Pont de bois. © Skeeze, Pixabay, DP

Pont de bois. © Skeeze, Pixabay, DP

Il y a le chauffage au boisbois dont nous reparlerons, les utilisations traditionnelles du bois et toutes les autres comme le montre le schéma suivant :

Pont en bois au Canada

Pont en bois au Canada

Nous allons nous arrêter à quelques exemples qui se rapportent à la chimiechimie, les bois utilisés ici sont essentiellement des pins (maritime, sylvestre etc.)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir<br /><a href="http://www.u-bordeaux1.fr/ipin/" target="_blank">Usages du pin document de l’Institut du pin</a>

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Usages du pin document de l’Institut du pin

1 - Les fibres de cellulose modifiée

Il est possible d'utiliser la cellulosecellulose extraite du bois et traitée chimiquement. Ces traitements permettent la fabrication de viscose qui pourra être utilisée dans la fabrication de tissus (rayonne), de films (cellophanecellophane) ou d'éponges dites végétales.

Inventée en 1884 dans l'Isère par le comte Hilaire de Chardonnet, la viscose est de la cellulose de bois remaniée par traitement chimique (la soudesoude rompt les liaisons hydrogèneliaisons hydrogène) et physiquesphysiques (régénération par extrusionextrusion à travers une filière et étirement). Ces techniques permettent d'obtenir des filaments (viscose) ou des couches minces (cellophane). La rayonne et la fibranne sont fabriquées avec des fils de viscose. Leur fabrication est, pour l'instant encore, source de pollution.

Tissu de viscose formant un ensemble très régulier (microscope électronique à balayage).

Tissu de viscose formant un ensemble très régulier (microscope électronique à balayage).

Entre 1927 et 1989, plus de 2000 ouvriers fabriquaient la viscose à Echirolles.
Entre expositions et rencontres, le musée de la Viscose témoigne de l'histoire industrielle et sociale des viscosiers.

2  - La térébenthine

Il s'agit au départ d'une oléorésine dont on va amoindrir plus ou moins le caractère gras. On en distingue différents types en fonction du végétal dont elle exsude :
- la térébenthine de Bordeaux, résine du pin maritimepin maritime, donne d'abord par purification puis distillationdistillation la très célèbre essence de térébenthine ainsi que la colophane.

- la térébenthine de Venise ou de Briançon, provenant habituellement du mélèze, parfois de certains pins

- la térébenthine du Canada

- la térébenthine de Chypre ou de Chio, provenant du térébinthe
- les oléorésines asiatiques utilisées dans la réalisation de certaines laques et d'autres substances naturelles.

3  - La colophane

C'est le résidu très acideacide et très friable de la fabrication de l'essence de térébenthine. La colophane peut changer d'aspect selon la destination :

- l'ébénisterie fine
- colophane de musicien pour l'entretien des archets. Il existe d'ailleurs plusieurs qualités de colophanes de lutheries. Le "grain" de la poudre créé par le frottement de l'archet est choisi en fonction de la taille des cordes de l'instrument.

Quelle que soit sa destination, il s'agit d'une résine tendre, diluable à froid dans l'essence ou l'alcoolalcool. Elle est brillante.

La colophane est extraite des conifères (pin) et peut provenir de la gomme, du bois ou du tall-oil. Elle présente l'avantage d'être peu coûteuse. Étant donné son acidité, elle subit en général des transformations pour être utilisée dans les encres. En effet, la colophane contient 90 % d'acides organiques - le principal étant l'acide abiétique et 10 % de composés neutres. Les colophanes sont utilisées dans les encres d'imprimerie sous forme dimérisée ou polymérisée, sous forme de résinâtes métalliques ou d'estersesters, ou en combinaison avec des résines alkydes.

Acide abiétique

Acide abiétique

L'ester de gomme, utilisé dans l'industrie des encres offset, est un ester de colophane, issu d'un polyol (glycérolglycérol ou pentaérythritol), soluble dans les hydrocarbureshydrocarbures aliphatiques, aromatiquesaromatiques et dans les huiles siccatives. Les formules des dérivés de la colophane sont spécifiées dans la figure, où R représente le résidu d'un acide de colophane.

4 -  L’éthanol

Le gouvernement du Canada a appuyé la production et l'utilisation de l'éthanol-carburant. Jusqu'à maintenant, les travaux ont porté sur les composants du véhicule et le circuit de distribution du carburant.

Actuellement, les travaux de recherche visent à accroître la durabilitédurabilité de la production d'éthanol. Le Canada est maintenant un chef de file mondial de l'élaboration de procédés qui permettent de convertir en éthanol les matièresmatières cellulosiques moins coûteuses, par exemple les déchetsdéchets agricoles et ligneux.

L'éthanol cellulosique est fabriqué à partir de déchets agricoles et ligneux, ainsi que d'arbresarbres à croissance rapide. La paille de bléblé, la canne de maïsmaïs, les déchets ligneux, le panic raide et le peuplier constituent autant de sources potentielles.

Les sous-produits végétaux servent à produire l'énergieénergie requise pour la fabrication de l'éthanol cellulosique.

Grâce à l'appui du gouvernement du Canada, la société Iogen Corporation à Ottawa, a construit la première et seule usine de démonstration à grande échelle, où les fibres de la biomassebiomasse sont converties en éthanol à l'aide de la technologie enzymatiqueenzymatique. (infos du site : Ressources naturelles du Canada)

5 - Le tall-oil

C'est une autre huile exploitée de différentes manières en imprimerie. Le tall-oil est un résidu de traitement des résineux lors de la fabrication de la pâte à papier de type "kraft" (au sulfate). Sa composition en triglycéridestriglycérides varie beaucoup suivant les résineux traités.

Composition de tall-oil en acides gras

- Oléique    22 à 55 %
- Linoléique    21 à 50 %
- Issus de colophanes  0 à 45 %
- Saturés    2 à 10 %

On notera les deux points suivants :

- l'huile de tall-oil contient des acides grasacides gras, oléiques et linoléiques, et colophanes, acides résiniques, semblables à ceux présents dans la gomme ou le bois et peut être distillée ou raffinée pour une utilisation dans les encres
- des esters de tall-oil sont utilisés dans des résines ou en additifs. 

6 - La nitrocellulose et le celluloïd

Composé à l'aide de nitre et de cellulose. Nitrate de cellulose. La nitrocellulose entre dans la fabrication du Celluloïd, du collodion et du coton-poudre. Quand on dit Celluloïd, on pense poupée....

Le Musée de la Poupée a ouvert ses portesportes en juin 1994, en plein coeur de Paris au fond d'une charmante impasse fleurie : environ 500 superbes poupées datant de 1800 à nos jours réalisées en porcelaine, en papier mâché, en composition, en tissu, en caoutchouccaoutchouc, en Celluloïd ou en matières plastiquesplastiques sont présentées sous forme de scènes de vie d'antan réalisées avec mobilier, accessoires, jouets de leur époque et à leur échelle
.

Poupées du Musée de la poupée parmi lesquelles on trouvera les fameux baigneurs en Celluloïd

Poupées du Musée de la poupée parmi lesquelles on trouvera les fameux baigneurs en Celluloïd

Le Celluloïd est un plastique ! Il s'agit de la toute première matière plastique artificielle, inventée par J.W. Hyatt à partir du nitrate de cellulose et du camphre. Facile à travailler et à colorer, douée de résistancerésistance et de résiliencerésilience, cette matière peut être utilisée de mille et une façons. Tous les objets obtenus avec le Celluloïd, sont fabriqués à partir de produits semi-ouvrés tels que plaques, feuilles, bâtons, tubes, rubans, pellicules. Le Celluloïd peut être scié, raboté, coupé, laminé, plié, percé, étiré, tourné, moulé par pressionpression, cousu, cloué, agrafé.

Il peut également être modelé en le chauffant simplement avec de l'eau chaude ou de l'airair chaud, ainsi que collé et décoré superficiellement. On ne peut par contre le soumettre à l'injection ou à la compressioncompression, ni le travailler à l'extrudeuse, car il se décompose aux températures nécessaires pour ces technologies.

Le Musée du Plastique Sandretto de Pont Canavese, Turin, Italie, à visiter aussi !