Sciences

Néolithique : le bois de cerf, symbole de virilité !

ActualitéClassé sous :recherche , préhistoire , outils

-

On le sait : des hommes, au Néolithique final, trois mille ans avant notre ère, ont fabriqué certains de leurs outils en bois de cerf. Ce qu'une nouvelle étude révèle aujourd'hui, c'est la symbolique masculine associée à l'usage de ce matériau. Yolaine Maigrot, postdoctorante au laboratoire « Préhistoire et technologie »(1), s'est en effet intéressée à la panoplie d'outils, faits d'os, de dents d'animaux ou encore de bois de cerf, retrouvés sur les sites archéologiques autour des lacs de Chalain et Clairvaux, dans le Jura.

Grâce à la tracéologie, qui permet de déterminer l'usage d'un outil à partir de son usure, et à une recherche comparative entre les outillages en matières dures animales et en pierre taillée (2) menée avec Valérie Beugnier (3), elle en a établi l'utilisation et l'importance.

Hache et gaines (pièces pour emmancher les lames de pierre polie) fabriquées en bois de cerf il y a 3 000 ans. © P. Pétrequin

Et les conclusions sont sans appel : ces éleveurs agriculteurs distinguent un outillage réservé aux activités d'extérieur, dont font partie les outils en bois de cerf, d'un autre outillage, au service des activités domestiques. Les premiers, toujours savamment façonnés, sont conçus pour la chasse, le défrichement des forêts, la construction des maisons, autant d'activités « publiques » et... masculines, qui mobilisent plusieurs personnes et sont indispensables à la survie du groupe !

Mais pourquoi en bois de cerf (4), alors que ces hommes du Néolithique pouvaient utiliser d'autres matériaux ? Un choix persistant, même quand les cerfs deviennent rares et fragilisés par la déforestation. Parce que les bois de leur ramure se développent en fonction de leur activité sexuelle. Tout un symbole ! À l'opposé, les outils en os et en silex sont fabriqués grossièrement. Leur usage est réservé aux activités domestiques de la maison ou des champs, extension du domicile : confection de vêtements, poteries, entretien des cultures, etc. En somme, la belle boîte à outils revient aux hommes, qui brillent en société quand les femmes restent à la maison ! Déjà...

Magali Sarazin

1. Laboratoire CNRS / Université Paris-X.
2. D'après les fouilles de Pierre Pétrequin, Laboratoire de chrono-écologie (CNRS / Université de Besançon).
3. Valérie Beugnier et Yolaine Maigrot, « La fonction des outillages en matières dures animales et en silex au Néolithique final », Bulletin de la Société préhistorique française, 2005, t. 102, n° 2, p. 335-344.
4. Ainsi que d'autres outils « investis » comme les haches de pierre polie, les pointes de flèches en silex, etc.

Contact :

Yolaine Maigrot
Laboratoire « Préhistoire et technologie », Nanterre
yolaine.maigrot@mae.u-paris10.fr

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi