La crise sanitaire de la Covid-19 a entraîné d'importants retards dans les campagnes de vaccination contre la rougeole, déstabilisant la couverture vaccinale dans le monde et mettant en danger des millions d'enfants. Conséquence directe, les cas déclarés ont dramatiquement augmenté. L'ONU et l'OMS redoutent que ce retard ne soit aggravé par une trop rapide levée des mesures sanitaires et que cette flambée de rougeole ne contribue également à la recrudescence d'épidémies.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Quelles sont les différences entre bactéries et virus ? Ce sont des microbes. Ils sont tout petits et on les confond assez facilement. Pourtant, bactéries et virus sont deux choses bien différentes. Et pour lutter efficacement contre ceux qui provoquent des maladies, mieux vaut les identifier clairement.

Les cas signalés de rougeole ont explosé de près de 80 % dans le monde au cours des deux premiers mois de l'année, ont annoncé mercredi l'Organisation mondiale de la Santé et l'Unicef. L'OMSOMS n'a eu de cesse ces derniers mois de sonner l'alarme sur le risque de « catastrophe absolue » si le dangereux retard pris dans la vaccinationvaccination des enfants à cause de la pandémiepandémie de Covid-19Covid-19 n'est pas rattrapé et si les restrictions sanitaires sont levées trop vite.

Le résultat est vertigineux : le nombre de cas a bondi de 79 % au cours des deux premiers mois de 2022, en comparaison avec la même période l'an dernier, selon l'OMS et l'Unicef. Les deux agences de l'ONU craignent désormais l'apparition de graves épidémies de rougeole, une maladie virale hautement contagieuse, qui pourraient toucher des « millions d'enfants » en 2022.

Pour l'instant, quelque 17.338 cas de rougeole ont été signalés dans le monde en janvier et février 2022, contre 9.665 au cours des deux premiers mois de 2021. Mais les chiffres sont probablement plus élevés car la pandémie a perturbé les systèmes de surveillance. La meilleure protection contre la rougeole, qui tire son nom des plaques rouges caractéristiques sur tout le corps, est une couverture vaccinalecouverture vaccinale très élevée.

 Selon l'OMS et l'Unicef, les conditions sont propices pour une recrudescence de graves épidémies de maladies que la vaccination peut éviter. © Savo Prelevic, AFP
 Selon l'OMS et l'Unicef, les conditions sont propices pour une recrudescence de graves épidémies de maladies que la vaccination peut éviter. © Savo Prelevic, AFP

Le signe avant-coureur du retour d'épidémies de maladies mortelles

Il y a eu 21 épidémiesépidémies de rougeole importantes au cours des 12 derniers mois (jusqu'en avril), la plupart en Afrique et dans la région de la Méditerranée orientale. Les pays qui ont connu les plus grandes épidémies de rougeole depuis l'année dernière sont la Somalie, le Yémen, le Nigeria, l'Afghanistan et l'Ethiopie.

La rougeole étant très contagieuse, les cas ont tendance à apparaître lorsque les niveaux de vaccination diminuent. Les deux agences onusiennes craignent que les épidémies de rougeole soient un signe avant-coureur d'épidémies d'autres maladies qui se propagent plus lentement. 

Voir aussi

La pandémie de Covid a entraîné un dramatique retard vaccinal

« La rougeole est plus qu'une maladie dangereuse et potentiellement mortelle. C'est aussi un des premiers signes qu'il y a des lacunes dans la couverture vaccinale mondiale », a souligné la directrice générale de l'Unicef, Catherine Russell. Selon l'OMS et l'Unicef, un nombre trop élevé d'enfants n'ont pas pu bénéficier de vaccinsvaccins contre la rougeole en raison notamment des perturbations des systèmes de santé liées à la pandémie de Covid-19.

La Covid-19 a déstabilisé la couverture vaccinale mondiale 

En 2020, 23 millions d'enfants dans le monde n'ont pas reçu les vaccins infantiles de base par le biais des services de santé de routine, le nombre le plus élevé depuis 2009 et 3,7 millions de plus qu'en 2019, selon l'OMS et l'Unicef.

L'impact de ces interruptions des services de vaccination se fera sentir pendant des décennies

« La pandémie de Covid-19 a interrompu les services de vaccination, les systèmes de santé ont été débordés et nous assistons maintenant à une résurgence de maladies mortelles, dont la rougeole. Pour de nombreuses autres maladies, l'impact de ces interruptions des services de vaccination se fera sentir pendant des décennies, a averti le chef de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Le moment est venu de remettre sur les rails les programmes de vaccination essentielle et de lancer des campagnes de rattrapage afin que tout le monde puisse avoir accès à ces vaccins vitaux ».

Le saviez-vous ?

La rougeole est la maladie la plus contagieuse au monde : on estime qu’un malade peut contaminer jusqu’à 20 personnes. Elle se transmet par la toux, les éternuements et les sécrétions nasales, et affecte particulièrement les enfants de moins de cinq ans, mais aussi les adultes non vaccinés, chez qui elle peut prendre des formes graves. Chez les plus de 15 ans, dans un cas sur deux de rougeole, une hospitalisation est nécessaire. Le vaccin est remboursé à 100 % par l’Assurance maladie pour les moins de 17 ans.

Le risque d'épidémies importantes augmente à mesure que les pays assouplissent les mesures préventives prises pour lutter contre la Covid-19, telles que le respect de la distanciation physiquephysique.

« Il est encourageant de constater que les habitants de nombreuses communautés commencent à se sentir suffisamment protégés contre le Covid-19 pour reprendre davantage d'activités sociales. Mais le faire dans des endroits où les enfants ne reçoivent pas de vaccination de routine crée les conditions parfaites pour qu'une maladie comme la rougeole se propage », a averti Mme Russell.

Le déplacement de millions de personnes en raison des conflits et des crises en Ukraine, Ethiopie, Somalie et Afghanistan, entre autres, augmente également le risque d'épidémies auprès des populations déjà très affaiblies.


Le retour en force de la rougeole, plus meurtrière que jamais

La pandémie de coronaviruscoronavirus a tendance à éclipser toute autre épidémie. La rougeole, maladie la plus contagieuse au monde, est pourtant en pleine recrudescence : elle a fait plus de 200.000 morts en 2019, une hausse de 50 % en trois ans. L'Europe est particulièrement touchée, en raison notamment du mouvementmouvement anti-vaccins.

Article de Céline DeluzarcheCéline Deluzarche, publié le 16 novembre 2020

Alors que le nombre de morts de la Covid-19 est égrainé quotidiennement dans les médias, on se préoccupe beaucoup moins des autres maladies, qui continuent pourtant à tuer insidieusement. C'est notamment le cas de la rougeole, une maladie qui semble bénigne aux premiers abords mais qui a pourtant causé 207.500 décès en 2019, soit 50 % de plus qu'en 2016. Environ 869.770 personnes ont attrapé la rougeole l'an dernier, un chiffre en hausse de 556 % en trois ans, selon un rapport de l’OMS et du Centre de contrôle et de Prévention américain (CDC). Et encore, il ne s'agit que d'une estimation basse, la majeure partie des cas n'étant pas reportés. Le nombre de cas serait en réalité de 9,83 millions. Alors que 125 pays étaient déclarés exempts de rougeole en 2016 (moins de cinq cas pour un million d'habitants), ils n'étaient plus que 85 en 2019, indique le rapport. Le taux d’incidence, qui était tombé à 18 cas pour un million d'habitants (un chiffre historiquement bas), a été multiplié par 10 en l'espace de trois ans.

Le recul de la vaccination

Jusqu'au début des années 2010, pourtant, tout allait bien. Grâce à la vaccination, dont la couverture a progressé de 72 % à 84 % entre 2000 et 2010, le taux d'incidenceincidence avait été divisé par trois. Entre 2000 et 2018, la vaccination aurait ainsi évité la mort de 23,2 millions d’enfants, estime l'OMS. Mais depuis, c'est la dégringolade. Le taux de vaccination stagne, et il a même reculé dans certains pays. En France, le taux de couverture du ROR (vaccin rougeole-oreillons-rubéole) à l'âge de 24 mois est ainsi passé de 90,6 % en 2014 à 89,6 % en 2017 (ce qui a d'ailleurs poussé le gouvernement à rendre ce vaccin obligatoire depuis 2017). Au niveau mondial, le taux de couverture de la deuxième dose n'est aujourd'hui que de 71 %, bien inférieur aux 95 % théoriquement nécessaires pour éradiquer la maladie.

Les efforts pour combattre la Covid-19 ont perturbé les vaccinations et nuisent aux activités de prévention. © GAVI/2012/Ryan Youngblood, Flickr
Les efforts pour combattre la Covid-19 ont perturbé les vaccinations et nuisent aux activités de prévention. © GAVI/2012/Ryan Youngblood, Flickr

Avant la crise du coronavirus, le monde était en proie à une crise de la rougeole, qui n’a pas disparu

Les choses risquent de ne pas s'arranger dans les mois à venir, même si le nombre de cas de rougeole semble plus faible en 2020, probablement en raison des confinements à travers le monde. « Avant la crise du coronavirus, le monde était en proie à une crise de la rougeole, qui n'a pas disparu », insiste Henrietta Fore, directrice générale de l'Unicef. Or, l'épidémie de Covid-19 a fortement perturbé les campagnes de vaccination à travers le monde. En novembre, plus de 94 millions de personnes risquaient de ne pas être vaccinées comme prévu à cause de l'interruption des campagnes de lutte contre la rougeole dans 26 pays, s'alarme l'OMS. « Bien que la pandémie de Covid-19 pèse très lourdement sur les systèmes de santé, notre combat contre une maladie mortelle ne peut se faire au détriment de notre combat contre une autre », s'énerve Henrietta Fore.

Voir aussi

Huit maladies qu’on croyait disparues et qui reviennent

Dans les pays européens, c'est plus la défiance envers les vaccins qui explique la recrudescence des cas. En France, seulement 29,7 % des personnes estiment que les vaccins sont sûrs en 2019 et 37,5 % qu'ils sont efficaces, selon une enquête de The Lancet, soit un des taux les plus bas du monde. « À l'époque actuelle, où nous avons un vaccin puissant et sûr, avec un bon rapport coût-efficacité, plus personne ne devrait mourir de la rougeole », s'indigne Seth Berkley, le P.-D.G. de Gavi, l'Alliance du vaccin.


La rougeole a fait plus de morts en 2018 qu’en 2017

Article de AFP-Relaxnews publié le 09/12/2019

L'épidémie de rougeole a fait 140.000 victimes en 2018, soit 15 % de plus qu'en 2017. La maladie affectant le système immunitairesystème immunitaire des nourrissons et des enfants en bas âge, la rougeole a principalement causé des ravages chez les enfants âgés de moins de cinq ans, selon le rapport de l'OMS et du Centre américain du contrôle et de la préventionprévention des maladies. Une recrudescence alarmante qui se confirme car trois fois plus de cas de rougeole ont été recensés au premier trimestre 2019 dans le monde par rapport à l'an passé.

Selon le rapport de l'Organisation mondiale de la Santé, la plupart des victimes de la rougeole étaient des enfants âgés de moins de cinq ans. Les nourrissons et enfants en bas âge sont en effet les plus vulnérables aux risques d'infection au virusvirus. La rougeole affecte le système immunitaire et peut exposer les personnes infectées à d'autres virus potentiellement mortels tels que la grippe ou la diarrhée aiguë. Les pays les plus touchés par l'épidémie de rougeole en 2018 sont la République démocratique du Congo (RDC), le Libéria, Madagascar, la Somalie et l'Ukraine. À eux seuls, ces cinq pays représentent près de la moitié des cas de rougeole dans le monde.

Le rapport montre que les pires conséquences de la rougeole ont été observées en Afrique subsaharienne, où de nombreux enfants ont été privés de vaccination. Mais les pays plus riches ne sont pas non plus épargnés par les flambées de rougeole : les États-Unis ont signalé le plus grand nombre de cas en 25 ans, tandis que l'Albanie, la Tchécoslovaquie, la Grèce et le Royaume-Uni ont perdu leur statut d'élimination de la rougeole en 2018 à la suite de cas d'infections propagées pendant plus d'un an sans interruption sur leur territoire.

Les pays les plus touchés par l'épidémie de rougeole en 2018 sont la République démocratique du Congo (RDC), le Libéria, Madagascar, la Somalie et l'Ukraine. Ces cinq pays représentent près de la moitié des cas de rougeole dans le monde. Et les cas de rougeole ont triplé depuis janvier 2019. © WHO, OMS
Les pays les plus touchés par l'épidémie de rougeole en 2018 sont la République démocratique du Congo (RDC), le Libéria, Madagascar, la Somalie et l'Ukraine. Ces cinq pays représentent près de la moitié des cas de rougeole dans le monde. Et les cas de rougeole ont triplé depuis janvier 2019. © WHO, OMS

Un scandale et un échec collectif 

« Le fait qu'un enfant meure d'une maladie évitable par la vaccination comme la rougeole est un véritable scandale et un échec collectif quant à la protection des enfants les plus vulnérables du monde, déplore le Docteur Tedros Adhanom Ghebreysus, directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé, dans un communiqué. Pour sauver des vies, nous devons faire en sorte que chacun puisse bénéficier des vaccins, ce qui signifie investir dans la vaccination et des soins de santé de qualité comme un droit pour tous. »

D'après les recommandations formulées par l'OMS, une couverture vaccinale de 95 % avec deux doses de vaccin contre la rougeole sont nécessaires dans chaque pays ainsi que dans toutes les communautés pour protéger les populations de la maladie. Au cours des 18 dernières années, on estime que la vaccination contre la rougeole à elle seule a sauvé plus de 23 millions de vies, indique le rapport.

Depuis 18 ans, le vaccin contre la rougeole a sauvé 23 millions de vies

« Lorsque des enfants ne sont pas systématiquement vaccinés, des communautés entières sont en danger. Nous le constatons encore aujourd'hui dans des endroits reculés comme en République démocratique du Congo, où la rougeole a tué plus de 4.500 enfants de moins de cinq ans seulement cette année, ou au Samoa, où une épidémie de rougeole qui s'étend rapidement a rendu de nombreux enfants malades et dans l'impossibilité d'aller à l'école », souligne Henrietta Fore, directrice générale d'Unicef.

Avec ses partenaires, dont l'Unicef, la Fondation des Nations Unies, L'Initiative contre la rougeole et la rubéole (M&RI), Gavi et la Vaccine Alliance, l'OMS apporte son soutien aux pays pour les aider à gérer les cas, notamment en formant les agents de santé à la prise en charge efficace des enfants souffrant des effets de la rougeole.

« Nous pouvons renverser la vapeur contre ces flambées grâce à une action collective, à un engagement politique ferme et à la réduction des déficits de financement critiques. Travailler ensemble fonctionne, c'est le seul moyen d'atteindre tout le monde -- avec des vaccins et des services qui sauvent des vies --  et, plus largement, d'atteindre les objectifs de développement durabledéveloppement durable de l'ONU », assure Kathy Calvin, présidente et directrice générale de la Fondation pour les Nations unies.


Les cas de rougeole ont triplé depuis janvier, alerte l’OMS

Article de Futura avec l'AFP-Relaxnews publié le 14 août 219

L'OMS annonce trois fois plus de cas de rougeole de janvier à juillet 2019 dans le monde que l'an passé à la même période. La République démocratique du Congo, Madagascar et l'Ukraine sont particulièrement touchés.

Les chiffres publiés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) montrent que du 1er janvier au 31 juillet 2019, 364.808 cas ont été enregistrés, contre 129.239 l'an dernier à la même période. Il s'agit des chiffres « les plus élevés » jamais enregistrés depuis 2006, a déclaré un porte-parole de l'OMS, Christian Lindmeier, lors d'un point de presse à Genève.

Les plus grands nombres de cas ont été enregistrés en République démocratique du Congo, à Madagascar et en Ukraine. À Madagascar, « le nombre de cas a cependant considérablement diminué au cours des derniers mois » à la suite des campagnes nationales de vaccination d'urgence contre la rougeole, a relevé l'OMS. D'autres flambées majeures sont en cours en Angola, au Cameroun, au Tchad, au Kazakhstan, au Nigeria, aux Philippines, au Soudan du Sud, au Soudan et en Thaïlande. Les États-Unis ont eux enregistré leur plus grand nombre de cas de rougeole depuis 25 ans.

La rougeole est l'une des maladies les plus contagieuses au monde et les décès sont le plus souvent dus à des complications. Il n'existe pas de traitement curatifcuratif, mais elle peut être prévenue par deux doses d'un vaccin « sûr et très efficace », selon l'OMS.

L’OMS enregistre une explosion des cas en Afrique, la République démocratique du Congo et Madagascar étant particulièrement touchés. © dr322, Fotolia
L’OMS enregistre une explosion des cas en Afrique, la République démocratique du Congo et Madagascar étant particulièrement touchés. © dr322, Fotolia

L’OMS recommande la vaccination aux voyageurs

Les épidémies de rougeole les plus importantes surviennent dans des pays où la couverture vaccinale contre la rougeole est faible. Dans les pays occidentaux les « anti-vax » s'appuient sur une publication de 1998 liantliant le vaccin contre la rougeole et l'autisme. L'OMS a balayé à plusieurs reprises ces critiques et il a été établi que l'auteur de la publication, le Britannique Andrew WakefieldWakefield, avait falsifié ses résultats. La défiance peut aussi avoir des motifs religieux, comme à New York où la maladie a été importée par des voyageurs non-vaccinés venus d'Israël.

Dans la région européenne, les chiffres ont doublé avec près de 90.000 cas signalés cette année : ce chiffre dépasse largement celui enregistré pour l'ensemble de l'année 2018 (84.462). Dans les autres régions, l'OMS a enregistré une explosion des cas en Afrique, presque multipliés par 10, une augmentation de 230 % dans le Pacifique occidental et de 50 % en Méditerranée orientale. L'Asie du Sud-Est et la région des Amériques dans son ensemble ont chacune enregistré une diminution de 15 % des cas.

Pour l'OMS, toute personne de plus de six mois devrait être protégée contre la rougeole avant de se rendre dans une région où la rougeole circule. L'agence spécialisée de l'ONU recommande aux voyageurs de se faire vacciner au moins 15 jours avant le départ. L'OMS estime que moins d'un cas sur dix est signalé dans le monde, ce qui signifie que l'ampleur de l'épidémie est bien plus importante que les statistiques officielles.


L'Unicef s'inquiète d'une flambée de la rougeole dans le monde

Article de Futura avec l'AFP-Relaxnews paru  le 2 mars 2019

Le nombre de cas de rougeole est en hausse de par le monde, s'alarme l'Unicef. Pourtant un vaccin efficace existe contre cette maladie très contagieuse, qui affecte principalement les jeunes enfants. Méfiance et insouciance vis-à-vis de la vaccination, et inaccessibilité aux soins médicaux, sont à déplorer face à la recrudescence des épidémies.

L'Unicef a lancé un cri d'alarme devant la recrudescence de la rougeole dans le monde en soulignant que dix pays, dont le Brésil, l'Ukraine et la France, étaient responsables de trois-quarts environ de l'augmentation totale des cas en 2018. À l'échelle mondiale, 98 pays ont signalé un plus grand nom s de rougeole en 2018 par rapport à 2017, ce qui entrave les progrès accomplis dans la lutte contre cette maladie hautement évitable, mais potentiellement mortelle, note l'agence des Nations Unies pour l'enfance (ONU) dans un communiqué

Le vaccin sauve un million de vies chaque année

« C'est un appel au réveil. Nous disposons d'un vaccin sûr, efficace et peu coûteux contre une maladie très contagieuse - un vaccin qui a sauvé près d'un million de vies chaque année au cours des deux dernières décennies », a déclaré Henrietta Fore, directrice générale de l'Unicef. 

L'Ukraine, les Philippines et le Brésil ont connu la plus forte augmentation annuelleannuelle de cas. En 2018, 35.120 cas ont été recensés rien qu'en Ukraine, soit environ 30.000 de plus qu'en 2017. Et selon le gouvernement 24.042 personnes supplémentaires ont été contaminées au cours des deux premiers mois de 2019. Au Brésil, 10.262 cas ont été signalés alors qu'aucun cas n'avait été rapporté l'année précédente. En France, l'augmentation entre 2017 et 2018 a été de 2.269 cas, selon l'Unicef.

Le vaccin est une arme efficace et bon marché contre la rougeole, une maladie très contagieuse. © <a title="UNICEF Ethiopia | Flickr" href="https://www.flickr.com/photos/unicefethiopia/13754578523" target="_blank">UNICEF Ethiopia</a>/2014/Bizuwerk, Flickr, CC By-NC-ND 2.0
Le vaccin est une arme efficace et bon marché contre la rougeole, une maladie très contagieuse. © UNICEF Ethiopia/2014/Bizuwerk, Flickr, CC By-NC-ND 2.0

Le mot d'ordre : vacciner

La médiocrité des infrastructures de santé, les troubles civils, la faible sensibilisation de la communauté, la complaisance et l'hésitation face à la vaccination ont parfois conduit à ces épidémies dans les pays développés et en développement, selon l'agence. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déjà alerté sur une flambée de rougeole dans le monde, en relevant un bond d'environ 50% des cas signalés l'an dernier par rapport à 2017, faisant 136.000 morts.

La recrudescence de cette maladie, plus contagieuse que la grippe ou la tuberculose, est liée dans certains pays à des allégations sans fondement médical reliant le vaccin contre la rougeole (vaccin combiné ROR) à l'autisme, en partie diffusées sur les médias sociaux par des membres du mouvement dit « anti-vax ».

Le mois dernier, l'OMS a classé « l'hésitation à l'égard du vaccin » parmi les 10 principales menaces pour la santé mondiale les plus pressantes en 2019. L'OMS rappelait toutefois récemment que « la principale raison » de l'échec dans la vaccination des enfants est que ceux « qui en ont le plus besoin (...) n'ont pas accès au vaccin ».


Rougeole : forte hausse des cas dans le monde

Article de Nathalie MayerNathalie Mayer, publié le 03/12/2018

Depuis début 2018, l'Europe est confrontée à sa plus grave épidémie de rougeole depuis 10 ans. Et à en croire l'Organisation mondiale de la santé, c'est l'ensemble des régions du monde qui ont connu, en 2017, des flambées épidémiques préoccupantes. En cause : un défaut de vaccination.

Un rapport établi par plusieurs grands organismes de santé souligne aujourd'hui une situation préoccupante sur le front de la lutte contre la rougeole. En 2017, le nombre de cas déclaré dans le monde a augmenté de plus de 30 % par rapport à 2016.

Rappelons que la rougeole est une maladie grave et très contagieuse. Dix fois plus que la grippe. Particulièrement chez les nourrissons ou les jeunes enfants touchés par la malnutrition ou dont le système immunitaire est affaibli par ailleurs. Il existe toutefois un vaccin qui permet d'échapper à la maladie. Mais pour prévenir les flambées, il faudrait atteindre une couverture mondiale de 95 % alors que la première dose plafonne depuis plusieurs années à 85 % et la seconde s'établit même à 67 %.

La rougeole n’est pas une banale maladie infantile comme on la considère parfois. C’est une maladie très contagieuse et dont les complications peuvent s’avérer graves, y compris chez les adultes. © Romolo Tavani, Fotolia
La rougeole n’est pas une banale maladie infantile comme on la considère parfois. C’est une maladie très contagieuse et dont les complications peuvent s’avérer graves, y compris chez les adultes. © Romolo Tavani, Fotolia

La vaccination pour enrayer la rougeole

Ainsi selon les experts, cette hausse des cas peut s'expliquer. En Europe, ce sont les antivaccins qui gagnent du terrain. En Afrique ou en Amérique du Sud, ce sont plutôt des systèmes de santé fragiles qui sont à mettre en cause. « En l'absence d'efforts rapides pour accroître la couverture vaccinale, on risque de réduire à néant des décennies de progrès contre cette maladie dévastatrice, mais parfaitement évitable », prévient le docteur Soumya Swaminathan, de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

En 2017, 110.000 décès imputables à la rougeole ont malheureusement été enregistrés. Les experts appellent donc à multiplier les mesures de vaccination. Mais aussi à mettre en place des campagnes contre la désinformation et la réticence à la vaccination.

Parmi les complications graves de la rougeole : perte de la vue, pneumonie ou encéphalite. Pour les éviter, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de multiplier les efforts de vaccination. © Francis Bonami, Fotolia
Parmi les complications graves de la rougeole : perte de la vue, pneumonie ou encéphalite. Pour les éviter, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de multiplier les efforts de vaccination. © Francis Bonami, Fotolia

Rougeole : des trous dans la couverture vaccinale provoquent une flambée

Comme de nombreux pays européens, la France est en proie à une flambée épidémique de rougeole, qui atteint son maximum en Suisse. La cause en est un nombre insuffisant de vaccinations.

Article de Destination santé paru le 16/02/2009

L'an dernier, les autorités sanitaires ont ainsi enregistré 579 cas. Mais pour le seul mois de janvier de 2009, 80 cas ont déjà été rapportés dans l'Hexagone. Dans le dernier numéro d'Eurosurveillance, les rédacteurs font un point complet sur la rougeole en France.

Le moins que l'on puisse dire est que la situation est plutôt inquiétante. L'épidémie débutée au printemps 2008 a pris sa source au sein d'une communauté religieuse dont les membres refusaient la vaccination des enfants. Au total, 578 cas de rougeole ont été comptabilisés l'an dernier contre 40 en 2006 et 44 en 2007.

Pourquoi une telle épidémie ? Selon les rédacteurs, « cette situation est la conséquence d'une couverture vaccinale insuffisante en France. Cette dernière s'établit à moins de 90% ». D'ailleurs sur les 548 cas pour lesquels le statut vaccinal était connu, 88,5% ont concerné des enfants non vaccinés. En réalité, c'est pratiquement toute l'Europe qui est touchée par cette épidémie de rougeole, et plus particulièrement la Suisse.