Le THC est la principale molécule responsable des effets du cannabis. © Hollygraphic, Fotolia

Santé

THC

DéfinitionClassé sous :médecine , THC , tétrahydrocannabinol
 

Le THC ou tétrahydrocannabinol est la principale molécule active du cannabis : sa teneur varie entre 4 et 9 % environ dans les herbes de cannabis, tandis que la résine de cannabis en contient entre 8 et 30 %. D'autres cannabinoïdes sont présents dans le cannabis : cannabinol, cannabidiol, cannabigérol, cannabivarine, cannabicyclol.

Les effets du THC, à la fois psychiques et physiologiques, sont nombreux sur l'organisme : sensation de gorge sèche, de faim, yeux rouges, somnolence, sensation de fatigue, d'euphorie... Beaucoup d'études portent sur le THC étant donné que cette seule molécule déclenche les principaux effets du cannabis.

Mode d'action du THC sur l’organisme

Le THC agit sur l'organisme en activant des récepteurs aux cannabinoïdes. Il existe deux types de récepteurs au THC :

  • CB1, présent sur des cellules du cerveau : dans le système limbique où il joue un rôle dans les émotions, dans le cortex, l'hippocampe (impliqué dans la mémoire), dans le thalamus (important dans les perceptions sensorielles) et dans le cervelet qui sert au fonctionnement moteur. L'existence de ces récepteurs suggère la présence de cannabinoïdes endogènes : ainsi, l'anandamide, un dérivé d'acide gras, se lie au récepteur CB1.
  • CB2, présent au niveau de cellules immunitaires.

Chez le rat, l'injection de THC conduit à une libération de dopamine dans le noyau accumbens. La dopamine est le neurotransmetteur impliqué dans le circuit de la récompense. Le THC peut être stocké dans des graisses, des cellules du cerveau, ce qui explique que ses effets peuvent se prolonger même 24 heures après la consommation de cannabis. Le THC influence les taux d'hormones impliquées dans la reproduction (LH, FSH).

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview : le cannabis, une substance anticancérigène ?  En France, la question du cannabis reste sensible puisque, selon les estimations, plus de 4 millions de personnes âgées de 12 à 75 ans en auraient déjà consommé. Ce stupéfiant fait l’objet de nombreuses études aux conclusions contradictoires. Futura est parti à la rencontre de Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et chercheur pionnier dans la détection du cancer du poumon, pour en savoir plus sur cette substance.