La vie est un mystère que les chercheurs espèrent bien mettre bientôt au jour. Existe-t-elle ailleurs dans l’Univers ? Mais aussi, comment a-t-elle émergé sur Terre ? Ce sont deux questions auxquelles ils tentent de répondre. Et des échantillons prélevés sur l’astéroïde Ryugu pourraient apporter un début de réponse.

En 2019, à près de 200 millions de kilomètres de notre Terre, une sonde japonaise - la sonde Hayabusa-2 - a atterri sur un astéroïdeastéroïde pour en collecter quelques échantillons. À peine plus de cinq grammes, en tout. Des roches et des poussières du sol et du sous-sol de celui que les astronomesastronomes connaissent sous le nom de RyuguRyugu. Il est considéré comme l'objet le plus primitif du Système solaire que les chercheurs n'ont jamais étudié.

Voir aussi

De la matière extraterrestre récupérée par la sonde Hayabusa-2 vient d’arriver à Lille

Depuis le retour de ces échantillons sur Terre en décembre 2020, les astronomes procèdent à des analyses détaillées. Et ils confirment aujourd'hui y avoir découvert un nombre important d'acides aminésacides aminés. Des acides aminés - les éléments constitutifs des protéinesprotéines et donc, essentiels à la vie - susceptibles de se propager dans les environs, portés par des poussières. De l'isoleucineisoleucine et de la valinevaline, par exemple, des acides aminés qui sont considérés comme essentiels au fonctionnement du corps humain. Mais qu'il n'est pas capable de synthétiser seul.

Une preuve de l’origine extraterrestre de la vie ?

Depuis longtemps, les chercheurs envisagent que des acides aminés - et d'autres moléculesmolécules organiques - ont pu être apportés sur Terre par des impacts d'astéroïdes ou de comètescomètes. Mais ils peinaient à en faire la preuve du fait de la contaminationcontamination rapide des météoritesmétéorites par la matière terrestre. Cette fois, ils montrent bel et bien que ce type de molécules indispensables à la vie peut exister dans l'espace.

De quoi rendre les chercheurs encore plus impatients d'étudier les échantillons prélevés par la mission Osiris-RexOsiris-Rex (NasaNasa) sur l'astéroïde Bennu. Quelque 60 grammes de précieuses roches qui devraient arriver dans les laboratoires d'ici 2023.


Des ingrédients de la vie découverts dans les échantillons de l'astéroïde Ryugu

La sonde Hayabusa-2 était partie en 2014 pour étudier l'astéroïde Ryugu. Et en ramener quelques échantillons sur Terre. Mission accomplie en décembre 2020. Désormais, les chercheurs vont prendre le temps de les analyser. Les premiers résultats suggèrent qu'ils sont riches en ingrédients de la vie.

Article de Nathalie MayerNathalie Mayer paru le 27/06/2021

L'astéroïde Ryugu photographié par la sonde spatiale Hayabusa-2 venue l'explorer et prélever une poignée d'échantillons. © Jaxa
L'astéroïde Ryugu photographié par la sonde spatiale Hayabusa-2 venue l'explorer et prélever une poignée d'échantillons. © Jaxa

En décembre dernier, Hayabusa-2, une sonde de l'Agence spatiale japonaise (JaxaJaxa), a largué sur Terre une capsule contenant à peine plus de cinq grammes de précieux échantillons. Ceux de l'astéroïde Ryugu. Depuis, les équipes choisies pour les analyser trépignent d'impatience. Un peu plus encore après la publication de quelques images de ces échantillons en toute fin d'année.

Voir aussi

« C’est historique, c’est fantastique ! » Les premières bonnes surprises du retour d’échantillons de l’astéroïde Ryugu

Les chercheurs de l'université d'Okayama (Japon) ont reçu leur part en avant-première -- sept autres équipes recevront bientôt leurs échantillons --, ce 2 juin 2021. Et ils ont immédiatement mesuré la quantité d'atomes d’hydrogène, de carbonecarbone et d'azote contenue dans les roches et le sablesable provenant de Ryugu. Des données qu'ils ont alors converties en quantité d'eau et de matière organique susceptible d'avoir pu se former. Au final, de grandes quantités...

Préciser l’origine de la vie sur Terre

Ces travaux confirment les observations préliminaires de la Jaxa. Il est possible qu'une quantité importante de glace ait existé sur Ryugu. Mais l'analyse ne fait que commencer. Les équipes étudieront les échantillons revenus de l'astéroïde pendant une année entière. À la recherche d'indices qui pourraient expliquer l'origine de l’eau sur Terre. Et dans l'espoir, d'identifier de la matière organique.

En décembre 2020, une capsule s’est écrasée sur Terre. Elle contenait des échantillons de l’astéroïde Ryugu. Ils commencent tout juste à être analysés par les chercheurs. © Jaxa
En décembre 2020, une capsule s’est écrasée sur Terre. Elle contenait des échantillons de l’astéroïde Ryugu. Ils commencent tout juste à être analysés par les chercheurs. © Jaxa

Le professeur Tachibana Shogo de l'Université de Tokyo, coordinateur des efforts de recherche, espère que l'analyse de ces échantillons produira divers éléments de preuve qui fourniront des indices sur les origines du Système solaire et de la vie sur Terre et sur la façon dont les océans ont été créés. D'autant qu'en parallèle, des chercheurs de l’université Rikkyo (Japon) viennent de montrer que Ryugu est à peu près aussi poreux que l'étaient les planétésimaux qui ont mené à la formation des planètes.