Stacy Erholtz doit la vie au virus de la rougeole. Condamnée à la mort à cause d’un myélome métastasé qui ne répondait pas aux traitements, cette quinquagénaire états-unienne a vu ses tumeurs reculer nettement après une virothérapie à des doses permettant normalement d’immuniser dix millions de personnes…
Cela vous intéressera aussi

Elle s'appelle Stacy Erholtz. Elle a de la chance qu'on parle encore d'elle au présent. Âgée de 50 ans, cette États-Unienne de Pequot Lakes (Minnesota) revient de très loin. Victime d'un myélome, un cancercancer des cellules de la moelle osseusemoelle osseuse entraînant des tumeurstumeurs au niveau des os, elle n'avait répondu ni à la chimiothérapiechimiothérapie ni aux deux transplantationstransplantations de cellules souchescellules souches. L'une de ses grosseurs la défigurait même, en ayant détruit un os du front et en appuyant sur son cerveaucerveau. Le combat semblait bien mal engagé.

Face à ce cas désespéré, les médecins de la Mayo Clinic (Rochester, Minnesota), sous l'égide de Stephen Russell, ont proposé une nouvelle solution thérapeutique qui avait fonctionné chez la souris, mais qui n'avait jamais été testée chez l'Homme : une virothérapie à base du virus de la rougeolevirus de la rougeole modifié de manière à cibler les cellules plasmatiquescellules plasmatiques myélomateuses. Bien leur en a pris !

Stacy Erholtz a reçu une injection de 100 milliards d'unités de virus modifié, une dose énorme, suffisante pour vacciner dix millions de personnes. Les effets secondaires n'ont pas tardé à se faire ressentir. Cinq minutes après l'administration, la patiente souffrait d'un terrible mal de tête. Deux heures plus tard, sa température corporelletempérature corporelle atteignait 40,5 °C.

Le virus de la rougeole au service de la médecine

Des moments de souffrance... mais qui en valent la peine. Car 36 heures après inoculation, sa tumeur frontale commençait à reculer. Quelques semaines plus tard, elle n'était plus visible. Les autres grosseurs de son organisme avaient également disparu. Il est encore bien trop tôt pour parler de guérisonguérison de son cancer, mais les médecins n'hésitent pas à évoquer la rémissionrémission, après seulement une injection.

Les cellules plasmatiques myélomateuses vont en général se diffuser à travers le squelette et engendrer des tumeurs. L’espérance de vie moyenne est de cinq ans, une fois la maladie diagnostiquée. © Wellcome Photo Library, Wellcome Images, cc by nc nd 4.0

Les cellules plasmatiques myélomateuses vont en général se diffuser à travers le squelette et engendrer des tumeurs. L’espérance de vie moyenne est de cinq ans, une fois la maladie diagnostiquée. © Wellcome Photo Library, Wellcome Images, cc by nc nd 4.0

Ce succès fait renaître l'intérêt de la virothérapie contre les cancers, technique déjà testée depuis les années 1950 mais rarement avec un tel succès. Le modèle utilisé pourrait néanmoins ne pas convenir à tout le monde, ou exiger des traitements préalables supplémentaires pour assurer l'efficacité de la thérapiethérapie. Car comme dans le cas de la vaccinationvaccination, le système immunitairesystème immunitaire cible le virus circulant, ou les cellules infectées. Certes, c'est une arme pour se débarrasser des cellules cancéreuses survivantes, mais il serait dommage que nos défenses s'attaquent au préalable à l'arme utilisée pour détruire l'ennemi. Stacy Erholtz ne disposait que de peu d'anticorpsanticorps dirigés contre le virus de la rougeole, c'est pourquoi elle a bénéficié du traitement. Ce n'est désormais plus le cas, et si elle nécessitait une seconde opération, les médecins envisageraient sûrement de recourir à un traitement immunosuppresseurtraitement immunosuppresseur.

La virothérapie, nouveau traitement miracle ?

Si cette annonce, développée dans le journal Mayo Clinic Proceedings, suscite l'espoir, que faut-il attendre de ce traitement ? Il est encore trop tôt pour le dire. Car en parallèle, un autre patient a bénéficié de la même thérapie... qui s'est révélée dans ce cas inefficace, cette personne étant aujourd'hui décédée. C'est pourquoi il est nécessaire de conduire de nouveaux essais cliniques sur un public plus large pour estimer l'efficacité réelle de la thérapie.

Dans l'éventualité où celle-ci se révélerait être une solution supplémentaire et surtout efficace contre le myélomemyélome, elle pourrait être transposable à d'autres cancers, comme ceux touchant le pancréas par exemple, connu pour son agressivité et son taux de mortalité très élevé.

Pour l'heure, Stacy Erholtz s'apprête le mois prochain à passer un bilan annuel pour évaluer son état de santé et savoir s'il y a des récidivesrécidives. Mais elle ne cache pas son optimisme. Comme elle l'a exprimé par voie de presse, après une dizaine d'années à vivre dans les ténèbres, elle ne veut plus que les nuagesnuages viennent assombrir son ciel et espère seulement redonner des couleurscouleurs à sa vie.