Sciences

Le deuxième lancement de Soyouz ST en Guyane se prépare

ActualitéClassé sous :Astronautique , soyouz , Soyouz ST

-

Pour son deuxième lancement depuis la Guyane, prévu mi-décembre, Soyouz mettra en orbite 6 satellites, dont Pléiades, un satellite d'imagerie optique à très haute résolution qui ravira autant ses utilisateurs civils que militaires.

Alors que les satellites Galileo sont en route vers leur position finale, à quelque 23.200 kilomètres d’altitude, le lanceur russe Soyouz se prépare à une nouvelle mission depuis la Guyane. Cette fois, la fusée devra mettre en orbite mais six satellites, dont Pléiades. © Esa/S. Corvaja
  • À lire, notre dossier complet sur les satellites 

Le Centre spatial guyanais est en pleine effervescence avec pas moins de trois campagnes de lancement en cours. Il y a celle du premier lancement de Vega, de l'ATV numéro 3 Edoardo Amaldi à destination de la Station spatiale et du deuxième tir d'un Soyouz depuis son Ensemble de lancement. Quant au prochain lancement commercial d'une Ariane 5, il n'est pas prévu avant le mois d'avril 2012 en raison de l'indisponibilité d'un des deux satellites qui doivent être lancés lors de cette mission.

Pour sa deuxième mission guyanaise, Soyouz mettra en orbite 6 satellites, tous construits par Astrium. Son lancement est prévu vers la mi-décembre. Cette mission a nécessité la fabrication d'une structure spéciale d'emport satellite pour mettre en orbite successivement les satellites Pléiades 1, les 4 satellites Elisa et enfin le chilien SSOT.

Pléiades 1 est sans conteste le passager le plus précieux. Il s'agit d'un satellite d'imagerie optique à très haute résolution qui prendra des clichés de la Terre de 70 centimètres de résolution sur une largeur de 20 kilomètres (Après traitement, ces images prises donnent des produits à 50 centimètres de résolution). Il sera rejoint en orbite par le second Pléiades un an plus tard.
Un satellite Pléiades dans l'usine Astrium de Toulouse en phase de test. © Rémy Decourt

Voir la Terre bien mieux qu'avant

Ce système d'observation de la Terre est dit dual car ses données seront utilisées à la fois par les forces armées des pays européens participant au programme (France, Espagne et Italie) et à des fins civiles. Il répondra aux besoins de nombreuses applications liées à l'observation de la Terre.

À terme, les satellites Spot 6 et 7, conçus pour prendre le relais de Spot 5 dans la famille des produits de 1,5 m de résolution, viendront compléter cette constellation. Enfin, Pléiades 1 et 2 font également partie du programme Orfeo, un système dual d'observation de la Terre à résolution métrique, dont Pléiades (France) est la composante optique et Cosmo-Skymed (Italie) est la composante radar.

Quant aux autres passagers, il s'agit des quatre satellites du démonstrateur Elisa, objets d'une coopération entre la Direction générale de l'armement (DGA) et le Cnes. Ils sont destinés à démontrer les capacités de cartographie et de caractérisation des émetteurs radar en tout point du globe terrestre. Le sixième étant le satellite chilien SSOT (Sistema Satelital para la Observación de la Tierra) d'observation de la Terre.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi