La sonde spatiale Voyager 1 aux frontières de l’héliosphère a quitté la Terre en 1977 afin d'étudier les planètes externes du Système solaire. © Nasa

Sciences

Sondes spatiales hors du Système solaire : combien y en a-t-il ?

Question/RéponseClassé sous :Système solaire , Astronautique , sonde spatiale

Beaucoup de sondes sont parties explorer notre Système solaire en six décennies. Combien en sont sorties, en route vers d'autres étoiles et systèmes planétaires ?

Depuis les débuts de la conquête spatiale, de nombreuses sondes ont quitté la Terre pour explorer différents corps du Système solaire : des planètes — des plus proches aux plus lointaines —, leurs lunes, des astéroïdes et même des comètes.

La plupart ne sont jamais revenues et ont fini échouées sur l'astre qu'elles espionnaient parfois quelques heures, voire quelques mois, quelques années. Certaines en revanche ont poursuivi leur chemin à travers notre Système solaire et ne s'arrêteront peut-être jamais, en route vers d'autres régions de la Galaxie... Quelles sont-elles ? Et combien sont-elles ?

Pioneer et Voyager aux frontières de notre Système solaire

Actuellement, cinq vaisseaux de construction humaine continuent de voguer dans notre Système solaire, en direction de ses frontières. Aucune sonde n'en est donc jamais sortie. Pourtant, vous avez peut-être entendu dire, au début des années 2010, que Voyager 1 et 2 ont quitté notre système et croisent dorénavant dans le milieu interstellaire. La Nasa a surtout clamé que les deux engins, qui alors avaient déjà parcouru plus de 18 milliards de kilomètres, venaient de sortir de la bulle du champ magnétique solaire, l'héliosphère, là où le vent solaire s'arrête, pour arriver dans le milieu interstellaire...

En réalité, tous deux, mais aussi Pioneer 10 et Pioneer 11, qui foncent dans d'autres directions, ainsi que New Horizons, la dernière en date (partie en 2006, elle a survolé Pluton en 2015), continuent d'avancer à l'intérieur de l'empire, bien plus vaste, du Soleil, sous l'autorité de sa gravité. Actuellement, les astronomes estiment que sa sphère d'influence gravitationnelle s'étend jusqu'aux confins du nuage de Oort, à environ une année-lumière tout autour de notre étoile. Après, la plus proche est Proxima du Centaure, à 4,2 années-lumière.

Parcours des sondes Pioneer 10 et 11 (P10 et P11), Voyager 1 et 2 (V1 et V2), et New Horizons (NH). © Heavens Above

La plus éloignée de toutes à ce jour est Voyager 1. La sonde, lancée le 5 septembre 1977, a déjà parcouru en près de 40 ans et à une vitesse moyenne de 61.000 km/h, 20,6 milliards de km (chiffres de février 2017). Cela équivaut à 137 fois la distance entre la Terre et le Soleil. Bien que cela puisse nous paraître énorme, la sonde n'est en réalité qu'à 17 heures-lumière environ de la Terre. Ce ne sera que dans 25.000 ans environ qu'elle franchira les limites externes du nuage de Oort. Son prochain rendez-vous ? Le voisinage de Gliese 445 dans 40.000 ans ! Elle passera en fait à quelque 1,7 année-lumière de cette étoile distante de 17,6 années-lumière de notre Système solaire.

Quant à Voyager 2, partie le 20 août 1977, et qui a visité les quatre planètes géantes (elle est la seule à avoir approché Uranus et Neptune), elle affiche déjà 17 milliards de km au compteur, soit 15,5 heures-lumière et 114 fois la distance Terre-Soleil. Se dirigeant vers la constellation du Paon, l'engin qui porte sur son dos un disque d’or passera non loin de l'étoile Ross 248 dans... 40.000 ans.

Parties plus tôt, respectivement en mars 1972 et en avril 1973, les sondes Pioneer 10 et 11 ont avalé 118 et 97 unités astronomiques. Elles aussi sont encore loin de la bordure du Système solaire...

Cela vous intéressera aussi

Le son interstellaire enregistré par Voyager-1  Dans le gaz ionisé qui l’entoure, la sonde Voyager-1 a enregistré deux séries d'ondes, qui sont la signature du milieu interstellaire, et non du vent solaire. Transmis sur un haut-parleur, ces signaux ont fait entendre un son ! © Nasa, JPL