Cela vous intéressera aussi

Le nuagenuage d'Oort est une sphère (et non un anneau) formée de comètescomètes (gelées, donc inactives et invisibles), qui entoure le système solairesystème solaire à grande distance. C'est en 1950 que l'astronomeastronome hollandais Jan Hendrik Oort a publié le résultat de ses travaux sur les comètes à longue période. Son article fut l'acte de naissance de la découverte, de ce que l'on nomme maintenant le nuage d’Oort.

Dans cet article, Oort se basait sur le fait que les orbitesorbites des comètes à longue période connues en 1950 avaient leurs aphéliesaphélies à des distances de l'ordre de 20.000 à 100.000 unités astronomiquesunités astronomiques (UA) du SoleilSoleil. Il en concluait qu'il existait, entre ces distances du Soleil, un ensemble de comètes tournant sur des orbites grossièrement circulaires. Les inclinaisons de leurs orbites étant quelconques, ce réservoir de comètes devait présenter une symétrie sphérique.

L'astronome et astrophysicien Jan Oort. Il a découvert le nuage qui porte son nom en 1950. © Jan Oort

L'astronome et astrophysicien Jan Oort. Il a découvert le nuage qui porte son nom en 1950. © Jan Oort

Des comètes sensibles aux perturbations gravitationnelles

Une année-lumièreannée-lumière correspond environ à 60.000 UA. Les étoilesétoiles les plus proches sont à un peu plus de quatre années-lumière, à 250.000 UA. Cela signifie que certaines comètes se promènent à une distance du Soleil de l'ordre de grandeur de la distance entre les étoiles. Un calcul simple montre qu'à cette distance, la vitesse orbitaleorbitale est de quelques mètres par seconde seulement, alors que la vitessevitesse des étoiles proches par rapport au Soleil est de l'ordre de 20 km/s.

Les comètes du réservoir du nuage d'Oort doivent être particulièrement sensibles aux perturbations gravitationnelles des autres étoiles proches. Au cours de ses pérégrinations autour de la Voie lactée, notre Soleil se rapproche suffisamment des autres étoiles pour que des comètes de ce nuage changent d'orbite pour se diriger vers le Système solaire interne sous l'effet de ces perturbations.