En ville, le vétérinaire reçoit les animaux de compagnie dans son cabinet pour un suivi médical ou le diagnostic d’une pathologie. © famveldman, Adobe Stock.
Sciences

Vétérinaire

MétierClassé sous :Métiers , urgence vétérinaire , soin vétérinaire

Tu hésites encore entre médecine et ta passion pour les animaux ? Découvre le métier de vétérinaire et conjugue tes deux centres d’intérêt en un seul métier. Pouvant exercer auprès d’animaux domestiques ou d’animaux sauvages, le vétérinaire est le médecin des animaux.

À l’image d’un médecin généraliste qui reçoit ses patients dans son cabinet, le vétérinaire exerçant en ville accueille ses patients afin d’établir un diagnostic, prescrire des médicaments, les opérer, les vacciner ou tout simplement donner des conseils à ses maîtres pour prévenir certaines maladies, ou conseiller un régime alimentaire. Il consulte en cabinet et peut parfois se déplacer à domicile en cas d’urgence. Il doit être aussi à l’aise avec des chats, des chiens, des oiseaux que des nouveaux animaux de compagnie (NAC). Lorsqu’il exerce à la campagne, le vétérinaire côtoie veaux, vaches, cochons, chèvres, moutons, chevaux, animaux de basse-cour sont son quotidien. Il assure la surveillance sanitaire des animaux de la ferme, suit la fécondité et la croissance des troupeaux, et conseille l’agriculteur concernant l’alimentation ou l’hygiène.
S’il travaille dans l’industrie pharmaceutique, le vétérinaire intervient dans la fabrication de médicaments et leur commercialisation.
Dans l’industrie agro-alimentaire, le vétérinaire sera chargé d’élaborer de nouveaux produits alimentaires.
S’il exerce dans une réserve naturelle, un parc zoologique ou un parc national, le vétérinaire cherche à préserver les espèces en participant à des programmes de sauvegarde ou de réintroduction des espèces et des projets de veille sanitaire.
Sachez qu’un vétérinaire peut être fonctionnaire d’État en travaillant en tant qu’inspecteur en santé publique vétérinaire pour le compte du Ministère de l’agriculture et de la pêche.
L’armée recrute également des vétérinaires militaires pour assurer les soins des animaux militaires comme les chiens ou les chevaux. Ils participent à des activités de formation et de recherches, ainsi qu’à des missions de santé publique vétérinaire. Ils sont recrutés au sein du service de santé des armées parmi les vétérinaires titulaires d’un diplôme d’État sous contrat de deux ans pour les officiers et de 17 ans maximum pour les officiers commissionnés.

Les principales compétences et qualités à avoir

Le métier de vétérinaire fait appel à de nombreuses qualités et compétences :

  • être passionné par les animaux ;
  • savoir gérer et repérer les urgences ;
  • faire preuve d’habileté et de rapidité dans la manipulation des animaux ;
  • être capable de manipuler toutes races et espèces d’animaux sans peur ;
  • faire preuve de rigueur et d’observation dans ses diagnostics ;
  • savoir réaliser des examens complémentaires (radios, prises de sang...) ;
  • être en bonne condition physique notamment pour les animaux de la ferme ;
  • savoir faire preuve de pédagogie et de tact auprès des propriétaires ;
  • savoir créer un lien de confiance ;
  • être disponible en cas d’urgence ;
  • faire preuve de sang froid ;
  • maîtriser les interventions chirurgicales à effectuer ;
  • connaître parfaitement les différents médicaments et soins à apporter à chaque situation.
En milieu rural, le vétérinaire se déplace sur les exploitations pour veiller aux bonnes conditions de vie d’un troupeau par exemple, veiller à l’hygiène et intervenir lors des vêlages. © dusanpetkovic1, Adobe Stock.

Les conditions de travail

Qu’il travaille en ville ou à la campagne, le vétérinaire doit faire preuve de flexibilité horaire. En effet, il n’est pas à l’abri d’une urgence à n’importe quelle heure. Il peut être amené à travailler les week-ends et jours fériés et peut faire des gardes. Lorsqu’il évolue à la campagne, le vétérinaire est amené a effectuer de nombreux déplacements pour se rendre d’une exploitation à une autre. Ses plages horaires peuvent donc être très étendues.

Comment devenir vétérinaire ?

Pour exercer le métier de vétérinaire, il est obligatoire d’avoir le Diplôme d’État de docteur vétérinaire, proposé par les écoles nationales vétérinaires (ENV) de Toulouse, Nantes, Lyon et Maison-Alfort. Ces écoles sont accessibles sur concours ou après un bac + 2 ou un bac + 3. Au total, 6 voies sont possibles pour entrer dans l’une de ces écoles :

  • la voie A, après un bac général, avec prépa BCPST (Biologie, chimie, physique et sciences de la Terre) ;
  • la voie A TB, après un bac technologique STL ou STAV, avec prépa TB (technologie et biologie) ;
  • la voie B, après une L3 scientifique ;
  • la voie C, après un bac + 2 ;
  • la voie D, après un master en biologie, diplôme d’État de docteur en médecine, en chirurgie dentaire ou encore en pharmacie ;
  • la voie E, pour les étudiants des Ecoles normales supérieures de Lyon ou Cachan ayant été admis sur liste principale par la voie A lors de la session de concours d’entrée précédente.

Depuis 2021, les bacheliers peuvent également accéder aux études vétérinaires en s’inscrivant sur Parcoursup en première année commune aux écoles nationales vétérinaires (PACENV).

Après obtention de ce bac + 6, les titulaires du diplôme d’État de docteur vétérinaire peuvent compléter leur formation en préparant en un an le certificat d’études approfondies vétérinaires (CEAV), un diplôme d’études spécialisées vétérinaires (DESV) en 3 ans, un internat d’un an après un concours national ou encore un résidanat accessible après deux ans d’expérience ou un internat.

Le salaire d’un vétérinaire

Le salaire d’un vétérinaire peut varier d’un professionnel à un autre en fonction de sa clientèle et de sa spécialité. En moyenne, un vétérinaire libéral débutant gagne entre 2000 et 3000 euros brut par mois. Une fois sa réputation et sa clientèle faite, un vétérinaire expérimenté peut voir sa rémunération se situer entre 3500 et 6000 euros brut mensuel. Certains vétérinaires peuvent gagner bien plus.

Les perspectives d’évolution d’un vétérinaire

Un vétérinaire employé au sein d’une clinique vétérinaire ou d’un cabinet privé peut faire le choix d’ouvrir son propre cabinet. Il peut également se spécialiser sur un type d’animal précis, comme les NAC par exemple, les nouveaux animaux de compagnie ou une spécialité (dermatologie, ophtalmologie, cardiologie, ostéopathie...). Autre orientation possible, l’industrie pharmaceutique pour créer des médicaments ou agro-alimentaire pour élaborer de nouvelles croquettes par exemple. Il peut enfin évoluer vers la recherche et l’enseignement.

Entreprises qui emploient des vétérinaires

  • cabinet libéral ;
  • clinique vétérinaire ;
  • industrie pharmaceutique ;
  • industrie agroalimentaire ;
  • parc zoologique.


Maman, tel le Dr Dolittle, je dois comprendre les animaux que je reçois dans mon cabinet pour pouvoir les soigner et les manipuler sans stress. Comme un docteur, je reçois mes patients pour leur suivi vaccinal, pour établir un diagnostic en cas de maladie, pour les opérer si besoin et pour les accompagner tout au long de leur vie. J’ai un rôle essentiel auprès de leurs maîtres que je dois souvent rassurer ou conseiller pour établir de bonnes conditions d’hygiène ou un régime alimentaire adapté. Je dois aussi savoir faire preuve de pédagogie et d’empathie lorsque je dois leur annoncer une mauvaise nouvelle. Un métier passion, sauf pour les morsures et griffures !