Le sel est nécessaire au bon fonctionnement de l'organisme, mais sa consommation en excès est mauvaise pour la santé. © Weyo, Adobe Stock
Santé

Consommation de sel en excès : quels sont les risques ?

Question/RéponseClassé sous :Nutrition , sel , goût
 

Sel de table ou sel de la vie, le sel est aussi indispensable à l'organisme qu'aux préparations culinaires. C'est peu dire que ce petit grain blanc a su se rendre précieux mais point n'en faut car sa consommation en excès met à mal notre santé et peut lui causer des graves complications.

L'excès de sel est source de complications pour notre santé. Pourtant, saveur fondamentale, le sel (ou chlorure de sodium, NaCl) est un formidable exhausteur de goût. Autrefois, considéré comme denrée de première nécessité car permettant de conserver les aliments, le sel faisait l'objet d'une taxe royale, la gabelle, sous l'Ancien régime.

Aujourd'hui, le sel trône sur toutes les tables. Toutefois, une consommation excessive va agir comme une bombe à retardement. Hypertension artérielle, infarctus du myocarde, ou accident vasculaire cérébral (AVC)... Les risques associés à une trop forte consommation de sel sont bien réels. Une trop grande consommation faciliterait l'élimination du calcium, par la voie urinaire, et  pourrait aussi provoquer l'apparition de l’ostéoporose, fragilisant des os et favorisant le risque de fractures.

Les herbes aromatiques, les vinaigres à base de fruits, les épices peuvent remplacer le sel et relever le goût des plats. © Motortion, Adobe Stock

Consommation de sel : ne pas dépasser 6 grammes par jour

« Nos besoins physiologiques quotidiens en sel sont de 2 grammes environ. Ce qui représente moins de la moitié d'une cuillère à café, explique Florence Rossi, de l'Association française des diététiciens nutritionnistes. L'OMS fixe à 6 grammes la consommation maximale par jour. Mais la majorité des Français est plus proche des 10 grammes ! Or l'excès de sodium est un facteur de risque cardiovasculaire reconnu, mais aussi d'ostéoporose et de certains cancers digestifs. » Un conseil : réduisez les doses ! 

Comment limiter ses apports en sel ? En faisant la chasse aux plats tout préparés, issus de l'industrie agro-alimentaire, en lisant les étiquettes et en les traduisant car 1 g de sodium équivaut à 2,5 g de sel !

À chaque fois que cela est possible, mieux vaut privilégier les préparations culinaires faites maison en évitant de saler l'eau de cuisson par exemple. Il existe des substituts au sel ; les herbes aromatiques, les vinaigres à base de fruits ou les épices relèvent le goût des plats et les accompagnent  subtilement et sainement.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !