Les trypanosomoses sont des maladies liées à la présence de parasitesparasites, les trypanosomestrypanosomes, dans un organisme hôtehôte. Nous préférons ce terme à celui de trypanosomiasestrypanosomiases. En effet, un comité d'experts désignés par la « World Association for the Advancement of Veterinary Parasitology », en accord avec la « Standardised Nomenclature of Parasitic Diseases (SNOPAD) » a proposé le terme de trypanosomose en remplacement de trypanosomiase pour homogénéiser au niveau mondial la terminologie des maladies parasitaires.

Ces maladies sont présentes, sous diverses formes, sur tous les continents. Cependant, en raison de la présence d'un vecteur endémiqueendémique à l'Afrique, les glossines ou mouches tsétsé, ces maladies revêtent une importance particulière sur ce continent.

<br />Mouche Tsé-tsé. Cette mouche, ou glossine, dotée d'une trompe piqueuse, transmet à l'homme ou à l'animal, en Afrique sub-saharienne, des agents pathogènes appelés trypanosomes. Elle est le vecteur de la maladie du sommeil. <br />&copy; Dukhan, Michel - IRD

Mouche Tsé-tsé. Cette mouche, ou glossine, dotée d'une trompe piqueuse, transmet à l'homme ou à l'animal, en Afrique sub-saharienne, des agents pathogènes appelés trypanosomes. Elle est le vecteur de la maladie du sommeil.
© Dukhan, Michel - IRD

Notons qu'une trypanosomose humaine existe aussi en Amérique centrale et du Sud, la maladie de Chagasmaladie de Chagas, due à Trypanosoma cruzi et transmise par des punaises de la famille des Reduviidae. Enfin les trypanosomoses animales sont présentes sur tous les continents, transmises principalement par les glossines en Afrique, et par d'autres vecteurs ailleurs dans le monde.

Si l'on fait un peu d'histoire, on peut retenir les dates importantes suivantes :

  • 1374-1375 : dans l'Empire du Mali, les écrits d'Ibn Khaldun font référence à une maladie du sultan Mansa Djata, dont les symptômessymptômes font penser à la maladie du sommeilsommeil ;
  • 1830 : la première glossine est décrite par Wiedemann parmi des mouches récoltées en Sierra Leone ;
  • 1843 : le premier trypanosome est décrit par le médecin hongrois Gruby, travaillant à l'Institut Pasteur de Paris. Il observait des parasites de batraciensbatraciens ;
  • 1880 : le premier trypanosome pathogène est découvert par Griffith Evans, officier vétérinaire de l'armée des Indes, qui met en évidence Trypanosoma evansi chez les chevaux et les chameaux malades du Pendjab ;
  • 1894 : David Bruce, chirurgien major de l'armée britannique, trouve les trypanosomes à la fois dans l'intestin des glossines et dans le sang des bovins (T. brucei) ;
  • 1901 : le parasite humain T. brucei gambiense est identifié par Forde dans le sang d'un pilote de bateau sur la rivière Gambie, puis par Castellani dans le liquide céphalorachidienliquide céphalorachidien ;
  • 1908 : le cycle détaillé du trypanosome chez la glossine est décrit par le français Roubaud à l'Institut Pasteur de Brazzaville ;
  • 1912 : sortie de la 2ème édition du traité « Trypanosomes et trypanosomiase » par Laveran et Mesnil (1111 pages !) ;
  • à partir de 1916 : œuvre du docteur Eugène Jamot en Oubangui-Chari, puis au Cameroun, puis en Haute-Volta, où il développe la médecine mobile, méthode de lutte contre la maladie du sommeil, et modèle pour toutes les grandes endémies.