Les lunettes de réalité augmentée Magic Leap One présentent un design qui n’est pas sans rappeler un style vu dans certains films de science-fiction. © Magic Leap

Tech

Magic Leap One : le mystérieux casque de réalité augmentée arrive cet été

ActualitéClassé sous :technologie , réalité augmentée , lunettes de réalité augmentée

On en sait plus désormais sur la commercialisation et les détails techniques du casque de réalité augmentée Magic Leap One qui a demandé six ans de développement.

En décembre dernier, Magic Leap levait le voile sur son casque de réalité augmenté qui faisait beaucoup parler de lui depuis plusieurs années sans que l'on sache exactement s'il relevait de l'arlésienne ou d'une révolution technologique à même de rebattre les cartes. Après encore quelques longs mois de silence, l'entreprise basée en Floride, qui a réussi à lever 2,3 milliards de dollars (2 milliards d'euros) pour ce projet, a finalement annoncé du concret pour le lancement de son casque Magic Leap One. Cela se fera dans le courant de l'été aux États-Unis.

Pas de date précise pour le moment, mais l'on sait en revanche que le produit sera distribué en exclusivité par l'opérateur AT&T avec lequel un accord vient d'être scellé. Concernant le prix, Magic Leap n'a rien lâché de plus que son indication initiale selon laquelle le casque devrait coûter au moins aussi cher qu'un smartphone haut de gamme. Si l'on se base sur les tarifs d'un iPhone X ou d'un Samsung Galaxy S9+, le Magic Leap One pourrait valoir entre 1.000 et 1.500 euros, au bas mot.

Dans une longue présentation vidéo diffusée via la plateforme Twitch (que l'on peut revoir sursur YouTube), des développeurs en charge du projet ont livré quelques éléments techniques sur la configuration matérielle et logicielle de leur casque de réalité augmentée. On apprend qu'il utilise un SoC (system on a chip) Tegra X2 de NVidia qui incorpore deux processeurs ARM 64 bits de la famille Denver. Le système d'exploitation est une création hybride qui comprend du Linux 64 bits ainsi que des emprunts « à d'autres systèmes » qui ne sont pas mentionnés. En revanche, on ne sait toujours pas quelle est l'autonomie du Magic Leap One ni de quelle manière il gère l'exécution des applications (en local ou via Internet ?). 

Ce montage réalisé par le site Road to VR compile tous les extraits de la démonstration du casque Magic Leap One diffusée hier par Magic Leap. © Road to VR

Quid du champ de vision réel ?

La présentation a été ponctuée d'extraits de démonstration du fonctionnement du casque. On découvre un jeu mettant en scène un golem que l'utilisateur « installe » dans le décor réel avec des gestes de pincement des doigts. Des repères visuels permettent de savoir où l'on peut insérer les objets virtuels. Le personnage vient s'intégrer à l'environnent de façon crédible, tantôt sur au sol, sur un canapé ou le plan de travail d'une cuisine (voir la vidéo ci-dessus).

On remarque que le casque détecte non seulement les mouvements des mains, mais aussi les déplacements de l'utilisateur. Lorsque le golem lance un rocher dans sa direction, il peut l'éviter en faisant un pas de côté ou le bloquer avec la main. Il appartiendra aux développeurs de jeux vidéo et d'application d'exploiter au mieux ces capacités. La démonstration est assez convaincante, mais rappelons qu'elle a été préenregistrée et que l'on ignore si elle a été ou non enjolivée. On se souvient que Magic Leap avait reconnu avoir eu recours à des effets spéciaux pour certaines de ses démonstrations précédentes.

L'une des questions restant en suspens concerne le champ de vision réel que procure le Magic Leap One, qui sera nécessairement restreint à un cadre. La même question s'était posée avec les démonstrations des lunettes HoloLens de Microsoft qui laissaient penser à une immersion totale alors que la vision en conditions réelles était plus limitée. Concernant le Magic Leap One, on ne devrait plus tarder à en savoir davantage à ce sujet et sur le fonctionnement du casque dès qu'il sera mis sur le marché.

  • Magic Leap a finalement annoncé la commercialisation de son casque de réalité augmentée Magic Leap One dans le courant de l'été.
  • La technologie exploite la diffusion des champs lumineux pour intriquer les objets virtuels dans le réel.
  • Beaucoup de questions restent encore sans réponse quant au fonctionnement et à l’intérêt réel de cette technologie.
Pour en savoir plus

Réalité augmentée : Magic Leap dévoile de mystérieuses lunettes

On sait désormais à quoi ressemblent les lunettes de réalité augmentée sur lesquelles Magic Leap planche en secret depuis plusieurs années. Leur sortie est prévue en 2018, la version étant réservée aux développeurs. Mais l'on ne sait toujours pas exactement comment elles fonctionnent ni combien elles vont coûter...

« Enfin ! », s'exclament en chœur les titres de presse suite à la présentation des lunettes de réalité augmentée de Magic Leap. Voici en effet six ans que cette entreprise basée en Floride (États-Unis) travaille dans le plus grand secret sur une technologie promettant de mêler le virtuel et le réel de façon naturelle et harmonieuse.

Bien qu'elle n'ait fourni absolument aucun détail tangible durant tout ce temps, la société est parvenue à lever près de 1,9 milliard de dollars auprès d'investisseurs prestigieux comme Google, Qualcomm, Alibaba ou encore le studio Warner Bros. Et tout cela avec seulement quelques vidéos de démonstration, dont certaines comportaient des trucages !

Magic Leap a tout de même fini par dévoiler son produit, mais seulement en photos via son site Web. Les Magic Leap One sont donc une paire de lunettes de réalité augmentée reliée par un câble à un boîtier circulaire de la taille d'un lecteur CD portable qui s'accroche à la ceinture. Ce dernier renferme l'électronique nécessaire au traitement des données envoyées par les huit capteurs intégrés à la face avant de la monture des lunettes. On ignore si ce boîtier permettra aux Magic Leap One de fonctionner en totale autonomie ou s'il nécessitera une connexion sans fil à une plateforme de cloud computing.

Les Magic Leap One sont reliées par un câble à un boîtier qui contient l’électronique nécessaire au traitement des informations. La navigation se fait au moyen d’une manette sans fil, mais Magic Leap évoque aussi la reconnaissance vocale et gestuelle ainsi que le mouvement de la tête et des yeux. © Magic Leap

Les Magic Leap One ont un affichage restreint, comme les HoloLens

Le dispositif s'accompagne d'une manette sans fil dotée d'un pavé tactile qui servira à naviguer et interagir avec les interfaces virtuelles. Impossible pour le moment de savoir exactement comment ces lunettes fonctionnent et s'utilisent puisque Magic Leap n'a fourni que des photos. Rappelons que la technologie d'affichage utilisée est celle des champs lumineux (la totalité de la lumière vient rebondir sur les objets de notre environnement) diffusés à différents niveaux de profondeur, ce qui permet d'harmoniser l'affichage virtuel des objets en 3D avec la lumière naturelle pour un rendu réaliste peu fatigant pour le cerveau.

Dans un entretien au magazine Glixel, de Rolling Stone, Rony Abovitz, le fondateur et patron de Magic Leap, a expliqué que le cœur de la technologie reposait sur un rendu partiel du champ lumineux total qui correspond à ce que le cerveau humain est capable de traiter. Magic Leap dit avoir réussi à isoler la portion du signal qui est réellement utile au cortex visuel. Le principe s'apparente un peu à ce qui se fait pour la musique avec le format MP3, qui ne restitue qu'une partie des fréquences audio.

Reste que l'on ne sait toujours pas en quoi consiste l'utilisation de ces Magic Leap One. La description faite par le journaliste de Glixel évoque une fenêtre d'affichage dont la dimension correspond à peu près à la taille d'une cassette VHS tenue d'un bras à moitié tendu. On serait donc dans un fonctionnement proche de celui des HoloLens de Microsoft, dont le champ de vision est lui aussi restreint. Le design des Magic Leap One est en revanche moins imposant.

L’intérêt des développeurs sera déterminant

Concrètement, que permettent de faire ces lunettes ? Naviguer sur Internet avec de multiples fenêtres ouvertes simultanément tout autour de soi, faire des achats en ligne en examinant les produits sous toutes les coutures en 3D, discuter avec ses amis, dont les avatars seront présents dans la pièce, et, bien entendu, jouer à des jeux vidéo qui utiliseront le décor physique comme support.

L'un des points intéressants mis en avant par Magic Leap est que le système est capable de mémoriser l'emplacement des objets virtuels en créant une réplique numérique de l'environnement physique. Si, par exemple, on installe un vase virtuel sur sa table de salon, ledit vase apparaîtra à cette place à chaque fois que l'on se reconnectera.

Mais, pour l'essentiel, les applications restent à inventer. C'est la raison pour laquelle les Magic Leap One seront d'abord réservées aux développeurs, qui pourront acquérir un exemplaire à partir de l'année prochaine à une date encore indéterminée. L'autre inconnu est le prix de cet équipement. Bref, encore beaucoup de points d'interrogation pour une technologie qui semble un peu moins révolutionnaire qu'annoncé.


Réalité augmentée : la mystérieuse technologie de Magic Leap

Article initial de Marc Zaffagni, paru le 27/10/2015

Fondée en 2010, la société Magic Leap travaille dans le plus grand secret sur une technologie de réalité augmentée qui semble suffisamment convaincante pour que Google, Qualcomm et peut-être bientôt le géant chinois Alibaba investissent des centaines de millions de dollars. Au-delà des deux vidéos de démonstration officielles, quelques informations plus concrètes permettent de se faire une meilleure idée de ce que prépare cette jeune pousse.

Deux vidéos de démonstration publiées sur YouTube. Voilà jusqu'à présent tout ce que Magic Leap a montré au grand public de sa technologie de réalité augmentée. Et pourtant, cette jeune entreprise innovante fondée en 2010 a déjà amassé plus de 590 millions de dollars l'année dernière (534 millions d'euros au cours actuel) auprès d'investisseurs aussi importants que Google, Qualcomm, le studio de cinéma Legendary Entertainment ou la société Weta Workshop, à qui l'on doit les effets spéciaux de la trilogie du Seigneur des anneaux. Et ce ne serait qu'un début.

Selon les informations du site Re/code, le géant chinois Alibaba pourrait mettre 200 millions de dollars sur la table (181 millions d'euros au cours actuel). Le South Florida Business Journal affirme pour sa part que Magic Leap serait en train de négocier une nouvelle levée de fonds qui pourrait atteindre le milliard de dollars. Des chiffres vertigineux sachant que la jeune pousse n'a livré aucun détail technique ni aucune date de lancement pour son produit. Si les investisseurs ayant choisi de miser sur cette technologie ont sans doute eu accès à des informations plus concrètes, les médias et le grand public doivent se contenter de vidéos, il est vrai plutôt impressionnantes.

Voici la deuxième vidéo de démonstration officielle publiée il y a quelques jours par Magic Leap. Contrairement à la première, celle-ci a été filmée directement depuis le dispositif de réalité augmentée et sans trucage. © Magic Leap

La deuxième vidéo a été tournée sans trucages

La première vidéo parue en mars dernier sur YouTube met en scène un jeu vidéo de tir dont l'action se déroule dans un environnement réel dans lequel des robots surgissent des quatre coins de la pièce. Cette première démonstration, qui avait été réalisée avec le concours de Weta Workshop, laissait planer un doute quant à la part d'effets spéciaux et celle de la technologie Magic Leap. C'est la même situation avec les lunettes de réalité augmentée HoloLens. Les démonstrations orchestrées par Microsoft présentent non pas le fonctionnement exact du produit, mais une vision du type de réalité augmentée à laquelle il peut conduire.

La société Magic Leap est tout de même allée un peu plus loin pour convaincre. Il y a quelques jours, elle a publié une deuxième démonstration vidéo, précisant qu'elle avait été tournée directement depuis son dispositif et sans effets spéciaux d'aucune sorte. Dans la séquence, on découvre une magnifique animation du Système solaire observé du point de vue de la personne qui utilise l'équipement Magic Leap. Le rendu est effectivement assez bluffant et laisse entrevoir ce qu'un tel système pourrait apporter à des applications ludiques, éducatives ou professionnelles. Mais que sait-on au juste de cette technologie nommée Digital Lightfield que ses concepteurs qualifient de « biomimétique » ?

Plus de 150 demandes de brevet

Si aucune information officielle n'a filtré, la start-up a déposé plus de 150 demandes de brevets auprès du bureau américain des brevets et des marques (USPTO) qui livrent quelques indices. D'après les dessins et schéma présents dans ces documents, l'équipement consiste en un casque ou des lunettes reliés à un boîtier portable équivalent à un mini-ordinateur qui renferme l'électronique et l'alimentation nécessaires. Ceci expliquerait le niveau de performance graphique du système qui reposerait sur une configuration matérielle plus puissante que des équipements intégrant des composants directement dans les lunettes ou le casque.

Pour ce qui est du dispositif de projection, il consiste à afficher une multitude d'images devant chaque œil au moyen de deux projecteurs miniatures qui envoient le signal sur des lentilles transparentes lesquelles le réfléchissent directement sur la rétine. En parallèle, une caméra infrarouge similaire au Kinect de Microsoft se charge de modéliser l'espace pour que les objets virtuels soient parfaitement intégrés au monde réel. D'après la description qu'en fait la Technology Review du MIT (Massachusetts Institute of Technology), le système de diffusion de Magic Leap s'intriquerait parfaitement avec la lumière ambiante, de sorte que notre cortex visuel ne ferait quasiment pas la différence entre les objets virtuels et réels.

Les nombreuses demandes de brevets déposées par la société basée en Floride suggèrent également que le dispositif reposera sur une plateforme de cloud computing qui gèrera une partie du traitement de l'information pour servir des applications spécifiques. Ainsi, Magic Leap saura par exemple reconnaître des actions et des objets pour diffuser des publicités contextuelles. Cela pourrait aller encore plus loin puisqu'il est question de détecter l'état émotionnel de l'utilisateur en se servant de reconnaissance faciale et d'intelligence artificielle afin d'adapter l'affichage en conséquence.

Tout ceci est très ambitieux mais il convient de relativiser. Les demandes de brevet servent avant tout à couvrir tous les cas d'usages possibles afin de pouvoir défendre sa propriété intellectuelle face à la concurrence. Ce qui ne signifie pas que ce qui est décrit verra forcément le jour... Magic Leap a beau faire preuve d'une grande maestria en matière de communication, elle va devoir entrer un peu plus dans le vif du sujet en montrant concrètement la réalité de sa technologie qui reste pour le moment très virtuelle.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Magic Leap, un pas de géant vers la réalité augmentée interactive  La réalité augmentée consiste à afficher des informations virtuelles dans le monde réel par l’intermédiaire d’un smartphone ou de lunettes par exemple. Magic Leap travaille depuis déjà plusieurs années sur cette technologie étonnante. Voici un aperçu de leurs dernières avancées en vidéo.