Un patient atteint de la rougeole peut en contaminer 58 autres. © Kateryna_Kon - Fotolia.com

Santé

Rougeole : un seul patient entraîne une épidémie massive à New York

ActualitéClassé sous :médecine , rougeole , épidémie de rougeole

Il a suffi d'une seule personne non vaccinée en 2013 pour en contaminer 58 autres en quelques semaines. Une lourde conséquence qui a coûté très cher au système de santé et qui démontre que la vaccination n'est pas qu'une affaire de choix personnel.

L'histoire ressemble à un scénario de film catastrophe. Elle est pourtant rapportée par une étude scientifique tout à fait sérieuse publiée dans la revue JAMA Pediatrics le 30 juillet 2018. Lorsqu'en mars 2013, un jeune américain retourne à New York pour les vacances, il ne se doute pas qu'il est sur le point de provoquer la plus grosse épidémie de rougeole qu'ait connu la ville en 20 ans. Le jeune homme étudie alors à Londres, où il contracte la maladie. Appartenant à une communauté juive orthodoxe où la plupart des membres ne sont pas vaccinés pour condition religieuse, il contamine rapidement son entourage et les lieux visités.

Entre le 13 mars et le 9 juin 2013, pas moins de 3.351 personnes vont entrer en contact avec le virus, d'après l'étude de JAMA Pediatrics, parmi lesquelles 58 personnes contractent la rougeole. Cette maladie est en effet extrêmement contagieuse, se transmettant par la projection de gouttelettes salivaires ou respiratoires, quand on tousse ou éternue. Une seule personne peut facilement en contaminer 15 à 20 autres, parfois même avant d'avoir développé les symptômes.

Une facture de soins de près de 400.000 dollars pour les services de santé

Au total, l'épidémie new-yorkaise va entraîner un cas de complication par pneumonie et une fausse couche chez une femme enceinte. Elle va surtout coûter très cher aux services de santé de la ville. 87 membres du personnel médical seront mobilisés pour traiter les 58 patients contaminés, soit 10.054 heures de travail pour un coût total de presque 400.000 dollars (308.000 euros au taux de 2013), ont calculé les auteurs de l'étude, prenant aussi en compte les vaccins, les analyses médicales et les campagnes de prévention. Une lourde facture qui aurait pourtant facilement pu être évitée, dénoncent les chercheurs. Sur les 58 personnes contaminées, majoritairement des enfants, 45 n'avaient en effet pas été vaccinés par refus intentionnel de leur part ou de leurs parents.

Rougeole : un patient contaminé peut faire des ravages dans une population pas suffisamment vaccinée. © thingamajiggs - Fotolia.com

La France aussi concernée par une épidémie de rougeole

En France, la rougeole fait partie des 11 vaccins obligatoires depuis le 1er janvier 2018. Ce qui n'empêche une recrudescence de la maladie : 2.741 cas déclarés entre le 6 novembre 2017 et le 1er août 2018, d'après Santé publique France, entraînant 22 % d'hospitalisations et déjà trois décès. Une conséquence directe d'une couverture vaccinale insuffisante : « 89 % des patients atteints n'étaient pas vaccinés », rappelle l'agence publique. En France, seulement 79 % des nourrissons ont reçu les deux doses de vaccin obligatoires, alors qu'il en faudrait 95 % chez les enfants et les jeunes adultes pour éviter toute épidémie. 

En 2016, une étude de eBioMedecine révélait que la France était le pays au monde le plus sceptique envers la vaccination, avec à peine 41 % des répondants à l'enquête estimant que les vaccins ne sont pas « sûrs ». La communication du gouvernement d'Édouard Philippe sur cette question semble avoir payé puisque le dernier sondage réalisé par Ipsos en juillet 2018 montre que 83 % des Français sont à présent favorables à la vaccination.

« Ceux qui choisissent volontairement de ne pas se faire vacciner sont des resquilleurs »

Ce que montre le cas new-yorkais, c'est que se faire vacciner n'est pas seulement une affaire personnelle. Certaines personnes n'ont en effet pas la possibilité de recevoir un vaccin pour raison médicale (nourrissons de moins d'un an, femmes enceintes, personnes immunodéprimées...) et le seul moyen de les protéger est de supprimer toute source d'infection potentielle. De plus, comme le cas américain nous le montre, une épidémie représente un coût important payé par la collectivité. « Ceux qui choisissent volontairement de ne pas se faire vacciner sont des resquilleurs, profitant de l'effort public sans y contribuer », dénonce Jason L. Schwartz, professeur de santé publique à l'université de Yale (États-Unis).

  • Un adolescent américain non vacciné a provoqué une épidémie de rougeole massive à New York.
  • L’épidémie a coûté près de 400.000 dollars à la collectivité.
  • En France aussi, la non-vaccination est responsable d’une recrudescence de la maladie.
Pour en savoir plus

Une épidémie de rougeole fait trembler la Grande-Bretagne

Article de Janlou Chaput publié le 23/4/2013

Depuis novembre 2012, une épidémie de rougeole frappe la ville de Swansea, au pays de Galles, avec 808 cas constatés. Les autorités britanniques redoutent que le virus atteigne l'ensemble du territoire et surtout la capitale, Londres. Ce serait alors 2 millions d'enfants susceptibles de déclarer la maladie, potentiellement mortelle.

La rougeole n'a rien d'anodin. Avant la mise au point d'un vaccin dans les années 1960 luttant à la fois contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR), on dénombrait 6 millions de victimes de cette maladie virale dans le monde, principalement des enfants. Heureusement, la vaccination massive s'est révélée efficace : de 135 millions de cas vers 1960, on est passé à 158.000 malades en 2011. Presque un facteur mille.

C'est bien, mais on peut encore mieux faire, la France en tête. En 2011 par exemple, on y a enregistré 15.000 cas, quand sur la même année, les États-Unis n'en ont compté que 222. Pourtant, ce n'est plus vers l'Hexagone et certains de ses voisins européens que se portent les inquiétudes, mais de l'autre côté de la Manche.

Depuis novembre dernier, la ville de Swansea au pays de Galles fait face à une épidémie responsable de 808 malades, dont 77 enfants nécessitant une hospitalisation. Ces chiffres peuvent paraître petits mais ils révèlent une augmentation importante. En 1996 par exemple, sur l'ensemble du territoire britannique, on ne signalait que 112 cas sur l'année. Pour les années à venir, ils pourraient être plus élevés puisque deux millions d'enfants et de jeunes entre 10 et 18 ans seraient menacés.

Le vaccin ROR, qui préserve aussi bien contre la rougeole, la rubéole et les oreillons, nécessite deux injections durant l'enfance pour être pleinement efficace et protéger à vie. © Pascal Dolémieux, Sanofi Pasteur, Flickr, cc by nc nd 2.0

Andrew Wakefield : le fraudeur au vaccin 

En effet, la tranche d'âge des 10 - 18 ans est particulièrement susceptible de contracter la rougeole, car elle n'est que peu vaccinée. Pourquoi ? À cause d'un seul homme : Andrew Wakefield. Ce médecin britannique avait fait grand bruit quand, en 1998, il publiait dans la très sérieuse revue The Lancet un article qui établissait un lien entre la vaccination contre cette maladie infantile et l'autisme. De quoi créer la crainte outre-Manche.

Ainsi, entre 1998 et 2003, de nombreux enfants ont échappé aux piqûres... mais pas au risque d'avoir la rougeole. En théorie, la vaccination consiste en une première injection à l'âge d'un an, suivie quelques années plus tard d'une seconde, pour renforcer la puissance de l'immunité. Aujourd'hui, beaucoup de jeunes de cette génération n'ont pas reçu cette dernière administration. À Londres, cela concernerait par exemple 45 % d'entre eux.

Pourtant, les investigations vont, quelques années plus tard, désavouer Andrew Wakefield. L'homme était en lien avec l'industrie pharmaceutique et aurait mis au point une fraude scientifique afin de s'enrichir à millions. Depuis, son article, falsifié, a été retiré de la revue originelle.

Le vaccin pour tous pour endiguer l’épidémie de rougeole

Maintenant, les autorités sanitaires britanniques craignent que l'épidémie, pour le moment cantonnée à une région, ne s'étende à travers toute l'île et ne vienne frapper la capitale, auquel cas le nombre de malades grimperait inéluctablement en flèche. Le virus, qui se propage par voie aérienne, est très contagieux.

Pourtant, les médecins tirent la sonnette d'alarme : il faut à tout prix vacciner ceux qui ne le sont pas. Pour ce faire, des vaccins ROR viennent d'être fournis gratuitement aux écoles dans le sud et le centre du pays. Mais jeudi dernier, au lendemain du lancement de cette nouvelle campagne de vaccination, les premiers chiffres n'ont pas rassuré les scientifiques. La population ne semble pas aussi impliquée qu'ils l'espéraient. Pourtant, ils le clament : pour mettre un terme à cette épidémie, la piqûre est obligatoire. Pour que l'épidémie soit bien contrôlée, il faudrait que 90 % de la population soit immunisée. Et aujourd'hui ce n'est pas le cas...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !


Profitez d'une promotion ou code promo Powersanté pour bénéficier d'une réduction !