Sciences

Caral, une prodigieuse civilisation anéantie et oubliée

ActualitéClassé sous :Homme , Civilisation de Caral , El Nino

-

Une des plus anciennes, mais aussi des plus imposantes civilisations d'Amérique, a disparu brutalement il y a 3.600 ans. Pourquoi ? A cause des effets conjugués d'un tremblement de terre et de El Niño, affirment des scientifiques.

Pyramides de Caral. Crédit : Håkan Svensson Xauxa (GNU Free Documentation License)

Puisant sa source au XXXe siècle avant J-C, la civilisation dite de Caral, aussi appelée de Norte Chico, est considérée comme la plus ancienne du continent américain. Etablie sur la côte Pacifique, au pied de la Cordillère des Andes, sur l'actuel Pérou, elle doit son nom à un site archéologique important situé à 180 kilomètres au nord de Lima. Postérieure à la civilisation de Sumer (4.000 à 3.000 av. JC), contemporaine de la construction des grandes pyramides d'Egypte, la civilisation de Caral précède les Olmèques (1.200 à 500 av. JC).

Sa principale caractéristique est certainement son architecture monumentale tout en relief, formée de plateaux surélevés et de places circulaires creuses. Parmi les constructions de la quarantaine de sites identifiés jusqu'à présent, les archéologues ont découvert divers instruments de musique, ainsi que plusieurs indices faisant penser que cette civilisation maîtrisait la fabrication du textile, des drogues, et peut-être même de différents aphrodisiaques. On n'y découvre cependant aucune trace de céramique ni de poteries, pas plus que d'œuvres d'art.

A l'instar de bien d'autres civilisations, Caral a construit des pyramides, qui se dressent sur une surface de 65.000 mètres carrés et dont la plus grande mesure à sa base 150 x 160 mètres pour une hauteur de 18 mètres, le sommet étant plat et recouvert d'un amphithéâtre dont les gradins peuvent contenir plusieurs centaines de personnes. La population, estimée à une dizaine de milliers de personnes, avait mis au point un vaste réseau d'irrigation et cultivait du coton ainsi que divers légumes et fruits, et vivait aussi du produit de la pêche.

Une civilisation anéantie en quelques générations

L'âge d'or de Caral a duré largement plus d'un millénaire, jusqu'aux environs du 18e siècle avant notre ère.  Il n'a pourtant fallu que quelques générations pour qu'elle disparaisse... Rien, sur le terrain, ne fait penser à un massacre ou à une quelconque violence de la part d'un peuple n'ayant apparemment jamais construit d'armes de guerre.

La solution de l'énigme vient peut-être d'être apportée grâce à une étude conduite par une équipe de recherche de l'université de Floride et de l'Institut des changements climatiques de l'université de Maine, récemment publiés dans les Annales de l'Académie américaine des Sciences (AAAS).

Pour Mike Mosseley, l'un des auteurs de cette étude, l'extinction de cette civilisation aurait été provoquée par l'action conjuguée d'un violent tremblement de terre et du phénomène météorologique El Niño. Selon le chercheur, Caral se situe à proximité de la zone de friction entre deux importantes plaques tectoniques, ce qui en fait une des zones les plus sismiques de la planète. Il y a environ 3.600 ans, un important séisme de magnitude 8 ou même plus a non seulement entraîné la destruction d'une bonne partie des constructions intégrées aux pyramides, mais a aussi déstabilisé la chaîne de montagnes qui domine la vallée, entraînant l'accumulation d'éboulis en contrebas.

A la suite de l'épisode El Niño, d'abondantes pluies saisonnières ont inondé les régions côtières du Pérou, lessivant les débris rocheux en les entraînant vers l'océan dont les marées les ont ensuite rejetés sur les côtes, formant ce qui est devenu aujourd'hui une grande crête de sable nommée Medio Mundo. Isolées, les baies ouvrant autrefois accès à la mer se sont ensablées, ruinant les systèmes d'irrigation et les vastes étendues agricoles faisant vivre toute la civilisation de Caral.

Privée de ses ressources, celle-ci s'est alors mise à décroître puis s'est complètement éteinte en l'espace de quelques générations. « La fin de cette civilisation pourrait servir de conte moral pour notre époque, notamment en ce qui concerne les effets du phénomène El Niño sur le climat », conclut Mike Mosseley.

Cela vous intéressera aussi