Planète

Trois exemples de conifères

Dossier - Tout savoir sur les conifères
DossierClassé sous :botanique , bois , pin

-

Ces arbres font partie des gymnospermes qui produisent des graines nues non enfermés dans un fruit. Leur habitat se situe majoritairement dans les régions froides et tempérées. Nous allons regarder, dans ce dossier, quelles sont les spécificités de ces arbres, quelles différences il y a entre eux et ce qu'on appelle les feuillus, les types de conifères que l'on trouve chez nous, quelles sont leurs utilisations et leur maladies mais aussi nous verrons qu'ils sont à la base de certaines civilisations en particulier dans l'ouest américain, chez les indiens de la côte.

  
DossiersTout savoir sur les conifères
 
Paysage de montagne. © Wolfgang Moroder, Wikimedia commons, CC by-sa 3.0

1 - Le mélèze, un hôte particulier de nos montagnes.

Étymologie : du mot alpin "mel", miel. Son nom latin, Larix, vient de son nom gaulois. On le trouve dans les Alpes (1200-2400 m d'altitude) et les Carpates.

Forêt de mélèzes

Dans les forêts de montagne, ses racines vivent en symbiose avec des champignons qui fournissent des sels nutritifs et reçoivent des hydrates de carbone.

Cernes du mélèze

Les aiguilles du mélèze améliorent le sol, facilitant l'introduction d'autres espèces, comme l'Épicéa. Son tronc est droit et peut mesurer 1,5 m de diamètre. Les rameaux sont tombants. Le feuillage est peu dense et caduc (exception parmi les conifères). Les aiguilles sont groupées en bouquets de 20 à 40, sur des rameaux courts. Elles sont molles, vert clair, de 3 cm. On ne peut pas confondre le Mélèze avec le Cèdre du Liban :

- le rameau qui porte les aiguilles du cèdre est plus court,
- le port du cèdre est tabulaire.

Rameau et des cônes © Wikipedia

Les fleurs mâles, réunies en chatons ronds, sont jaunes, sessiles et pendantes, alors que les femelles, réunies en chatons solitaires, sont, au contraire, rouge vif et dressées.

Cônes de mélèze immatures

Les cônes sont bruns ovoïdes (3-4 cm) à écailles fines et pointues. La distinction entre Mélèze et Cèdre est certaine avec les cônes et les fruits (cône dressé de 8 cm du cèdre).

Son bois, imputrescible, est exploité pour fabriquer des bateaux, des charpentes, des poteaux, des bardeaux de toiture, des traverses de chemin de fer.

2 - Le pin maritime, cultivé, par exemple, en Aquitaine

L'objectif de l'amélioration génétique du pin est d'augmenter la production des forêts. En termes de génétique et de biologie, quatre éléments sont à la base de la sélection :

- l'espèce : unité de reproduction composée d'individus qui se reproduisent entre eux et dont les descendants sont féconds.
- les chromosomes qui portent les gènes.
- le génotype est le patrimoine héréditaire d'un individu. L'apparition du caractère est influencée par les conditions du milieu dans lequel l'arbre pousse.
- le phénotype désigne les propriétés visibles, l'expression du génotype selon les conditions du milieu.

Pinus pinaster pin maritime © Académie de Lyon

Quatre critères sont utilisés  pour améliorer les variétés de pin maritime :

- la vigueur (hauteur, diamètre, ...)
- l'adaptation au milieu (débourrement tardif, ...)
- les qualités technologiques (densité du bois, ...)
- les qualités morphologiques (branchaison, ...).

Les croisements de variétés de pin maritime pour la production de bois auront pour but de faire des arbres plus hauts et moins branchus.

Pinus nigra ©crdp Besançon

Les méthodes de sélection : 

- La sélection massale : les meilleurs phénotypes sont choisis, et reproduits par multiplication végétative (clones = individus identiques). Après une libre fécondation, les semences sont récoltées.
- La sélection familiale : la fécondation est libre ou contrôlée afin d'obtenir des familles. Des éclaircies « génétiques » sont ensuite effectuées pour conserver les meilleures.

- La multiplication végétative : elle consiste à pratiquer des bouturages sur des plants sélectionnés
- La reproduction sexuée : elle constitue le principal mode de reproduction. Les semences des variétés améliorées sont produites dans des vergers à graines.

Pinus cembro © crdp Besançon

Les vergers à graines sont des plantations de descendance sélectionnée ou de clones, isolées afin de limiter les pollinisations étrangères. Ces vergers sont spécialement gérés afin de récolter du matériel sélectionné et amélioré en quantité importante. Pour récolter les graines, ce sont des grimpeurs qui montent ramasser les cônes à la cime des arbres ou en bout de branches.

Pinus sylvestris © Wikipedia

Les récoltes de graines sélectionnées doivent se faire sous le contrôle d'un agent assermenté : un technicien du Service Régional de la Forêt et du Bois (SRFOB) pour la forêt privée, ou un technicien de l'Office National des Forêts (ONF) pour la forêt publique.

3 - L’épicéa, notre sapin de Noël traditionnel.

L'arbre de Noël regroupe plusieurs symboles : la lumière, les anges, les fruits des vergers, des champs, de la forêt. L'étoile qui brille à son faîte annonce la fin du voyage.

- Au XIe siècle, on présentait des scènes appelées Mystères, dont celle du Paradis fort populaire durant l'Avent. Garni de pommes rouges, un sapin symbolisait alors l'arbre du Paradis.
- Au cours du XVe siècle, les fidèles commencèrent à l'installer dans leurs maisons, le 24 décembre, jour de la fête d'Adam et Ève.

Toutefois, le premier arbre de Noël tel que nous le connaissons, mais sans lumière, serait apparu en Alsace en 1521. Il fut ensuite introduit en France par la princesse Hélène de Mecklembourg qui l'apporta à Paris en 1837, après son mariage avec le duc d'Orléans.
- Au XVIIIe siècle, la coutume du sapin décoré était déjà bien implantée en Allemagne, en France et en Autriche. 

- En 1841, le prince Albert (originaire d'Allemagne), époux de la reine Victoria, fit dresser un arbre de Noël au château de Windsor, en Angleterre. De la cour, la mode se répandit chez la bourgeoisie et chez les gens du peuple. À l'époque victorienne, un beau sapin de Noël devait avoir six hauteurs de branches et être posé sur une table recouverte d'une nappe de damas blanc. On le parait de guirlandes, de bonbonnières et de fleurs en papier.

Les divers éléments de son ornementation furent d'abord conçus à la maison, avant d'être produits en industrie.  Des variantes, tels les sapins artificiels, apparaîtront au tournant du XXe siècle.

Sa culture :

- Premier trimestre de l'année : nettoyage des plantations après la vente.
Plantations des plants de 3 à 4 ans : il faudra entre 5 et 10 ans d'entretien de les vendre.

Sapins de Noël

- Deuxième trimestre : entretien, taille pour donner une jolie forme aux arbres et favoriser leur développement. Protection des jeunes pousses contre les oiseaux. Contrôle de la pousse lors du débourrage.
- Septembre octobre : étiquettage à l'aide de rubans de couleur ce qui facilite le travail de coupe durant la saison de noël.
- Novembre et décembre : coupe et livraison dans des filets à mailles fines.

Epicea ou sapin rouge