Planète

L’Acadie dans la Vienne

Dossier - Tourisme dans la Vienne
DossierClassé sous :géographie , vienne , tourisme dans la Vienne

-

Le département de la Vienne a été créé à partir d'une portion de la province du Poitou et d'une partie de l'Anjou avec le rattachement du sud du Saumurois. Rendez-vous à Poitiers, bien sûr, mais aussi dans la seule réserve naturelle du département : le Pinail, en passant par l'Acadie.

  
DossiersTourisme dans la Vienne
 

Premier « nettoyage ethnique » avant l'apparition du mot au XXe siècle, les Acadiens, habitants du nord-est du Canada, furent chassés de leur territoire pour raisons coloniales, économiques et culturelles.

L'élevage de cerfs. © diego torres, Pixabay, DP
Les Acadiens étaient un peuple en grande partie catholique, et qui parlait Français, au nord-est du Canada. Il est identifié sur cette carte, en jaune vif, les régions acadiennes à majorité francophone, en jaune pâle les régions acadiennes anglophones et, en points bleus, les principales localités acadiennes. © Klaus Mueller, Wikipédia

Emplacement géographique de l’Acadie

L'Acadie était une étendue de terre, au Canada, qui comportait la Nouvelle-Écosse, l'île du Cap-Breton, le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard. Par le traité d'Utrecht de 1713, l'Acadie, et ses habitants, sont sous la souveraineté de la Grande-Bretagne. Sujets de l'Empire britannique, les Acadiens devaient porter allégeance au monarque en place. Ils offrent, à la place, un serment de neutralité qui est consenti par le gouverneur Richard Phillips. Cependant, après les années 1840, l'Acadie devient un intérêt stratégique et est destinée à devenir une terre de bataille pour l'expansion britannique et française sur la côte est de l'Amérique du Nord.

Conflits en Amérique du Nord

Les préparatifs militaires prenant forme, le nouveau gouverneur de la Nouvelle-Écosse, Charles Lawrence, demande aux Acadiens un serment d'allégeance pour s'assurer que ces derniers n'attaqueraient pas les Britanniques. Mais les Acadiens refusent, s'inquiétant des représailles des Français s'ils portaient serment à la Grande-Bretagne. Ils finissent cependant par porter allégeance à la couronne britannique, mais le gouverneur Lawrence, peu convaincu, stipule leur expulsion.

Expulsion des Acadiens

En juillet 1755, la population acadienne s'élevait à près de 12.000 personnes. En 7 ans, 10.000 d'entre elles ont été expulsées. Les Britanniques réquisitionnent les fermes, les biens et le bétail, pillent et ruinent les tombes pour s'assurer du non-retour des Acadiens. Ils sont envoyés dans d'autres colonies britanniques sur la côte est de l'Amérique du Nord et en France, dans l'ouest de l'hexagone.

La ligne acadienne dans la Vienne

La ligne acadienne de Vienne regroupait 58 fermes, construites sous l'impulsion du marquis Pérusse des Cars en 1773 et 1774 pour y loger les familles acadiennes déportées.

Parmi la trentaine de fermes encore debout, la n°10, aménagée en musée, située aux Huit-Maisons à Archigny, vous permettra de découvrir la tragique épopée des déportés de la Nouvelle-France.

Les jours et horaires d'ouverture de la ferme-musée sont :

  • de mai au 17 juin : samedi, dimanche et jours fériés de 15 h à 19 h (jusqu'à 18 h du 17 septembre au 31 octobre) ;
  • du 18 juin au 16 septembre : tous les jours de 15 h à 19 h.

Tél. : 05 49 21 54 39

Vue de la ferme-musée acadienne à Archigny. © DR, www.tourisme-vienne.com

Les villes qui valent (aussi) le détour

Voici une liste, non exhaustive, des villes du département de la Vienne qui méritent d'être visitées pour leurs différents centres d'intérêt :

  • Montmorillon : l'art roman, le vieux pont du XVe siècle, l'octogone du XIIe siècle ;
  • Pindray : le château du Prunier du XIVe siècle ; 
  • Journet : le prieuré de Villesalem, XIIe siècle ; 
  • Civaux : la nécropole mérovingienne ;
  • Lussac-les-Châteaux : la maison natale de Madame de Montespan ; 
  • Trimouille : l'île aux serpents, l'univers étrange des reptiles ;
  • Bourg-Archambault : le château protégé par de larges douves ;
  • Luchapt : l'élevage de cerfs ;
  • Romagne et sa région : « la vallée des singes », le parc animalier ;
  • Roche-Magne : le château renaissance, le musée de l'ordre de Malte ; 
  • Saint-Martin-l'Ars : l'abbaye de la Réau du XIIe siècle ;
  • Charroux : la tour Charlemagne des XIe et XIIIe siècles ;
  • Civray : l'église romane Saint-Nicolas du XIIe siècle ;
  • Champagne-Saint-Hilaire : Harras ; 
  • Lusignan : la cité de la fée Mélusine ;
  • Rouille : le musée de la machine à coudre ;
  • Curzay-sur-Vonne : le château, le musée du vitrail ;
  • Sanxay : le sanctuaire galloromain et le château de Marconnay du XVe siècle ; 
  • Lavausseau : la cité des tanneurs ;
  • Loudun: la ville fortifiée ;
  • Ternay : le château forteresse des XIIe et XVe siècles ; 
  • Curcay-sur-Dive : les maisons troglodytiques, le panorama ; 
  • Ranton : le musée paysan ;
  • Moncontour : le donjon du XIIe siècle.