au sommaire


    La ville de Poitiers, chef-lieu du département de la Vienne, regorge de trésors architecturaux, de monuments et objets chargés d'histoire.

    L'orgue de l'église saint Hilaire-le-Grand à Poitier. © Arseni Mourzenko, <em>Wikimedia commons</em>, CC by-sa 4.0
    L'orgue de l'église saint Hilaire-le-Grand à Poitier. © Arseni Mourzenko, Wikimedia commons, CC by-sa 4.0
    Vue de l’ancien centre de Poitiers. © Vermario, Wikipédia, DP
    Vue de l’ancien centre de Poitiers. © Vermario, Wikipédia, DP

    L'histoire de Poitiers, de l'Antiquité au Moyen Âge

    À la période antique, Poitiers (ou Lemonum, du nom celtique de la ville) est le chef-lieu du peuple gaulois picton. La ville qui s'est construite sur un promontoire rocheux au point de jonction de deux cours d'eau, le Clain et la Boivre, se développe à la conquête romaine, au Ier siècle avant notre ère.

    Au Moyen Âge, Poitiers s'érige autour de sa fonction religieuse. L'édification d'un baptistère, vers le Ve siècle, marque les débuts du christianisme. Les églises Saint-Hilaire-le-Grand, Sainte-Radegonde, la collégiale Notre-Dame-la-Grande, l'abbaye de Saint-Jean-de-Montierneuf et la cathédrale Saint-Pierre, entre autres, suivront la christianisation de la ville.

    Poitiers : du Moyen Âge à l'époque contemporaine

    En 1204, une charte de commune instaure les fondements de la ville avec la nomination d'un maire. Ville savante, Poitiers voit la constructionconstruction de sa première université en 1431, qui marquera durablement la notoriété des lieux. Un autre édifice retiendra aussi les esprits : le murmur d'enceinte médiéval de Poitiers, érigé au temps d'Aliénor d'Aquitaine.

    À l'époque contemporaine, la création de boulevards périphériques et l'apparition du chemin de fer au XIXe siècle modernisent le vieux centre et facilitent l'extension urbaine. Le XXe siècle laisse son empreinte sur la vieille cité par de nombreux programmes d'architecture comprenant des matériaux innovants et des volumes différents, sans pour autant dénaturer l'authenticité du patrimoine local antique.

    Vue extérieure du Palais de Justice de Poitiers. © Heloise123, Wikipédia
    Vue extérieure du Palais de Justice de Poitiers. © Heloise123, Wikipédia

    Expo-musée : Salle du patrimoine à l’Office du tourisme de Poitiers

    « C'est une exposition permanente qui donne des clés de lecture de la ville, favorise sa découverte et sa compréhension. Cette présentation prend en compte la globalité de la cité, depuis ses origines, sa formation, jusqu'à son visage contemporain », explique la conservatrice de la Salle du patrimoine, à l'Office du tourisme de Poitiers.

    Il s'agit, dans ce lieu, de faciliter la rencontre entre la ville, ses habitants, ses touristes, en apportant au plus grand nombre un supplément d'émotions et de connaissances au travers de différents regards : ceux des sculpteurs, des archéologues, des historienshistoriens et historiens d'art, des urbanistes, des photographes, d'une scénographe, d'un réalisateur, des élus, etc.

    Informations pratiques :

    Office du tourisme de Poitiers 
    45, place Charles-de-Gaulle
    86000 Poitiers
    Tél. : 05 49 41 21 24

       <br>Façade ouest de l’église Notre-Dame-la-Grande à Poitiers. © Codex, Wikipédia
       
    Façade ouest de l’église Notre-Dame-la-Grande à Poitiers. © Codex, Wikipédia

    Aliénor d’Aquitaine sur le vitrail de l'Hôtel-de-Ville de Poitiers

    Les bourgeois poitevins discutent, avec la duchesse Aliénor d'Aquitaine, les clauses de la Charte de 1199 qui érige la cité en commune. Aliénor devient duchesse de l'Aquitaine en 1137, succédant, à l'âge de 16 ans, à Guillaume X, son père, dernier duc d'Aquitaine et de Gascogne d'une lignée fondée par Guillaume I, dit « le Pieux ».

    Aliénor d’Aquitaine représentée sur le vitrail de l’Hôtel-de-Ville, à Poitiers. © DR
    Aliénor d’Aquitaine représentée sur le vitrail de l’Hôtel-de-Ville, à Poitiers. © DR

    Aliénor d'Aquitaine : travailler et se marier selon ses choix

    Très vite, Poitiers devient la ville phare de la région, la capitale officielle du comté de Poitiers, puis du Poitou et du grand-duché d'Aquitaine. Aliénor va faire pour Poitiers des choses historiques : des chartes et des franchises. Chaque habitant recevait le droit d'exercer une profession selon ses goûts et de se marier avec la personne de son choix.

    En 1199, l'année où elle signa la charte de Poitiers, elle perdit l'un de ses fils, Richard Cœur de LionLion, alors roi d'Angleterre. Aliénor est morte le 31 mai 1204, à 82 ans. Un personnage extraordinaire de l'histoire de France pour lequel la Revue 303 des pays de la Loire a édité un numéro spécial. Elle a aussi trouvé sa place sur un des vitraux de l'Hôtel-de-Ville à Poitiers.