Tout le monde sait que la France lance ses fusées depuis Kourou, en Guyane, très loin de la métropole, à quelque 7.000 kilomètres. Le coût d’acheminement du matériel et le budget consacré pour faire vivre un grand nombre d’ingénieurs et leurs familles, sur place, est conséquent. Alors, pourquoi avoir installé la base aéronautique française à Kourou et non en France métropolitaine ?

Il existe au moins deux raisons à ce choix de la Guyane. La première est qu'un grand nombre de satellites lancés sont géostationnaires, c'est-à-dire qu'ils paraissent immobiles vus de la TerreTerre. Autrement dit, ils restent toujours à la verticale du même point, ce qui est utile pour les télécommunications et la télédiffusion. Si ce n'était pas le cas, les paraboles sur nos toitstoits devraient être mobiles pour suivre les satellites, ce qui ne serait guère pratique et augmenterait le coût des télévisions satellitaires.

Carte des installations du Centre spatial guyanais (CSG) de Kourou, Guyane Française. © Pline, <em>Wikimedia commons,</em> CC by-sa 3.0

Carte des installations du Centre spatial guyanais (CSG) de Kourou, Guyane Française. © Pline, Wikimedia commons, CC by-sa 3.0

Pour être géostationnaire, et pour des raisons astronomiques, les satellites doivent tourner dans le plan de l'équateuréquateur à l'altitude de 35.786 kilomètres afin que la période de révolutionpériode de révolution soit de 24 heures exactement. Une base de lancement proche de l'équateur permet donc l'envoi direct de satellites dans le plan équatorial, ce qui fait faire des économies ... Et Kourou est à cinq kilomètres seulement de l'équateur.

Un effet de fronde

L'autre raison est la force centrifuge, qui aide au lancement en donnant un effet de fronde. Comme elle est proportionnelle à la distance à l'axe de la Terre, une base au niveau de l'équateur l'optimise. Cette force naturelle permet de réaliser une économie de carburant au décollage.