Le sel amoindrit la respiration et la production énergétique cellulaire. Avec des conséquences non seulement sur la maturation des monocytes, précurseurs des macrophages, mais aussi probablement sur l’ensemble des cellules de notre corps.

L'excès de sel est connu pour favoriser l’hypertension artérielle, les maladies cardiovasculairesmaladies cardiovasculaires, les calculs rénauxcalculs rénaux ou l'ostéoporoseostéoporose. De précédentes études (lire ci-dessous) ont également montré que le sel affaiblit les défenses immunitaires, en inhibant l'action des granulocytes neutrophilesneutrophiles, les globules blancsglobules blancs qui « mangent » les cellules infectées. Des chercheurs de Max Delbrück Center, à Berlin, ont aujourd'hui découvert un nouveau mécanisme à l'œuvre : le sel « étoufferait » littéralement nos cellules en empêchant la respiration mitochondriale.

Voir aussi

Sel : quelle est la quantité recommandée ?

Les cellules produisent moins d’ATP et consomment moins d’oxygène

En 2015, des chercheurs avaient remarqué que des concentrations élevées de sodiumsodium dans le sang affectent à la fois l'activation et la fonction des monocytesmonocytes circulant, les précurseurs des macrophagesmacrophages qui sont les « camions poubelle » chargés de nettoyer les microbesmicrobes morts. Mais les mécanismes de cet effet demeuraient encore mystérieux. Sabrina Geisberger et ses collègues ont cherché à en savoir plus : ils ont d'abord examiné le métabolismemétabolisme des cellules immunitaires d'hommes et de souris soumises à des concentrations élevées en sel. Après seulement trois heures, ils ont observé que le sel perturbait le fonctionnement des mitochondries, la centrale énergétique de la cellule. Résultat : « Les cellules produisent moins d'ATPATP [le carburant qui alimente les cellules pour que celles-ci fabriquent les protéinesprotéines et d'autres moléculesmolécules, ndlr] et consomment moins d'oxygène », atteste Sabrina Geisberger, principale auteure de l'étude parue dans la revue Circulation.

Les mitochondries servent à la respiration cellulaire et à la production d’énergie en produisant de l’ATP <em>via</em> l’oxydation du glucose. © popyconcept, Adobe Stock
Les mitochondries servent à la respiration cellulaire et à la production d’énergie en produisant de l’ATP via l’oxydation du glucose. © popyconcept, Adobe Stock

Paradoxalement, l'effet immunitaire est renforcé car cette perturbation de la respiration aboutit à une maturation différente des monocytes. « Ces derniers dopent la réaction inflammatoire des phagocytes, ce qui accroît leur capacité à lutter contre les infections bactériennes mais peut aussi amener à une augmentation du risque cardiovasculaire », explique Dominik Müller, coauteur de l'étude.

Une seule pizza suffit à priver les cellules d’énergie

La bonne nouvelle, c'est que cet effet semble transitoire. Les chercheurs ont étudié l'effet d'une seule pizza contenant 10 grammes de sel chez des volontaires masculins. « Alors que l'effet modérateur sur les mitochondries est significatif trois heures après le repas, il est à peine mesurable après huit heures », note l'étude. « C'est une bonne nouvelle, car s'il s'agissait d'une perturbation prolongée, les cellules pourraient être durablement privées d'énergie, confirme Dominik Müller. Néanmoins, le risque à long terme d'une consommation répétée d’aliments très salés ne doit pas être exclu ».

Voir aussi

Sel : comment réduire sa consommation ?

Si l'étude s'est ici spécifiquement penchée sur les cellules immunitaires, il est probable que l'effet concerne l'ensemble des autres cellules du corps, puisque ces dernières comportent toutes des mitochondries -- à l'exception des globules rouges. On les trouve ainsi en nombre particulièrement élevé dans les cellules qui requièrent beaucoup d'énergieénergie, comme les cellules musculairescellules musculaires ou les neuronesneurones. Ce n'est sans doute pas un hasard si on a constaté une intensification du déclin cognitif chez des personnes ayant un régime riche en sel. Un effet heureusement là encore réversibleréversible.


Manger trop salé affaiblit nos défenses immunitaires

Article de Céline DeluzarcheCéline Deluzarche publié le 30/03/2020

On sait depuis longtemps qu'une alimentation trop salée est un facteur d'hypertension. Une nouvelle étude montre que l'excès sel nous rend aussi plus vulnérable aux infections. Manger deux menus de fast-foods dans la journée suffit ainsi à amoindrir significativement la réponse anti-bactérienne des cellules immunitaires.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) préconise une consommation de 5 grammes par jour. Or, en France, la consommation moyenne de sel ajouté est de 9 g/jour en moyenne chez les hommes et de 7 g/j chez les femmes, d'après l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (AnsesAnses). De très nombreuses études ont montré les méfaits de cet excès de sel : il favorise la rétention d'eaurétention d'eau, l'hypertension artériellehypertension artérielle et les maladies cardiovasculaires. Il accroît aussi le risque d'ostéoporose et de déclin cognitif chez les personnes sédentaires. Une nouvelle étude de l'université de Bonn, parue dans Science Translational Medicine, met en évidence un nouvel effet néfaste du sel : ce dernier affaiblirait le système immunitairesystème immunitaire en le rendant plus sensibles aux infections bactériennes.

Le sel renforce la réponse immunitaire… sur la peau

De précédentes études allaient pourtant dans le sens inverse. En stimulant la production de macrophages et de lymphocyteslymphocytes T, le sel aiderait à lutter contre les maladies de peau parasitaires comme la leishmanioseleishmaniose ou l'eczéma atopique. Le sel est, par ailleurs, cytotoxiquecytotoxique pour les bactéries. Mais, pour Katarzyna Jobin, principale auteure de la nouvelle étude, ces observations, peut-être valables pour la peau, ne peuvent pas être généralisées au niveau de l'organisme entier. « La concentration en sel est maintenue en grande partie constante dans le sang et dans les différents organes, explique la chercheuse. Dans le cas contraire, des processus biologiques importants seraient altérés ». La seule exception est justement la peau, qui fonctionne comme un « réservoir de sel » pour l'organisme.

Le rein réagit à l’excès de sel en sécrétant des glucocorticoïdes, qui amoindrissent l’inflammation et la réponse immunitaire. © abhijith3747, Adobe Stock
Le rein réagit à l’excès de sel en sécrétant des glucocorticoïdes, qui amoindrissent l’inflammation et la réponse immunitaire. © abhijith3747, Adobe Stock

Pour le reste, le sel en excès est filtré par le reinrein et excrété dans l'urine. Et c'est là que se situe le problème : la médullairemédullaire rénale, qui sert de « capteurcapteur » pour maintenir l'équilibre sanguin en sel et en eau, entraîne une accumulation de glucocorticoïdes lorsqu'on mange trop salé. Ces derniers inhibent à leur tour l'action des granulocytesgranulocytes neutrophiles, des cellules immunitaires qui s'attaquent aux bactéries. Bien que leur nombre reste constant, ces derniers semblent beaucoup moins efficaces -- c'est d'ailleurs pourquoi la corticostérone est utilisée comme anti-inflammatoireanti-inflammatoire.

Deux gros hamburgers par jour suffisent à affaiblir les cellules immunitaires

Pour démontrer ce mécanisme, les chercheurs ont soumis des souris infectées par la Listeria à un régime riche en sel, et ont constaté que ces dernières présentaient une concentration de bactéries pathogènespathogènes 100 à 1.000 fois supérieure à celle des souris normales. Même conclusion pour les infections urinairesinfections urinaires à E.Coli, qui guérissent également beaucoup plus lentement chez les souris nourries avec un régime très salé, note l'étude. Les chercheurs ont poursuivi leur investigation chez l'humain. Dix volontaires ont été nourris avec un régime hypersodé (6 g de sel supplémentaire par jour, l'équivalent de deux gros hamburgers) pendant une semaine. Résultat : une augmentation de corticostérone pouvant aller jusqu'à 500 %.

« Nos travaux soulignent la limite des expériences menées sur des cultures cellulaires, souligne Katarzyna Jobin. Ce n'est qu'en étudiant un organisme dans son entier que nous avons pu découvrir les circuits de contrôle complexes qui lient la consommation de sel à cette immunodéficienceimmunodéficience ». À méditer lorsque vous lirez les prochains titres tapageurs de résultats scientifiques.