Premier vol du lanceur Vega d'Arianespace (février 2012). © ESA, S. Corvaja

Sciences

La Chine présente son futur lanceur lourd

ActualitéClassé sous :accès à l'espace , lanceurs chinois , lanceur Long March

Pour compléter sa gamme de lanceurs et mettre en orbite les éléments de son infrastructure spatiale pour envoyer des hommes sur la Lune, vivre et travailler autour de la Terre, la Chine va se doter d'un nouveau lanceur lourd. Mais pas avant 2030, le temps que certains verrous technologiques sautent, diamètre du lanceur et taille des réservoirs notamment. 

Long Lehao, haut responsable de l'Académie chinoise de technologie des lanceurs, a dévoilé fin mai l'existence d'un projet de lanceur lourd de 140 tonnes de performance dont l'entrée en service n'est pas prévue avant l'horizon 2030. Ce lanceur, baptisé Long March 9 sera capable d'emporter plus de cinq fois la charge utile du Long March 5, l'actuel lanceur lourd en service de la Chine ! Il sera aussi légèrement plus puissant que le Space Launch System (SLS), le lanceur lourd de la Nasa dont la mise en service est prévue en 2020, 10 ans avant le Long March 9.

Haut de 93 mètres et large de 10 mètres, le Long March 9 sera doté de quatre boosters de cinq mètres de diamètre. En terme de performance, il sera capable d'envoyer 140 tonnes en orbite basse, 50 tonnes à destination de la Lune et 44 tonnes vers la planète Mars.

La Lune en point de mire. © Jaxa, NHK

Le lanceur des missions habitées sur la Lune

Sa première grande mission sera d'envoyer tout le nécessaire sur Mars pour rapporter des échantillons de la Planète rouge. Mais, ce lanceur est avant tout conçu pour faciliter l'exploration humaine de la Lune. Il sera aussi utilisé pour lancer les éléments de la centrale de production d'énergie solaire que la Chine souhaite construire en orbite.


Long Lehao a aussi révélé que la Chine étudiait une version améliorée du Long March 5 pour le lancement de modules en orbite basse terrestre. La mise en service de ce lanceur Long March 5B est prévue après le retour en vol du Long March 5 (été 2019) dont les deux premiers vols se sont soldés par autant d'échecs.

Long Lehao a également confirmé que le vol inaugural du Long March 8, le premier lanceur chinois partiellement réutilisable, était prévu en 2021. Comme indiqué précédemment, pour réduire les coûts et les risques de développement, ce lanceur utilisera des éléments d'autres lanceurs déjà en service. Ainsi, l'étage principal, avec deux moteurs YF-100, sera dérivé de celui du Long March 7. Ce moteur est dérivé du RD-120 russe à kérosène et oxygène liquide utilisé par le lanceur Zenit. Les boosters d'appoint, au nombre de deux ou quatre, sont ceux du Long March 11. Quant à l'étage supérieur, il utilisera des éléments du deuxième étage à oxygène liquide-oxygène de la fusée Long March 3A.

  • La Chine va se doter d'un lanceur lourd similaire au SLS américain de la Nasa.
  • Long March 9 sera plus puissant et capable d'envoyer 140 tonnes en orbite basse contre 130 tonnes pour le SLS. Signe que le rattrapage technologique n'est pas complètement terminé, ce lanceur chinois entrera en service 10 ans après le SLS.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !


Envie d'une réduction pour vos vacances ? Utilisez un code promo Booking !