Aux Etats-Unis, la récente apparition d'un premier cas de vache folle a réveillé les inquiétudes concernant une autre encéphalopathie spongiforme transmissible (EST) qui touche les cervidés d'Amérique du Nord. Découverte en 1977, la maladie du dépérissement chronique des ruminants sauvages (en anglais Chronic Wasting Disease ou CWD) est en constante progression dans les Etats du centre du pays.
Cela vous intéressera aussi

Selon les chiffres du Département de l'AgricultureAgriculture, les taux d'infection varieraient de 1% dans les troupeaux de cerfs de Virginiecerfs de Virginie du Wisconsin à 15% chez les cerfs muletcerfs mulet sauvages du Nord-Est du Colorado. Les mécanismes de transmission de cette maladie à prionprion sont très mal connus, d'où une certaine crainte des autorités.

Contrairement à l'ESBESB (Encéphalopathie Spongiforme Bovine) qui se transmet d'animal à animal par consommation de tissus infectés, il semble que la CWD se répande plus facilement, probablement à travers la salivesalive, l'urine ou les selles.

Jusqu'à présent, les recherches menées afin de savoir si la maladie est capable de franchir la barrière des espècesespèces ont été plutôt rassurantes ; des bovins et des ovins placés au contact de cervidés infectés n'ont pas été contaminés.
Une autre expérience intégrant du tissu cérébral d'animaux malades à l'alimentation d'élevages bovins n'a pas non plus fait a preuve d'une transmission possible.
Mais des scientifiques ont tout de même pu contaminer des souris par injection de tissu infecté directement dans le cerveaucerveau.

Afin de lever les inconnues, les montants nationaux alloués aux recherches sur le sujet vont être augmentés. Le découvreur de la CWD, Beth Williams, s'est tout récemment vu attribué un fonds de 43 millions de dollars de la part du Département de la Défense.