Premier vol réussi du lanceur Longue Marche 6 depuis le port spatial de Taiyuan. © CNSA / Reuters

Sciences

Le nouveau lanceur chinois Longue Marche 6 testé avec succès

ActualitéClassé sous :accès à l'espace , Long March 6 , CNSA

Le lanceur léger Longue Marche 6, qui vient de réussir son premier vol, donne à la Chine les moyens de mettre en orbite rapidement des petits satellites en orbite basse.

La Chine diversifie ses moyens d'accès à l'espace et inaugure un nouveau lanceur. De dimensions modestes et développé par le SAST (Shanghai Academy of Spaceflight Technology), il comporte trois étages. Ce Longue Marche 6 vient de réaliser avec succès son vol inaugural depuis le port spatial de Taiyuan, dans le Shanxi, au nord de la Chine.

Pour son premier tir, il n'est pas parti à vide : il embarquait 20 petits satellites qui ont été correctement déployés en orbite. C'est ce qu'a confirmé le réseau de surveillance américain de l'espace, qui note la présence de ces satellites sur une orbite quasi circulaire à 525 kilomètres et inclinée à 97,5°.

Longue Marche 6 a un petit air de ressemblance avec le Vega d'Arianespace, dont les performances sont plus élevées. © CNSA

Un peu de Longue Marche 5 dans Longue Marche 6

D'une hauteur totale de 29,3 mètres pour une masse de 103 tonnes au décollage, ce lanceur utilise comme carburant un mélange de kérosène et d'oxygène liquide, nettement moins polluants que les ergols actuellement utilisés par les lanceurs chinois. Il utilise également certains composants du futur lanceur lourd chinois Longue Marche 5 en cours de développement.

Le premier étage est propulsé par le moteur YF-100 orientable d'une poussée de 122 tonnes et quatre propulseurs de 1 kilonewton (1.000 N) assurent le contrôle du roulis. Le deuxième étage utilise le moteur YF-115, orientable et réallumable d'une poussée de 18 tonnes. Il est aussi équipé de quatre propulseurs pour le contrôle du roulis (25 N). L'étage supérieur, lui, est propulsé par quatre moteurs de 1 kN de poussée utilisant un mélange de kérosène et de peroxyde d'hydrogène. Il possède huit moteurs de 100 N pour le contrôle d'attitude. Quant à la coiffe, son diamètre varie de 2,25 à 2,6 mètres pour une longueur de 5,7 mètres.

Décollage du petit dernier de la gamme des lanceurs chinois, Longue Marche 6, depuis son pas de tir du port spatial de Taiyuan. © CNSA

Longue Marche 6 interdit sur le marché occidental

Ce lanceur sera principalement utilisé pour lancer des petits satellites en orbite basse. D'après les informations qu'a bien voulu dévoiler la Chine, il serait capable d'emporter quelque 1.500 kilogrammes à 700 ou 800 kilomètres d'altitude. Avec un temps de préparation au lancement de seulement une semaine, il se destine également à des besoins urgents, comme le lancement dans des délais très courts de charges utiles en panne de lanceur par exemple.

S'il ne fait guère de doute que ce lanceur pourrait s'accaparer des contrats sur les marchés occidentaux du lancement de satellites ouverts à la concurrence, les règles Itar l'en empêcheront. Ces règles de l'administration américaine restreignent l'exportation et la vente de matériels et de composants sensibles construits aux États-Unis vers les pays figurant sur la liste de pays proscrits de Washington, dont la Chine fait partie. En clair, la Chine ne peut pas lancer un satellite s'il est construit à partir de composants américains.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi