Des chercheurs de l’université de Columbia et de l’université de Stanford (États-Unis) montrent à quel point le changement climatique et la pollution de l’air peuvent être néfastes à la santé de nos enfants. © piyaset, Adobe Stock
Santé

La santé des enfants est de plus en plus menacée

ActualitéClassé sous :vie , enfant , changement climatique

Depuis quelques années, les experts s'inquiètent. La santé de nos enfants est de plus en plus menacée. À la fois par le changement climatique et par la pollution de l'air. Le résultat de notre addiction aux combustibles fossiles. Et une fois de plus aujourd'hui, des chercheurs le confirment. Il y a urgence à mettre en œuvre des mesures d'atténuation, mais aussi d'adaptation.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Changement climatique : comment protéger nos villes des coups de chaleur ?  Pour limiter les températures en milieu urbain lors des canicules estivales, il faut réfléchir à cette question dès la conception des aménagements, bâtiments d'habitation ou d'activité, voirie, plans de circulation, etc. Un programme d'études européen, Urban Fluxes, pose les jalons pour mieux construire les cités de demain. 

Brûler des combustibles fossiles, ce n'est pas seulement mauvais pour notre climat. C'est aussi mauvais... pour nos enfants ! C'est ce que confirme aujourd'hui une étude menée par des chercheurs de l’université de Columbia et de l’université de Stanford (États-Unis). Les enfants sont tout particulièrement vulnérables au changement climatique et à la pollution de l'air. D'autant plus que les deux semblent pouvoir interagir pour affecter la santé -- physique ou mentale -- des plus jeunes. Et notamment, celle de ceux qui sont socialement ou économiquement défavorisés.

Les chercheurs citent de nombreux exemples de la façon dont l'utilisation de combustibles fossiles peut toucher les enfants. Saviez-vous, par exemple, que l'exposition à des vagues de chaleur -- comme celle que nous vivons actuellement -- est associée à un risque accru de naissance prématurée ? Saviez-vous que les événements météorologiques extrêmes ont déjà poussé plus de 50 millions d'enfants à quitter leur foyer ? Près d'un million rien qu'aux États-Unis en 2020. Saviez-vous enfin que quelque 7,4 millions d'enfants ont été exposés aux fumées de feux de forêt qui ont ravagé les États-Unis entre 2008 et 2012.

Quant à la pollution de l’air, elle touche aujourd'hui particulièrement un milliard d'enfants exposés à des niveaux jugés très élevés. Avec à la clé, un risque accru de mortalité, mais aussi de troubles du développement, de diminution de la cognition ou de problèmes de santé mentale.

Les chercheurs notent que les risques liés aux vagues de chaleur sont les plus élevés dans les communautés de couleur à faible revenu. La faute à des politiques qui ont créé, là tout particulièrement, des îlots de chaleur urbains — caractérisés par de l'asphalte piégeant la chaleur, peu d'arbres, des bâtiments denses, la circulation, l'industrie et les autoroutes — et où les ressources pour protéger les enfants de la chaleur sont moins nombreuses. © Eli Mordechai, Adobe Stock

Des mesures d’adaptation en plus des mesures d’atténuation

Les chercheurs soulignent la nécessité d'agir désormais simultanément sur deux fronts. Celui de l'adaptation qui vise à protéger les enfants. Et celui de l'atténuation qui vise à limite le recours aux combustibles fossiles, responsables à la fois du changement climatique et de la pollution de l'air.

Parmi les mesures d'adaptation, on peut citer la fourniture d'eau potable aux enfants et aux familles confrontés à la sécheresse, la mise en œuvre de systèmes d'alerte précoce pour les inondations et la pollution de l'air ou encore, tout simplement, la création de zones de vie ombragées. Et pour lutter contre les inégalités qui existent en la matière, des mesures spécifiques au climat et à la pollution devraient être associées aux programmes déployés pour réduire la pauvreté et la discrimination.

Les chercheurs indiquent par ailleurs que des conseils sont disponibles pour aider à identifier les enfants particulièrement exposées au changement climatique ou à la pollution de l'air. Car le risque varie notamment en fonction de l'existence d'une maladie sous-jacente -- comme l'asthme -- ou de l'emplacement géographique -- comme les zones urbaines plus chaudes ou celles plus exposées à un risque inondation. Et même d'une santé mentale fragilisée -- par l'anxiété qui peut naître, par exemple, après avoir été forcé de déménager à la suite d'un incendie de forêt.

Pour toutes ces raisons, les chercheurs appellent les professionnels de la santé à porter une attention particulière aux enfants et à leurs familles, à dépister les plus en danger et à les éduquer aux risques et aux solutions d'adaptation et d'atténuation possibles.

Pour en savoir plus

Le changement climatique aura des conséquences sur la santé de ceux qui naissent aujourd'hui

Un rapport publié dans la revue médicale The Lancet détaille comment le changement climatique modèlera la santé des enfants qui naissent aujourd'hui. Asthme, AVC, risque cardiaque à cause de la pollution de l'air, effets de la malnutrition et maladies infectieuses dues au réchauffement climatique persisteront à l'âge adulte.

Article de Futura avec l'AFP-Relaxnews paru le 14/11/2019

Les enfants sont particulièrement vulnérables à la pollution de l’air, en France et dans le monde. © Hung Chung Chih, Shutterstock

Asthme et risques cardiaques à cause de l'air pollué, infections et malnutrition dues au réchauffement... Si rien n'est fait contre le changement climatique, la santé des enfants qui naissent aujourd'hui sera de plus en plus menacée au long de leur vie, s'alarment des experts dans un rapport publié jeudi. « Les changements climatiques définiront la santé de toute une génération », assure le Dr Nick Watts, responsable de ce rapport. Publié dans la revue médicale The Lancet quelques semaines avant la conférence internationale sur le climat (COP25), il résonne comme un écho aux craintes dont la Suédoise Greta Thunberg est devenue l'emblème dans le monde.

Des enfants indonésiens marchent vers leur école dans l'air pollué par de gigantesques incendies de forêt à Palembang, dans l'île de Sumatra, en octobre 2019. © Abdul Qodir, AFP

La pollution de l'air impactera les enfants nés aujourd'hui

« Si les choses restent en l'état, avec des émissions de carbone élevées et le changement climatique qui se poursuit au même rythme, un enfant né aujourd'hui vivra dans un monde plus chaud de 4 degrés en moyenne d'ici ses 71 ans, ce qui menacera sa santé à toutes les étapes de sa vie, écrivent les auteurs. Les enfants sont particulièrement vulnérables aux risques sanitaires liés aux changements climatiques. Leur corps et leur système immunitaire sont encore en train de se développer, ce qui les rend plus vulnérables aux maladies et aux polluants », fait valoir le Dr Watts, de l'Institut pour la santé mondiale de l'université de Londres.

Or, les conséquences sur la santé « persistent à l'âge adulte » et « durent toute la vie », souligne-t-il, en demandant une « action immédiate de tous les pays pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ».

Ce rapport est l'édition 2019 d'un document publié tous les ans par The Lancet. Intitulé « Compte à rebours sur la santé et le changement climatique », il mesure 41 indicateurs clés sur ces deux sujets et est réalisé en collaboration par 35 institutions, dont l'OMS (Organisation mondiale de la santé), la Banque mondiale et des universités.

Cette année, les chercheurs se focalisent sur la santé des plus jeunes. Parmi leurs sujets de préoccupation, la pollution de l'air. « Tout au long de l'adolescence et jusqu'à l'âge adulte, un enfant né aujourd'hui respirera un air plus toxique, causé par les combustibles fossiles et aggravé par la hausse des températures », prévoit le rapport.

Les moustiques, ces vecteurs d'infections

« C'est particulièrement préjudiciable pour les jeunes, car leurs poumons se développent encore », ajoute-t-il, en dressant la liste des conséquences potentielles : « Diminution de la fonction pulmonaire, aggravation de l'asthme et risque accru de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral ». Selon le rapport, « les émissions mondiales de CO2 provenant des combustibles fossiles continuent d'augmenter (hausse de 2,6 % entre 2016-2018) » et « les décès prématurés liés aux (particules fines) PM 2,5 stagnent à 2,9 millions dans le monde ».

Autre effet redouté du changement climatique : l'augmentation des épidémies de maladies infectieuses, auxquelles les enfants sont particulièrement sensibles. En cause, le passage à un climat plus chaud et avec davantage de pluies. Cela favoriserait le développement des bactéries responsables des maladies diarrhéiques ou du choléra, ainsi que la propagation des moustiques vecteurs d'infections.

« Sous l'impulsion des changements climatiques, la dengue est la maladie virale transmise par les moustiques qui se propage le plus rapidement au monde », prévient le rapport. « Neuf des dix années les plus propices en matière de transmission de la dengue ont eu lieu depuis l'an 2000, permettant aux moustiques d'envahir de nouveaux territoires en Europe », selon les chercheurs.

Temps de travail perdu dans le monde à cause de la chaleur. © Jonathan Walter, AFP

Il faut limiter le réchauffement à moins de 2 °C

Ils s'inquiètent aussi des phénomènes de malnutrition que pourrait provoquer la hausse des températures, en entraînant une diminution des récoltes et donc une hausse des prix des denrées alimentaires. 

Enfin, plus globalement, les auteurs du rapport soulignent qu'un enfant qui naît aujourd'hui sera de plus en plus exposé aux phénomènes météorologiques extrêmes : canicules, sécheresses, inondations ou feux de forêt. Ces chercheurs jugent crucial de « limiter le réchauffement à moins de 2 °C »  comme le prévoit l'Accord de Paris. Et réclament que « les impacts des changements climatiques sur la santé soient au premier plan de l'agenda de la COP25 », début décembre à Madrid.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !