Décollage du Long March 5 (CZ-5) pour son troisième vol d'essai, le premier depuis l'échec du précédent vol survenu en juillet 2017. Le lancement a eu lieu depuis Wenchang, une base de lancement située sur l'île d'Hainan. Fin avril 2021, le lanceur Long March 5B a mis en orbite avec succès le premier module de la future station spatiale chinoise. © Casc
Sciences

L'étage central de la fusée chinoise est retombé sur Terre près des Maldives

ActualitéClassé sous :accès à l'espace , lanceur lourd , Long March 5

[EN VIDÉO] Débris spatiaux : plus de 20.000 objets polluent l’orbite terrestre  Depuis 1957 plus de 5.000 engins ont été expédiés dans l’espace, générant régulièrement de nombreux débris spatiaux. Ces objets sont une menace pour les futures missions que le Cnes prend très au sérieux. L’organisation nous présente en vidéo des solutions pour lutter contre ce problème. 

L'étage central du lanceur chinois Long March 5B a finalement plongé, enfin ce qu'il en restait, dans l'océan Indien près des Maldives, sans causer de dommage. Un événement qui interroge sur le retour sur Terre de ce type d'étage d'autant plus qu'il existe un vide juridique. Aucune loi ni traité impose de sécuriser cette retombée.

C'est fait. La retombée de l'étage central du lanceur Long March 5B a eu lieu ce dimanche dans l'océan Indien, près des Maldives. Depuis la découverte de la perte de son contrôle, cet événement avait suscité de vives inquiétudes, en raison de sa taille et de sa masse, quant aux dommages et éventuelles victimes qu'il pouvait occasionner sur la terre ferme.

Hier, l'USSPACECOM a confirmé que l'étage du lanceur Long March 5B était retombé dans l'océan Indien, près des Maldives, apparemment sans faire de victimes. Le gouvernement chinois a confirmé que l'étage s'est presque entièrement désintégré et consumé en rentrant dans l'atmosphère. Les autorités chinoises avaient affirmé que le retour incontrôlé de l'étage, qui avait placé le 29 avril sur orbite le premier module de sa station spatiale, présentait peu de risques.

Des risques faibles mais pas nuls

La Chine n'a pas tort. La chance qu'elle a, c'est que les océans occupent environ 70 % de la surface du globe et que les humains sont répartis sur environ 26 % des terres habitables (les terres émergées occupent 29,3 % du globe). Dit autrement, les risques que la chute d'un étage de retour d'orbite ou après sa mission occasionne des dégâts, voire des pertes humaines, s'ils ne sont pas nuls sont tout de même faibles. Space-Track, site de référence pour le suivi des satellites, a calculé qu'il y avait une possibilité sur 196,9 millions (soit 0,000000005 %) que l'étage retombe à moins de 800 mètres de n'importe quel endroit sur la Terre.

Cela dit, la Chine est tout de même assez coutumière du fait. En mai 2020, ce même lanceur avait connu pareille mésaventure. L'étage central était retombé en grande partie dans l'océan Atlantique, mais certains débris avaient atterri en Afrique de l'Ouest et des morceaux de l'étage s'étaient écrasés dans des villages habités en Côte d'Ivoire, sans faire de victimes. En septembre 2020, nous expliquions que les cadences élevées de lancement chinois induisaient des risques insensés pour les populations. À l'époque, un lanceur Long March 4B décollait de la base de lancement de Taiyuan et plaçait avec succès en orbite le satellite de télédétection Gaofen-11. Si la mise en orbite du satellite s'était bien déroulée, il faut savoir que l'étage principal du lanceur était retombé dans une zone habitée, mais sans faire de victimes.

On a eu de la chance cette fois-ci... mais les choses peuvent tourner autrement si on ne prend pas des mesures de précaution

La réaction des acteurs spatiaux est quasiment unanime et va dans le sens que les lanceurs lourds de plus de 10 tonnes ne « peuvent pas être laissés soumis à une entrée atmosphérique non contrôlée, et donc aléatoire », nous explique Nicolas Bobrinsky, expert des débris spatiaux au Centre européen des opérations spatiales. Et d'ajouter : « on a eu de la chance cette fois-ci, et l'année dernière en Côte d'Ivoire, mais les choses peuvent tourner autrement si on ne prend pas des mesures de précaution ».

Un vide juridique à combler

Or, il n'existe aucune loi ou traité international qui dicte la façon dont la rentrée des objets spatiaux est censée être accomplie. Reste à voir comment la Chine réagira à cette situation. Avec deux autres lancements de Long March 5B prévus cette année, nous serons rapidement fixés. La Chine prévoit en effet de lancer deux autres modules de sa station spatiale. Il est à craindre que le problème se pose de nouveau, car elle ne va évidemment pas doter cet étage d'un moteur rallumable pour contrôler sa désorbitation et son entrée atmosphérique !

Enfin, à la question de savoir si la Chine savait avant le lancement que son étage allait poser ce type de problème, on peut dire qu'il ne fait guère de doute que les responsables de la mission savaient qu'il y avait un risque, mais ils ont estimé que le risque de provoquer des dégâts - humains ou matériels - était faible. Cela explique pourquoi, l'installation d'un système de rentrée atmosphérique contrôlée n'a pas été prévue au moment de la conception du lanceur.

Pour en savoir plus

Le premier étage de la fusée chinoise devrait retomber sur Terre entre le 8 et le 9 mai

Article de Nathalie Mayer publié le 08/05/2021

La Chine a lancé, il y a quelques jours, le premier module de sa future station spatiale. Et aujourd'hui, l'étage principal de la fusée qui l'a mis en orbite, hors de contrôle, se dirige lentement, mais inexorablement vers la Terre. Où pourrait-il tomber ?

Il y a quelques jours, le lanceur chinois Long March 5B faisait la Une. Il avait mis en orbite Tianhe, le premier module, le cœur de la future station spatiale chinoise. Son étage principal aurait alors pu effectuer des manœuvres pour une rentrée contrôlée dans l'atmosphère de la Terre. Mais l'opération n'a pas eu lieu, condamnant le reste de la fusée à une collision prochaine - entre le 8 et le 9 mai, plus ou moins huit heures, annoncent les spécialistes - avec la surface de notre planète.

L'ennui, c'est que nul ne peut dire, à l'heure actuelle, où cette collision se produira. Car les radars au sol ont repéré l'objet - vous pouvez le suivre à cette adresse - de 30 mètres de long et de cinq mètres de diamètre qui dégringolait à une vitesse de plus de 25.500 km/h et à une altitude comprise entre 170 et 372 kilomètres. Une vitesse élevée et une altitude fluctuante additionnées à de nombreuses autres incertitudes qui empêchent en effet de prévoir le point d'impact.

Les dernières prédictions tablent sur une rentrée atmosphérique entre le 8 et le 9 mai. Sur la carte ci-dessus, les régions survolées par le débris spatial. 

Les experts dans le flou

Il y a un an, un morceau de 17 tonnes de la fusée Long March 5 était déjà tombé dans l'océan Pacifique après avoir partiellement brûlé. Quelques débris finissaient même dans un village de Côte d'Ivoire, heureusement sans faire de victime. Cette fois, certains espèrent que les débris tomberont sur Terre de nuit. Avec un étage principal neuf fois plus massif que le deuxième étage de la fusée Falcon 9 qui a illuminé le ciel de Seattle (États-Unis) il y a environ un mois, le spectacle pourrait être grandiose.

Les chances sont grandes pour qu'il tombe dans l'océan qui couvre quelque 70 % du globe. Mais compte tenu de l'inclinaison orbitale du débris, celui-ci pourrait tomber à peu près n'importe où dans une région limitée au nord par New-York, Madrid et Pékin et au sud, par le sud du Chili et Wellington (Nouvelle-Zélande). Une fois que le jour de son retour sur Terre sera établi, les experts devraient être en mesure de prévoir le point d'impact de l'étage principal de la fusée chinoise Long March 5B dans un délai de six heures avant l'impact.

Et les observateurs internationaux s'émeuvent de constater que la Chine semble ne pas avoir prévu de désorbitation contrôlée pour l'étage principal de son lanceur. Depuis 1990, rien de plus de 10 tonnes n'a été délibérément laissé en orbite pour rentrer dans notre atmosphère de manière incontrôlée. Or la « masse sèche » du débris en question est estimée à pas moins de... 21 tonnes ! En théorie, entre 20 et 40 % de cette masse pourrait arriver « intacte » au sol...


Le plus gros débris spatial depuis 30 ans est tombé sur Terre hier !

Les vestiges de la fusée chinoise Longue Marche 5, lancée le 5 mai, se sont récemment écrasés dans l'océan Atlantique. Cette descente incontrôlée d'un débris spatial est la plus spectaculaire de ces dernières décennies.

Article de Emma Hollen paru le 12/05/2020

La fusée chinoise Longue Marche 5 a accompli avec succès son lancement le 5 mai 2020, pour quelques jours d'orbite terrestre avant son retour sur Terre. Ce vol de qualification réussi est un nouveau feu vert pour l'Agence spatiale chinoise (CNSA), qui envisage d'envoyer une sonde martienne cet été, et planifie de nouvelles expéditions lunaires. Si le lancement s'est bien déroulé, il est tout de même à noter que la chute des débris spatiaux dans l'océan Atlantique, qui a eu lieu le 11 mai, est la plus spectaculaire de ces 30 dernières années.

Retour sain et sauf

Confirmée par le 18e escadron de contrôle spatial de la US Air Force, la descente s'est révélée notable tant par la taille des débris que par le temps durant lequel leur descente est demeurée incontrôlée. « Avec ses 17,8 tonnes, c'est l'objet le plus massif à effectuer une rentrée incontrôlée depuis le Salyut-7 de 39 tonnes en 1991, à moins que l'on compte OV-102 Columbia en 2003 », a tweeté l'astronome Jonathan McDowell du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics.

Bien que la descente ait été incontrôlée, comme pour nombre de débris spatiaux revenant sur Terre, elle était néanmoins planifiée et minutieusement monitorée. Survolant de vastes étendues, la fusée ne s'est certes pas consumée durant sa rentrée atmosphérique mais n'a pas non plus touché de zones habitées, une possibilité jugée peu probable par les experts. En effet, 95 % de la population occuperait seulement 10 % de la surface terrestre, et un débris de cette taille, bien qu'indéniablement dangereux et mortel en cas d'incident, ne risquerait pas de causer de dégâts sur un vaste rayon.

Prédiction de rentrée atmosphérique pour la fusée Longue Marche 5 (CZ-5B) © Google, SIO, NOAA, U.S. Navy, NGA, GEBCO, Copernicus, Image Landsat

Un grand pas pour la Chine ?

Avec cette nouvelle victoire, la CNSA assoie son ambition de conquête spatiale. « L'atterrissage réussi du nouveau vaisseau spatial [envoyé par la fusée Longue Marche 5] depuis la haute orbite démontre que la Chine envisage sérieusement d'envoyer des astronautes par-delà l'orbite terrestre - une chose que seule la Nasa a su accomplir - et, à terme, envoyer ses astronautes sur la Lune », commente Andrew Jones pour l'AFP.


Long March 5 : avec le lancement réussi, la Chine vise la Lune et Mars

Publié par Rémy Decourt, le 30 décembre 2019

Élément clé du programme spatial chinois, le lanceur Longue March 5 a réussi son retour en vol avec le lancement d'un satellite de télécommunications très avancé de 8 tonnes. En 2020, ce lanceur sera utilisé pour lancer un rover à destination de Mars et un autre chargé de rapporter des échantillons lunaires. Il sera également utilisé pour mettre en orbite le premier élément de la future spatiale chinoise. 

Retour en vol réussi du lanceur lourd Long March 5 qui a décollé depuis la base de lancement de Wenchang (sud de la Chine), dans la matinée du 27 décembre. Ce lanceur était immobilisé au sol depuis cet échec, survenu il y a 30 mois, en raison d'un défaut de conception d'une turbopompe du moteur YF-77 du premier étage, qui est aujourd'hui corrigé. Notez que le vol inaugural, en novembre 2016, ne s'était pas très bien passé avec un satellite mis sur une orbite plus basse que prévue.

La Société de sciences et technologies aérospatiales de Chine (Casc), principal constructeur des lanceurs chinois, a indiqué que la mission s'était bien déroulée avec la mise à poste réussie, sur une orbite de transfert géostationnaire, du satellite de télécommunications Shijian-20. Ce satellite de quelque 8 tonnes doit notamment tester des services et protocoles sécurisés de communications en bandes Q, V et laser. Avec le satellite Quess de communication quantique, il s'agit du satellite de télécommunications le plus avancé jamais réalisé par la Chine. Il vient en remplacement de Shijian-18, perdu lors du deuxième vol raté de la Longue March-5 en juillet 2017.

Transfert sur son pas de tir du lanceur Long March 5 pour son troisième vol. © Casc

Feu vert aux futures missions d’exploration habitées et robotiques de la Chine

Ce lanceur, légèrement plus puissant que le lanceur Ariane 5 d'Arianespace, est un élément clé du programme spatial chinois. Il est le seul capable de lancer certaines des missions les plus ambitieuses de ce programme dans les domaines de l'exploration robotique et les vols habités.

Cette année, trois autres vols sont d'ores et déjà prévus. Le premier, peut-être dès le mois de mars, avec le lancement d'une version inhabitée du successeur du Shenzhou, la capsule habitée chinoise. D'une capacité de 7,8 tonnes, cette nouvelle génération de véhicule spatial sera partiellement réutilisable avec une masse maximale au lancement d'environ 23 tonnes.

Deux missions chinoises inédites

Suivra cet été le lancement d'une mission à destination de Mars avec un orbiter et un rover. La Chine utilisera la même fenêtre de tir qu'utiliseront la Nasa et l'ESA pour lancer leur propre rover. En fin d'année, ce lanceur sera de nouveau utilisé pour lancer Chang'e 5, une mission de retour d’échantillons lunaires.

En 2020, les plans chinois prévoient également le lancement de Tianhe, élément central et principal de la future station spatiale chinoise. D'une masse de 20 tonnes, il servira à contrôler la navigation de la station (correction de trajectoire, d'attitude...) et ses différentes servitudes. Il servira de lieu de vie pour les taïkonautes chinois. Le lancement de ce module est très attendu. Il doit donner le coup d'envoi de l'assemblage en orbite de cette station de 60 à 90 tonnes. Bref, un planning chargé pour un lanceur avec un seul succès à son actif.


Longue Marche 5, le plus gros lanceur chinois, rate sa mission

Article de Rémy Decourt publié le 04/07/2017

Longue Marche 5, le lanceur des missions futures du programme lunaire et de la station spatiale chinoise, subit son second revers en deux vols. L'avertissement est d'autant plus sérieux que, début juin, un autre lanceur a aussi raté sa mission. Un troisième échec du Longue Marche 5 pourrait enrayer les ambitions lunaires de la Chine et retarder le début de la construction de sa station spatiale, comme nous l'explique Philippe Coué, spécialiste du programme spatial chinois.

Le deuxième lancement du Longue Marche 5, le lanceur le plus puissant de la Chine, s'est soldé par un échec. Le lanceur n'a pas explosé mais un problème est survenu avant la séparation du satellite de télécommunication Shijian-18, vraisemblablement perdu. « Une anomalie a été détectée durant le vol » : c'est la seule déclaration de l'agence Chine Nouvelle pour expliquer cet accident. La présence d'un panache de gaz, inhabituelle par son emplacement au niveau du premier étage, a été remarquée durant le décollage du lanceur. Elle pourrait suggérer un problème avec l'un des quatre moteurs de l'étage principal.

Cet échec est « évidemment très ennuyeux pour les Chinois car ce lanceur est celui de la station spatiale et des grandes missions lunaires », nous explique Philippe Coué, spécialiste français du programme spatial chinois. Il survient alors qu'en novembre 2016 le vol inaugural n'a pas été une complète réussite. Le satellite transporté par le lanceur a été placé sur une mauvaise orbite, mais finalement corrigée par l'étage supérieur du lanceur.

Le 2 juillet 2017, décollage du Longue Marche 5 Y2 depuis la base spatiale de Wenchang sur l'île méridionale de Hainan, avec à son bord le satcom de 7,5 tonnes Shijian-18. © CGTN, anciennement CCTV-9

Ariane 5 aussi a connu des revers à ses débuts

Ce revers pourrait freiner le programme spatial chinois. En effet, le Longue Marche 5 est le lanceur de la future station spatiale chinoise, dont les premiers éléments sont prévus fin 2018 ou début 2019, et des grandes missions du programme lunaire de la Chine. Le troisième vol de ce lanceur devait envoyer la mission de retour d’échantillons lunaires Chang'e 5. Ce lancement, prévu cette année, est évidemment reporté. Ce retard ne devrait pas affecter le calendrier de la construction de la station spatiale chinoise. On y verra plus clair après le troisième de vol de qualification du lanceur. On s'attend à ce que la Chine « mette le paquet pour que cela fonctionne la prochaine fois ». Faute de quoi ces deux programmes pourraient subir un coup d'arrêt.

Cela dit, Philippe Coué se veut rassurant. « Je ne suis pas inquiet pour l'avenir de ce lanceur. » Et de rappeler qu'avant les 80 succès d'affilée d'Ariane 5 ECA, le lanceur d'Arianespace avait « également connu des déboires en début de carrière ». En juin 1996, le premier lancement d'une Ariane 5 générique se conclut par son explosion 40 secondes après son décollage. Six ans plus tard, le premier vol de la version 10 tonnes, l'Ariane 5 ECA, s'est également soldé par un échec, un défaut du système de refroidissement du moteur Vulcain 2 ayant provoqué la retombée du lanceur trois minutes après le décollage.

Cet échec est aussi le deuxième impliquant un lanceur en seulement quelques semaines. Le 8 juin, un lanceur Chang-Zheng 3B/G2 avait également raté sa mission. Le satellite de télécommunications chinois Chinasat 9A qu'il transportait n'a pas atteint son orbite en raison, semble t-il, d'une défaillance lors du second allumage du troisième étage du lanceur. Chinasat 9A a manqué son orbite de quelque 19.440 kilomètres. Il s'est retrouvé sur « une orbite de 193 x 16.358 km, inclinée de 25,7°, au lieu de 35.800 km d'apogée », peut-on lire dans Air & Cosmos.

La Chine va-t-elle trop vite ou tout cela est-il dû à un concours de circonstances défavorables, voire à la réorganisation en sociétés concurrentes dans le domaine des lanceurs, comme le suggère Philippe Coué ?


Le lanceur lourd chinois a décollé

Article de Rémy Decourt publié le 04/11/2016

Quatre mois après l'entrée en service du lanceur Longue Marche 7 (CZ-7), la Chine fait de nouveau parler la poudre. Le 3 novembre, elle a lancé avec succès un nouveau lanceur, le CZ-5. Avec lui, le programme spatial chinois va connaitre un second souffle avec des missions très ambitieuses.

Annoncé pour le début de la décennie 2010, le lanceur lourd chinois CZ-5 vient de réaliser avec succès son vol d'inauguration. Il a décollé ce jeudi 3 novembre à 12 h 43 TU (20 h 43, heure locale), depuis Wenchang, le nouveau site de lancement chinois situé sur l'île d'Hainan dont c'est le deuxième tir opérationnel. En effet, ce site a été mis en service en juin dernier avec le lancement du CZ-7.

Ce CZ-5 (Longue Marche 5) préfigure une famille six lanceurs modulaires, c'est-à-dire qu'ils partageront des éléments communs pour réduire les délais de fabrication et les coûts. Trois de ces lanceurs seront dotés d'un étage supérieur cryogénique pour les orbites les plus hautes et lointaines.

Avec cette famille, la Chine se donne les moyens de ses ambitions spatiales. C'est en effet le lanceur chinois le plus puissant jamais construit par la CALT (China Academy of Launch vehicle Technology). Avec une capacité de 25 tonnes en orbite basse et de 14 tonnes sur orbite géostationnaire, il sera le lanceur des futurs éléments de la station spatiale chinoise. En termes de performances, on peut le comparer à l'Ariane 5 d’Arianespace ou aux américains Delta-IV Heavy et Atlas V.

Décollage du lanceur lourd CZ-5 et mise en orbite géostationnaire réussie de son passager, le satellite expérimental Shijian-17, de l'agence spatiale chinoise CNSA, équipé d'un moteur électrique. © CCTV

Avec le CZ-5, la Chine donne vie à ses rêves spatiaux

Son entrée en service ravit la communauté spatiale chinoise. Et pour cause. Le lancement de quelques-unes des missions les plus ambitieuses dépend de l'entrée en service de ce CZ-5. Ainsi, en 2017 décollera à destination de la Lune la mission de retour d’échantillons lunaires Chang'e 5. En 2018, c'est le module central de la future station spatiale (Tianhe 1) qui sera lancé, et en 2020, la Chine s'en ira à destination de Mars avec une mission très ambitieuse qui prévoit un orbiteur, un atterrisseur et un rover.

Enfin, ces lanceurs renforceront les capacités chinoises de lancement de satellites de plus de 5 tonnes, en orbite géostationnaire. Compte tenu des règles ITAR de l'administration américaine qui empêchent la Chine de lancer un satellite s'il est construit à partir de composants américains, cette famille de lanceurs ne pourra évidemment pas faire de l'ombre à Arianespace ou SpaceX. En revanche, elle va leur permettre de se doter de satellites plus lourds, ce qui renforcera son infrastructure spatiale avec à la clé de nouvelles applications et services.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !