient des matièresmatières diverses, dont la colophane.
3 -  La résine de Dammar est secrétée par les arbresarbres d'Australie et de la Nouvelle-Zélande, surnommé damara, ils appartiennent à la famille des conifères. La couleurcouleur passe du presque transparenttransparent au jaune.  Il est soluble dans l'alcoolalcool bouillant et les huiles essentielleshuiles essentielles.
4 - La sandaraque est un produit du Callistris articulata ou thuya articulata qui croit en Algérie et au Maroc. En allant du Nord de l'Algérie vers le Sud on traverse différents paysages. On distingue suivant les tranches pluviométriques :

-- 1200 - 1800 mm, l'étage per humide, zones restreintes de superficies ne dépassant pas 300 ha , situées au coeur de l'Atlas avec des espèces endémiquesendémiques très rares comme Abies numidica (le sapin de Numidie) et Populus tremula (le trembletremble) et des forêts à cèdre (Cedrus atlantica) et chêne liège.
-- 900 - 1 200 mm, l'étage humide, Nord-Est, dominé par les forêts à Cedrus atlantica et différentes chênaies.
-- 600 - 900 mm, l'étage subhumide, la partie septentrionale d'Ouest en Est de l'Atlas avec les forêts à Quercus rotundifolia et Pinus halepensis
-- 400 - 600 mm, zone semi-aride avec les forêts, maquismaquis et mattorals des sommets et versants Nord de l'Atlas saharien. Quercus rotundifolia, Callitris articulata (le thuya) et l'olivier-lentisque sont les plus représentés au Nord Ouest, Pinus halepensis en altitude.

On voit que l’Algérie a plusieurs conifères autochtones, ce qu’on aurait tendance à oublier !


Callistris articulata

5 - Le baumebaume du Canada vient du sapin baumier.  Sous forme de liquideliquide mielleux , il est extrait des petites excroissances du tronc.

6 - Le copal comprend un grand nombre de variétés de résines.  C'est la résine la plus utilisée pour la fabrication des vieux vernisvernis.  Généralement il provient de trois familles différentes : des légumineuseslégumineuses, des éloecarpées et des conifères. Ces végétaux poussent aux Indes, en Afrique, en Amérique et en Australie. On distingue les copals en trois classes :

- le copal dur qui fond vers 350 °C,
- le copal semi-dur qui fond entre 150 °C et 200 °C et
- le copal tendre qui lui fond vers 100 °C

La pinène, un des produits de ces résines, est un monoterpène. Elle est connue pour ses propriétés antiseptiqueantiseptique. Présente dans de nombreuses plantes, comme la menthe, la lavandelavande, la sauge, le gingembregingembre et l'essence de térébenthine, d'où son nom !

Alpha pinène

Alpha pinène

Cette moléculemolécule réagit vivement avec l'iodeiode parce que l'addition de cet halogènehalogène à la double liaison C = C entraîne un réarrangement du squelette carboné qui permet au substratsubstrat organique de soulager sa tension de cycle.

La réaction découverte par James Herriot, de l'α-pinène (C10H16) avec l'iode est exothermiqueexothermique et provoque la sublimationsublimation de l'iode.

La molécule d'α-pinène existe dans la nature mais on la prépare chimiquement par l'action d'un acideacide sur l'α-pinène, ce qui le transforme en α-terpinéol (C10H18O), constituant majoritaire de l'essence de pin et la molécule responsable de l'odeur du genièvre...

Les terpènesterpènes sont des dérivés de l'isoprène C5H8 et ont pour formule de base (C5H8)n. L'isoprèneisoprène peut être considéré comme l'une des «  briques » de constructionconstruction préférée de la nature. On peut aussi mettre le carotènecarotène dans cette famille.

Le gemmage : Ce paragraphe est volontairement bref, à lire sur notre site : "Région Aquitaire : le gemmage" :
http://www.futura-sciences.com/fr/comprendre/dossiers/doc/t/geographie/r/aquitaine/d/region-aquitaine-le-gemmage_264/c3/221/p1/

L'exploitation de la gemme de pin date de l'antiquité. Dans le sud-ouest de la France, les Gascons, venus s'occuper des travaux de fixation des dunes, perpétuent cette pratique. La récolte de la résine va durer jusque vers 1970.

Le pin des Landes

On ne voit en passant par les Landes désertes,
Vrai Sahara français, poudré de sablesable blanc,
Surgir de l'herbe sèche et des flaques d'eaux vertes
D'autre arbre que le pin avec sa plaie au flanc ;
Car, pour lui dérober ses larmeslarmes de résine,
L'homme, avare bourreau de la création,
Qui ne vit qu'aux dépens de ce qu'il assassine,
Dans son tronc douloureux ouvre un large sillon !

Sans regretter son sang qui coule gouttegoutte à goutte,
Le pin verse son baume et sa sève qui bout,
Et se tient toujours droit sur le bord de la route,
Comme un soldat blessé qui veut mourir debout.

Le poète est ainsi dans les Landes du monde ;
Lorsqu'il est sans blessure, il garde son trésor.
Il faut qu'il ait au cœur une entaille profonde
Pour épancher ses vers, divines larmes d'or !

Théophile Gautier (1811-1872), Espana

Le principe consiste à ouvrir une blessure entretenue dans l'arbre. Le pin réagit par un écoulement de résine que l'on recueillait dans un pot en terreterre cuite. Les arbres éliminés lors des éclaircies sont gemmés à "mort. On attend que le tronc atteigne 30 cm avant de placer les pots et on travaille sur un cycle de cinq ans.

Gemmage

Gemmage

A partir du premier mars, le résinier peut piquer l'arbre en utilisant une petite hache. La résine se met à couler, mais au contact de l'airair elle cristallise. Le résinier est donc obligé de rouvrir la blessure. Lorsque les pots sont pleins, les femmes viennent récolter, en transvasant des pots de gemmesgemmes dans des bidons en tôle, des "escouartes", puis dans des barriques qui sont expédiées à la distillerie. Il y a cinq récoltes par année de gemmage, la dernière en novembre. Dès 1950, la projection d'acide sulfuriqueacide sulfurique dans la plaie, augmente la récolte de 20%. Par an un pin produisait 1,6 litre, jusqu'à 2 litres de résine.

L’ambre

Il en existe deux sortes que l'on a souvent confondues, à tort, car ils sont totalement dissemblables.

- L'ambre gris est constitué par des concrétionsconcrétions cireuses de divers cétacés, (en particulier le cachalotcachalot). Il a une légère odeur de musc et fond rapidement ; on le trouve, flottant sur les eaux, dans l'océan Indien, ou près des côtes d'Espagne. L'ambre gris, qui se conserve assez mal, était utilisé dans la fabrication de parfums, et la pharmacopée.

- L'ambre jaune se trouve en Espagne, Italie, Sicile, Liban, Sibérie, Chine (Yunnan et Chen-si) Sud de la Russie mais surtout sur les rives de la mer Baltique : baie de Gdansk (Pologne) et dans la région de Kaliningrad (Russie).
Il y a 40 millions d'années, les régions du centre et du nord de l'Europe étaient couvertes de forêts au sein desquelles se trouvaient de nombreux ancêtres de nos pins et épicéas ; 10 millions d'années plus tard, ces forêts furent en parties englouties par les eaux. Ceci explique que le littoral de la Baltique soit riche en ambre, une résine fossilisée, dans laquelle divers insectesinsectes, arachnidesarachnides,... attirés par son odeur en sont restés prisonniers, comme ont pu être inclus par dépôt, des feuilles, boisbois, pollenspollens, plumes,... Puis, suivant un processus long, pas bien élucidé, la résine se transforme en ambre... La résine fossilisée devient minéralminéral qui est facile à tailler et séduit par sa couleur et son éclat.

Les hommes ont toujours été fascinés par l'ambre auquel ils ont très tôt, attribué des pouvoirs magiques, quasi divins. L'analyse chimique a montré que la majorité de l'ambre du monde méditerranéen provenait de la Baltique.
Dès l'âge de pierre il fut utilisé dans un but décoratif et curatifcuratif et fit l'objet, durant l'Antiquité d'un commerce important. En Europe, on le trouve dès le Néolithique, mais il est surtout abondant à l'âge du bronzebronze, par exemple les sites Mycéniens de la Grèce ont livré de l'ambre en abondances.

Commerce romain

Commerce romain

On a retrouvé en grande partie les routes de l'ambre de la Baltique qui traversaient Pologne, Allemagne, Yougoslavie,... A l'autre bout du monde antique, l'ambre est mentionné dans les textes Chinois à l'époque des HAN deux siècles av. notre ère. Il provenait, semble-t-il de la Baltique et passait par la Russie et le CachemireCachemire avant de parvenir en Chine.

Le commerce à longue distance, pratiqué par les Romains, perdure au cours des premiers temps mérovingiens. L'ambre jaune est recueilli sur la côte du Jütland et en Pologne. La soie est venue de Perse et de Chine. MétauxMétaux, pierres précieusespierres précieuses et bijoux proviennent aussi de pillages qui accompagnent les guerres ! Ils peuvent être refondus, utilisés comme matière première par les artisans.  À partir du VIIe siècle, l'expansion du monde islamique modifie les voies commerciales.