Illustration du Big Falcon Rocket (BFR) dans sa dernière version (septembre 2018). Par rapport à la précédente, quelques modifications sont visibles. © SpaceX

Sciences

Tourisme lunaire : SpaceX va envoyer une bande d'artistes autour de la Lune

ActualitéClassé sous :SpaceX , BFR , capsule Dragon

Très grosse surprise... Après avoir dévoilé le nom de son premier client pour un vol touristique autour de la Lune, le collectionneur d'art contemporain Yusaku Maezawa, SpaceX a annoncé que ce milliardaire amènera avec lui une bande d'artistes, qui seront ses invités.

Dans deux tweets diffusés le 13 septembre dernier, SpaceX avait annoncé avoir signé avec un premier client pour un voyage autour de la Lune à bord du lanceur en développement Big Falcon Rocket (BFR). L'identité de ce touriste fortuné et courageux a été dévoilée hier soir aux États-Unis, au siège californien de SpaceX. Il s'agit du collectionneur d'art contemporain Yusaku Maezawa. Ce vol touristique inédit autour de la Lune est prévu en 2023.

Mais Yusaku Maezawa ne sera pas seul à bord. En effet, ce milliardaire « invitera six ou huit artistes du monde entier à me rejoindre dans cette mission vers la Lune », a-t-il annoncé lors de la conférence de presse de cette mission. « Ils devront créer quelque chose à leur retour sur Terre. Leurs chefs-d'œuvre inspireront tous les rêveurs qui sommeillent en nous », a-t-il précisé, soulignant qu'aller sur la Lune était son rêve d'enfant.

Cette annonce a bien sûr surpris la communauté du spatial, pourtant habituée aux coups d'éclats d'Elon Musk. Mais si certaines personnes restent sceptiques, il est vrai que, techniquement, il n'y a pas de difficultés particulières à la réalisation de ce vol autour de la Lune. Seul le délai annoncé — cinq ans — nous paraît optimiste pour un lanceur qui n'existe pour l'heure que sur le papier et qui est d'abord conçu pour des missions à destination de Mars. Des adaptations seront inévitables. Comme le montre l'image qui illustre cet article et représentant le BFR dans sa dernière version, de petites modifications sont déjà visibles par rapport aux représentations précédentes.

La mission touristique autour de la Lune Dear Moon. © SpaceX

Cette mission touristique autour de la Lune se résume au lancement du véhicule spatial sur une trajectoire en 8 faisant le tour de la Lune avec un retour direct vers la Terre. Le trajet est donc différent de celui d'Apollo 8 qui s'était mis en orbite autour de la Lune. Des corrections de trajectoires seront nécessaires mais elles seront réalisées de façon automatique, voire autonome. La mission se terminera par une rentrée atmosphérique avec une récupération en pleine mer qui, elle aussi, ne devrait pas poser de problème. Le bouclier, censé supporter une rentrée martienne, supportera très bien ce retour de la Lune.

De ce point de vue, la mission de SpaceX est donc tout à fait crédible à la condition que le véhicule (la partie lanceur et la partie habitable) passe les écueils de la certification du vol auprès des autorités compétentes. Ce qui signifie plusieurs essais en vol, voire la contrainte d'un vol automatique inhabité autour de la Lune.

Le client, lui, devra assumer le risque d'un vol spatial de six jours. Pendant toute la durée de sa mission, les passagers n'auront rien d'autre à faire qu'admirer le paysage : tout sera contrôlé et commandé depuis la Terre. Quant à la durée du survol au-dessus de la Lune, elle dépendra de l'altitude et du périastre mais devrait être de plus ou moins d'une heure.

Autre image iconique de la Terre (avec celle acquise par la sonde Voyager), ce lever de Terre a été photographié depuis la capsule Apollo 8 lors de son survol de la Lune en décembre 1968. © Nasa

Premier vol habité à destination de la Lune depuis les missions Apollo

Depuis le premier vol touristique, celui de l'Américain Dennis Tito en 2001 à bord de la Station spatiale internationale, le marché du tourisme spatial est toujours en stand-by et n'a pas décollé. La faute à des projets d'avions suborbitaux ou spatiaux touristiques très en retard sur les plannings initiaux. C'est d'autant plus dommage que la demande est là... Les analyses de marché les plus récentes montrent que le marché du tourisme spatial représenterait entre 25.000 et 40.000 passagers par an à l'échéance 2025-2030. À raison de cinq passagers en moyenne, cela représente 5.000 à 8.000 vols par an, soit une vingtaine par jour. Cela dit, les vols touristiques à la frontière de l'espace de Virgin Galactic et Blue Origin sont prévus d'ici 2020.

S'il existe plusieurs compagnies qui projettent de commercialiser des vols touristiques à la frontière de l'espace ou à quelques encablures de la Terre, seules deux prévoient des vols habités autour de la Lune. SpaceX donc, mais aussi l'Agence spatiale russe et son partenaire américain Space Adventures qui commercialisent des offres touristiques à destination de la Lune avec ou sans halte à bord de l'ISS.

  • SpaceX a signé un premier contrat d'un vol touristique autour de la Lune.
  • Cette mission inédite sera réalisée en 2023 avec à bord une bande d'artistes invitée par Yusaku Maezawa.
  • Le véhicule utilisé pour ce vol est en cours de développement.
Pour en savoir plus

SpaceX veut envoyer deux touristes autour de la Lune

Article de Futura avec Relaxnews publié le 14/09/2018

La compagnie spatiale américaine SpaceX a annoncé avoir signé avec un premier client pour un voyage autour de la Lune à bord de sa prochaine grande fusée baptisée BFR. Le lanceur ne devrait toutefois pas voler avant plusieurs années.

Aucune mission habitée n'est retournée dans l'orbite lunaire depuis Apollo 17, de la Nasa, en décembre 1972. « SpaceX a signé avec le premier client privé du monde pour se rendre autour de la Lune à bord de notre véhicule de lancement BFR — une étape importante pour ceux qui rêvent d'aller dans l'espace », a tweeté la compagnie d'Elon Musk, en précisant que l'identité du passager sera dévoilée lundi 17 septembre. Le BFR, pour Big Falcon Rocket (un temps surnommé Big Fucking Rocket !), est encore en développement et ne devrait pas voler avant plusieurs années.

Début 2017, SpaceX avait annoncé que deux passagers seraient envoyés vers la Lune dès 2018 à bord de sa fusée Falcon Heavy (voir article plus bas), un voyage qui n'a finalement pas eu lieu. La firme du milliardaire avait pourtant souligné à l'époque que les deux touristes lunaires avaient « versé un acompte important » pour cette mission autour de la Lune. Les premiers entraînements des apprentis astronautes étaient censés commencer courant 2017, après évaluation de leur condition physique.

Big Falcon Rocket, un lanceur plus puissant que Saturne V

La BFR devrait mesurer 106 mètres de haut et sera conçue pour avoir une poussée de 52,7 méganewtons (MN), soit bien davantage que la plus puissante fusée jamais construite, la Saturne V (34 MN) qui a envoyé des astronautes sur la Lune au tournant des années 1970.

L'objectif de SpaceX est de se doter à terme d'un unique lanceur et vaisseau, se substituant à trois projets emblématiques de la firme californienne : la Falcon 9 qui propulse la capsule Dragon pour ravitailler la Station spatiale internationale (ISS), la capsule elle-même et Falcon Heavy.

SpaceX doit théoriquement envoyer des astronautes de la Nasa vers l'ISS à partir de l'an prochain. Depuis l'arrêt de la navette spatiale américaine, les occupants de l'ISS sont exclusivement transportés depuis la Terre par des vaisseaux Soyouz de fabrication russe.

D'autres que SpaceX misent sur le tourisme spatial, comme Virgin Galactic, qui multiplie les essais de son vaisseau piloté SpaceShipTwo VSS Unity, lancé depuis un avion. La place coûte 250.000 dollars. Et Blue Origin, fondée par le patron d'Amazon Jeff Bezos, a annoncé cet été que les billets seraient vendus en 2019 pour une place à bord de sa fusée New Shepard, qui emmènera six personnes dans l'espace, à plus de 100 kilomètres d'altitude, pour quelques minutes d'apesanteur lors d'un vol suborbital.


SpaceX veut envoyer deux touristes autour de la Lune

Article de Rémy Decourt publié le 28 février 2017

SpaceX annonce un voyage autour de la Lune dès 2018. Les deux premiers touristes auraient déjà réservé. Elon Musk prévoit d'utiliser le Falcon Heavy et la capsule Crew Dragon. L'annonce d'un tel programme, réalisé dans des délais aussi courts, laisse perplexe. Ni la capsule ni le lanceur n'ont encore volé...

La société SpaceX d'Elon Musk a répondu favorablement à deux personnes suffisamment riches qui ont souhaité s'offrir un vol autour de la Lune. Prévu fin 2018, ce voyage touristique inédit se fera à bord d'une capsule Crew Dragon (également appelée Dragon V2) lancée par le Falcon Heavy qui décollera du pas de tir 39A du Centre spatial Kennedy, là même d'où partaient les missions Apollo du programme lunaire de la Nasa.

Pour l'instant, l'identité de ces deux touristes, qui auraient déjà versé un acompte significatif, n'a pas été communiquée. Elle sera révélée seulement s'ils sont déclarés aptes à voler dans l’espace. Pour cela, ils vont réaliser des tests de santé et de conditions physiques. Si les voyants passent au vert, leur entraînement débutera dans le courant de l'année. SpaceX n'a pas non plus indiqué le prix de ce voyage, qui pourrait avoisiner les 100 millions de dollars, « 10 à 20 % du chiffre d'affaires de SpaceX » a glissé Elon Musk.

Le premier vol d’essai du lanceur lourd Falcon Heavy est prévu cet été et SpaceX annonce un vol à vide d’une capsule Crew Dragon également en 2017. Toutefois, un vol à destination de la Lune nous paraît peu probable. Après ces deux vols inauguraux, SpaceX devra réaliser deux autres vols habités à destination de la Station avant d'envisager une mission habitée autour de la Lune. © SpaceX

SpaceX vise la Lune avant Mars

Ce Dragon lunaire sera une version améliorée du système de lancement Falcon Heavy-Crew Dragon réalisé dans le cadre du Commercial Crew Program de la Nasa, pour répondre à ses besoins en matière de desserte de la Station spatiale. Pour leur escapade autour de la Lune, les touristes resteront confinés dans la capsule Crew Dragon. La mission n'imposera donc pas de module de service similaire à celui que fournit l'ESA pour le véhicule Orion de la Nasa. Avec cette économie, SpaceX n'aura pas à réaliser de développement supplémentaire. Il faudra « juste » adapter les servitudes et le système de support vie à ce voyage plus long de quelques jours qu'une rotation d'équipage à destination de la Station.


Enfin, même si SpaceX vient de mettre entre parenthèses sa première mission martienne, en la reportant de deux ans (2020), Elon Musk a toujours Mars en point de mire. Les voyages de ce Dragon lunaire (SpaceX dit avoir reçu d'autres demandes) serviront de tremplin pour les futures missions humaines à destination de la Planète rouge.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi