Planète

La civilisation du thuya géant, le «red cedar»

Dossier - Tout savoir sur les conifères
DossierClassé sous :botanique , bois , pin

-

Ces arbres font partie des gymnospermes qui produisent des graines nues non enfermés dans un fruit. Leur habitat se situe majoritairement dans les régions froides et tempérées. Nous allons regarder, dans ce dossier, quelles sont les spécificités de ces arbres, quelles différences il y a entre eux et ce qu'on appelle les feuillus, les types de conifères que l'on trouve chez nous, quelles sont leurs utilisations et leur maladies mais aussi nous verrons qu'ils sont à la base de certaines civilisations en particulier dans l'ouest américain, chez les indiens de la côte.

  
DossiersTout savoir sur les conifères
 
Le cèdre « Kalaloch » dans Olympic National Park. © Rachel the cat, Wikimedia commons, CC by-sa 2.0

Cette espèce est originaire des régions occidentales d'Amérique du Nord, depuis le sud de l'Alaska et la Colombie-Britannique jusqu'au Nord de la Californie. On le trouve aussi dans l'intérieur du continent jusqu'à l'Ouest du Montana.

Thuya géant ou red cedar

C'est un des arbres parmi les plus répandus dans les régions du Nord-Ouest pacifique de l'Amérique du Nord, où il est le plus souvent associé au sapin de Douglas (Pseudotsuga menziesii) et au tsuga de l'Ouest (Tsuga heterophylla). Le thuya géant pousse non seulement dans les forêts luxuriantes, mais c'est aussi une espèce ripicole, que l'on trouve sur les rives des cours d'eau et aussi dans les forêts marécageuses dans son aire d'origine.

Détail de red cedar

C'est une espèce d'ombre, capable de se reproduire sous une ombre épaisse.

L'espèce a été introduite dans toutes les régions tempérées, notamment dans l'Est des États-Unis, en Europe occidentale, en Australie (au moins jusqu'à Sydney vers le Nord) et en Nouvelle-Zélande.

Il est, avec le yellow cedar ou Chamaecyparis nootkatensis qui est un cyprès,  l'élément principal de toute une civilisation des Indiens de la Rain Forest sur la côte ouest de l'Amérique du Nord.

Les embarcations autochtones au Canada : Les constructeurs de bateaux amérindiens et inuit ont produit de nombreux types de pirogues en bois, de canots d'écorce et de bateaux en peau, tous conçus à des fins précises et pour des conditions particulières. Cette sélection d'embarcations autochtones des collections du Musée canadien des civilisations témoigne de la créativité et de l'habileté des constructeurs amérindiens et inuit.

Parmi d'autres types d'embarcation : les kayaks, les umiaks, les canots d'écorce, les pirogues.

Les tributs indiennes du nord ouest utilisaient surtout des pirogues monoxyles en bois de thuya ou de cyprès, très décorées souvent.

Motifs Tlingit le corbeau et le dauphin

Les mêmes bois étaient utilisés pour les maisons, les totems, les masques, les coffres etc.

Pour les paniers, ils tissaient des herbes et faisaient de même pour boire : les gobelets sont en herbe tissée tellement serré que c'en devient suffisamment imperméable pour boire : on trouve des exemplaires de ces gobelets au Musée de Vancouver...

- Ils utilisaient le tronc pour les pirogues et les maisons, les branches aussi suivant leur diamètre et leur forme.
- Ils utilisaient l'écorce, qu'ils partageraient en lanières et en faisaient des paniers rectangulaires liés avec des ficelles ou des cordes faites elles aussi d'écorce.

Les "fils" en étaient si fins qu'on en faisait des pèlerines pour ce protéger de la pluie et protéger les cargaisons des pirogues dans ce pays où il pleut  presque 300 jours par an ! Ce n'est pas pour rien que ça s'appelle la "rain forest ". On faisait aussi des voiles avec ces écorces chez certains peuples de cette région. Comme l'écorce on utilisait encore les « branchelettes » qui sont de très petits rameaux fins qui pendent le long des branches de ces arbres. On utilisait de même les racines.