Yongsoon Shin, du Pacific Northwest National Laboratory (PNNL) du Department of Energy, et ses collègues ont reproduit en laboratoire la pétrification du bois, un processus qui prend naturellement plusieurs millions d'années.
Cela vous intéressera aussi

Les exemples d'arbres pétrifiéspétrifiés que l'on trouve dans certains parcs américains comme la GinkgoGinkgo Petrified Forest résultent d'une lente combustioncombustion anaérobie avec apport d'éléments minérauxminéraux. Enfouis sous de la lavelave suite à une éruption volcaniqueéruption volcanique, les composants du boisbois sont progressivement pétrifiés.

Les scientifiques, dont les travaux ont été publiés dans Advanced Materials, ont mimé la nature en plongeant un centimètre cube de bois dans un premier bain d'acideacide pendant deux jours, puis une solution de siliciumsilicium deux jours de plus. Le matériaumatériau, séché à l'airair libre, a ensuite été chauffé à 1400 °C sous atmosphèreatmosphère d'argonargon durant deux heures. Du carbure de siliciumcarbure de silicium s'est ainsi formé à partir du silicium et du carbonecarbone cellulosique tandis que le squelette ligneux était conservé - ce qui a permis d'obtenir une empreinte des réseaux, des microcanaux et des pores du végétal.

Ce genre de structure offrant une superficie très importante (la surface développée des pores d'un gramme de bois est équivalente à un terrain de football), le procédé des chercheurs pourrait avoir des applicationsapplications industrielles - à condition de diminuer la taille des pores - dans l'élaboration de supports capables de séparer plus efficacement les composés chimiques ou de filtrer les particules polluantes de l'air.