Une maladie a fait des ravages considérables en Afrique au début du XXème siècle en tuant des centaines de milliers d'habitants ; elle était connue sous le nom de maladie du sommeilsommeil, car les personnes infectées sombraient dans le sommeil du comacoma avant de mourir. Puis les médecins, les vétérinaires et les biologistes, à l'époque coloniale, ont découvert qu'elle était due à un parasiteparasite présent dans le sang, le trypanosometrypanosome, puis les entomologistesentomologistes ont compris que ce parasite était transmis par un insecteinsecte vecteur : la mouche tsétsé ou glossine. Il s'agissait d'une maladie parasitaire à transmission vectorielle : la maladie du sommeil ou trypanosomose.

Vous trouverez dans ce dossier des éléments sur l'histoire de cette découverte, sur les parasites, sur les différentes espècesespèces de vecteurs, sur les différentes maladies désormais bien identifiées et sur les méthodes de lutte connues. Il s'agit d'une histoire complexe et bien singulière en raison des caractéristiques de cette mouche tsétsé qui ne pond pas d'œufs mais accouche d'une larvelarve et de ce parasite, le trypanosome, qui a développé des mécanismes pour échapper aux défenses immunitaires de l'hôtehôte.

<br />Mouche Tsé-tsé. Cette mouche, ou glossine, dotée d'une trompe piqueuse, transmet à l'homme ou à l'animal, en Afrique sub-saharienne, des agents pathogènes appelés trypanosomes. Elle est le vecteur de la maladie du sommeil. <br />&copy; Dukhan, Michel - IRD

Mouche Tsé-tsé. Cette mouche, ou glossine, dotée d'une trompe piqueuse, transmet à l'homme ou à l'animal, en Afrique sub-saharienne, des agents pathogènes appelés trypanosomes. Elle est le vecteur de la maladie du sommeil.
© Dukhan, Michel - IRD