Cela vous intéressera aussi

Infection parasitaire, parfois mortelle, transmise par des insectesinsectes piqueurs et particulièrement présente en Amérique latine, de l'Argentine au sud des Etats-Unis. Selon l'OMSOMS, elle toucherait entre 16 et 18 millions de personnes et provoquerait 45.000 à 50.000 décès par an. Près de cent millions de personnes seraient exposées, essentiellement dans les zones rurales et dans les banlieues pauvres des grandes villes. Cette distribution liée aux facteurs socio-économiques s'explique par le mode de vie des insectes vecteurs, qui prolifèrent dans les milieux humides et où l'hygiène est mauvaise.

La maladie a été décrite pour la première fois en 1909 par Carlos Chagas, un médecin brésilien. Elle a connu une extension rapide avec les mouvementsmouvements massifs de populations vers les grandes métropoles, surtout dans les années 1970 et 1980.

Elle est causée par un petit parasiteparasite de la famille des trypanosomestrypanosomes (Trypanosoma cruzi). Il s'agit donc d'une trypanosomiasetrypanosomiase, apparentée à la maladie du sommeilsommeil. Ce parasite est transmis par un insecte piqueur, de l'ordre des hémiptèreshémiptères, le triatome ou réduve (Triatoma infestans). La transmission ne s'effectue pas par la piqûre de l'insecte mais ses déjections, en particulier au contact de lésions de la peau. Le parasite peut être également transmis de la mère à l'enfant via le placentaplacenta, et également par transfusionstransfusions sanguin. A part l'homme, d'autres espècesespèces de mammifèresmammifères sont affectés par ce trypanosome.

La maladie se déclare de sept à dix jours après l'infection par une phase aigüe, qui peut être mortelle pour les jeunes enfants. Les symptômessymptômes sont ceux d'une réaction immunitaire, variant selon les sujets (céphaléescéphalées, fièvrefièvre, douleursdouleurs musculaires, malaises...). Dans 30% des cas, une forme chronique surgit dix à trente ans après l'infection, avec des atteintes du muscle cardiaquemuscle cardiaque ou des fonctions digestives.

Il n'existe pas de traitement connu pour la maladie elle-même, mais seulement pour ses effets. En revanche, les mesures de préventionprévention, touchant à l'hygiène, sont efficaces.