Santé

Vache folle : risque de transmission de la maladie par transfusion sanguine

ActualitéClassé sous :vie , vache folle , prion

-

La mort d'un Britannique de la nouvelle variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (nvMCJ) fait surgir la possibilité d'une transmission la forme humaine de la maladie de la vache folle (ESB) lors d'une transfusion sanguine par l'intermédiaire de son probable agent pathogène, le prion.

Accumulation sous forme de batonnets de la protéine prion (PrP) dans le cerveau d'un enfant atteint de Creutzfeldt-Jakob Iatrogène, contamination par hormone de croissance. Marquage à l'or colloidal. Crédits : INSERM

Cet homme a reçu en 1996 une transfusion de sang d'une personne sans symptôme de la nvMCJ au moment du don de sang, mais qui développa des symptômes 3 ans plus tard et décéda à l'automne 2003. Ce cas pourra être le premier cas avéré de transmission de cette maladie par la transfusion sanguine. Cependant, il est encore trop tôt pour être certain que ces deux personnes n'aient pas contracté la maladie indépendamment l'une de l'autre.
En Angleterre actuellement, 15 autres personnes sont suivies médicalement après avoir reçu du sang d'un donneur qui développa après le don les symptômes de la nvMCJ.

Il n'existe actuellement aucun test sanguin de diagnostic permettant de tester la présence du prion et qui permettrait de détecter la maladie avant qu'elle n'apparaisse. En conséquence de quoi, il n'existe actuellement aucune possibilité de tester les lots de sang pour la présence de la nvMCJ.
Le gouvernement Anglais a mis en place une série de mesures dans le but de réduire ce risque. Tout d'abord les stocks de sang provenant de donneurs ayant développé la nvMCJ ont été détruits. Ensuite le sang est systématiquement débarrassé des globules blancs, suspectés d'être une source d'infection possible, ensuite depuis la fin de 1999 tous les plasmas utilisés pour les produits sanguins proviennent des Etats-Unis et non pas de l'Angleterre.
Parmi les 15 patients actuellement suivis, 5 ont reçu du sang ne possédant pas les globules blancs, malheureusement il est évident que de très nombreux autres patients ont été transfusés avec du sang contaminé. La grande question est donc de savoir quel est le risque qu'ils développent la nvMCJ.

La situation demeure encore incertaine en raison de la difficulté d'établir avec exactitude la période d'incubation de la maladie. Il est estimé qu'entre 1000 et 7000 personnes sont contaminées par la maladie en Angleterre. Jusqu'à présent, 143 sont mortes de la nvMCJ.

Cela vous intéressera aussi