Les chercheurs confirment le déclin dramatique des populations d’insectes. Ils apportent aussi leur expertise pour proposer une solution qui pourrait aider à préserver leur diversité sur une planète qui se réchauffe. © coco, Adobe Stock
Planète

Les populations d'insectes s'effondrent : le constat accablant d'une étude sur 20 ans

ActualitéClassé sous :Biodiversité , insectes , Réchauffement climatique

[EN VIDÉO] Quel est l'impact du réchauffement climatique sur les insectes ?  Le réchauffement climatique a un impact sur les insectes. Il affecte en effet le partenariat entre ces animaux et les plantes. Les explications en vidéo avec Colin Fontaine, du Muséum national d'histoire naturelle. 

Depuis quelques décennies, les insectes disparaissent. À un rythme inquiétant. Toutes les études se rejoignent à ce sujet. Et une en particulier éclaire aujourd'hui la responsabilité du réchauffement climatique, nous montrant, au passage, comment nous pourrions aider les insectes à s'y adapter.

Toutes les études mènent à la même conclusion. Les insectes disparaissent à une vitesse inquiétante. Jusqu'à 2 % de la population seraient ainsi balayés de la surface de la Terre chaque année. Au Royaume-Uni, une équipe de chercheurs du projet Buglife -- une organisation caritative de protection de la nature -- vient de publier de nouveaux résultats concernant plus spécifiquement les insectes volants. Des résultats qui confirment la triste tendance.

Pour se faire une idée de la population d'insectes volants au Royaume-Uni, ils ont mis à disposition du public, une application appelée Bugs Matter. Comprenez « de l'importance des petites bêtes ». Les utilisateurs avaient pour tâche de nettoyer soigneusement leur plaque d'immatriculation avant un départ en voyage. Puis, au retour, de prendre en photo de ladite plaque et de compter combien d'insectes s'y étaient échoués. L'opération a été menée sur une quinzaine d'années, entre 2004 et 2021.

Résultat : entre le début et la fin de l'enquête, le nombre d'insectes écrasés sur les plaques d'immatriculation a diminué de... 58,5 % ! Un chiffre jugé « dramatique et alarmant » qui laisse penser que le nombre total d'insectes volants au Royaume-Uni a diminué d'environ 34 % par décennie depuis le début du XXIe siècle. Comme principaux suspects, les scientifiques pointent du doigt l'utilisation d’insecticides, la perte d'habitat et de nourriture et bien sûr, le changement climatique.

Le réchauffement climatique nuit à la diversité des insectes

Rappelons que les trois quarts de nos cultures vivrières et plus de 80 % des plantes sauvages dépendent de la pollinisation par les insectes. Un service estimé à quelque 550 milliards d'euros par an dans le monde. Alors que faire pour enrayer le déclin ? Des chercheurs de la Julius-Maximilians-University (Allemagne) se sont posé la question.

À partir de données recueillies sur plus de 3.200 espèces d'insectes pollinisateurs évoluant dans près de 180 sites dans des forêts, des prairies ou encore des habitats arables et urbains répartis sur toute la Bavière (Allemagne), ils notent d'abord que les changements d'affectation des terres sont les premiers responsables de la disparition massive des insectes pollinisateurs. Les climats chauds, eux, ont plutôt un impact négatif sur la biodiversité de ces petites bêtes. Ce qui laisse craindre une perte globale dans le futur.

Les forêts et leurs lisières fournissent des conditions qui amortissent la chaleur et la sécheresse extrêmes

Toutefois, les chercheurs observent que, même si les réponses face à la chaleur et à la sécheresse des uns et des autres diffèrent, un schéma général se dessine. La forêt semble jouer un rôle bénéfique. Elle maintient des communautés de pollinisateurs plus diversifiées malgré les températures élevées.

« Probablement parce que les forêts et leurs lisières fournissent des conditions en grande partie naturelles qui amortissent la chaleur et la sécheresse extrêmes par rapport aux habitats plus influencés par l'Homme », avance Cristina Ganuza, doctorante au laboratoire d'écologie animale de la Julius-Maximilians-University, dans un communiqué. Les terres boisées, donc, comme un refuge pour les insectes sur une planète qui se réchauffe. Et sur laquelle la diversité pourrait s'avérer de plus en plus essentielle à maintenir les performances des pollinisateurs. Une raison de plus aussi de militer pour le verdissement des zones urbaines...

Pour en savoir plus

Disparition des insectes : les principales causes et responsables

Une étude de l'University College de Londres affirme que 49 % de la population des insectes a disparu dans les zones qui sont dégradées par l'agriculture intensive et touchées par le réchauffement climatique.

Article de Karine Durand paru le 25/04/2022

Dans les zones dégradées par l'agriculture intensive, les populations de pollinisateurs sont 70 % moins importantes que dans les terres naturelles. © Sodel Vladyslav, Adobe Stock

L'étude publiée, dans la revue Nature, est la première à identifier le lien entre la hausse des températures, l'utilisation intensive des terres, et la disparition massive des insectes à travers la Planète entière. Les chercheurs ont étudié 20.000 espèces différentes d'insectes sur 6.000 localités réparties dans toutes les régions du globe.

Ils ont comparé le nombre et la diversité des insectes sur chaque zone par rapport au niveau de dégradation des terres lié à l'agriculture et à la progression du réchauffement climatique sur le lieu. Dans les zones où les terres sont transformées par l'agriculture intensive et où la hausse des températures est la plus forte, le nombre d'insectes est 49 % plus bas que dans les zones restées naturelles et avec un réchauffement limité.

Dans ces zones davantage préservées, avec une agriculture présente mais plus limitée et une hausse moins importante des températures, la diminution du nombre d'insectes reste malgré tout importante : leur population a également diminué de 29 %. Dans les habitats qui sont restés naturels à 75 %, la population d'insectes a diminué de 7 %. Les zones dont les terres sont dégradées à 75 %, et dont il ne reste que 25 % d'habitats naturels, ont vu leur population d'insectes diminuer de 63 %.

L'agriculture intensive fait disparaître une partie de l'ombre nécessaire aux insectes pour supporter le soleil et la chaleur. © Mose Schneider, Adobe Stock

Les insectes disparaissent à un rythme alarmant dans les régions tropicales

Les régions tropicales, connues pour leur biodiversité particulièrement riche, sont celles qui sont le plus touchées par la disparition des insectes. L'agriculture intensive et le réchauffement climatique font office de double peine pour les insectes : la plupart d'entre eux, surtout dans les zones tropicales, ont besoin de l'ombre apportée par les arbres et plantes sauvages pour survivre à la chaleur et au soleil brûlant de la journée. Or, dans un contexte plus chaud lié au réchauffement climatique, l'agriculture intensive a fait disparaître une grande partie de cette ombre.

Une partie des insectes avait déjà commencé à disparaître avant l'étude et probablement même avant la découverte de nombreuses espèces

Dans les zones dégradées par l'agriculture intensive, les populations de pollinisateurs sont 70 % moins importantes que dans les terres naturelles. Les auteurs de l'étude précisent que la perte estimée dans leur étude n'est que le sommet de l'iceberg et pourrait être en fait bien plus importante.

Une partie des insectes avait déjà commencé à disparaître avant l'étude et probablement même avant la découverte de nombreuses espèces, le monde des insectes restant encore largement méconnu. De plus, les chercheurs se sont limités aux paramètres du réchauffement et de l'utilisation des terres, sans prendre en compte les effets de la pollution.  

Les pollinisateurs sont les insectes les plus touchés par l'agriculture intensive et le réchauffement, alors qu'ils sont indispensables à notre survie. © Michael Tewes, Adobe Stock

Quelles sont les solutions proposées ? Il n'est pas question de remettre en cause le besoin vital de champs agricoles, mais il est nécessaire de préserver les habitats naturels autour des zones agricoles (haies, zones boisées...), stopper l'expansion de l'agriculture intensive, et réduire les émissions de gaz à effet de serre pour limiter le réchauffement climatique.

Les chercheurs de Londres rappellent l'importance primordiale des insectes dans l'écosystème : il s'agit d'espèces clés indispensables à la chaîne alimentaire, mais également pour la survie de l'espèce humaine. Continuer à perdre les populations d'insectes, et en particulier celles des pollinisateurs, pourrait menacer notre sécurité alimentaire dans les prochaines années.  

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !