L'apocalypse des insectes n'aura peut-être pas lieu, puisque le tableau semble plus grisonnant que noir. © Antrey, Adobe Stock
Planète

L'apocalypse des insectes a-t-elle bien lieu ?

ActualitéClassé sous :insectes , déclin des insectes , Abeille

-

Habituellement caché derrière un tableau sombre et alarmant, le monde des insectes vient de montrer une situation plus rassurante. Puisque leur déclin mondial ne le serait peut-être pas, concluent des chercheurs américains dans une nouvelle étude.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Quel est l'impact du réchauffement climatique sur les insectes ?  Le réchauffement climatique a un impact sur les insectes. Il affecte en effet le partenariat entre ces animaux et les plantes. Les explications en vidéo avec Colin Fontaine, du Muséum national d'histoire naturelle. 

Depuis plusieurs années, les scientifiques alertent sur la disparition massive des insectes. Bien qu'une récente méta-analyse ait mis en évidence une situation plus nuancée. Surtout, la plupart des études constatant un déclin sont réalisées en Europe, précise une équipe de chercheurs. Mais qu'en est-il aux États-Unis ? Pour le savoir, ils ont plongé dans plus de 5.300 points de données, collectés sur 4 à 36 ans au travers de 68 sites de surveillance. Leurs résultats sont publiés dans Nature Ecology & Evolution.

« Nous avons pris toutes les données et, quand vous regardez, il y a autant de choses en hausse qu'en baisses'étonne Michael Crossley, coauteur de l'étude, même lorsque nous les avons réparties en groupes fonctionnels, il n'y avait pas vraiment d'histoire claire comme les prédateurs qui diminuent ou les herbivores qui augmentent ». De fait, les preuves arrivées d'Europe ne seraient peut-être pas représentatives d'une situation mondiale.

Au cœur de certaines zones, ou en se concentrant sur certains taxons d'insectes, les scientifiques ont bien noté des diminutions. Que ce soit de l'abondance ou de la diversité. Mais en parallèle, ils ont clairement observé des hausses d'autres taxons ou dans d'autres lieux. Ce qui les pousse à conclure que les « tendances d'abondance nette et de biodiversité [sont] généralement indiscernables de zéro ». Stables, en somme. Peu importe le niveau de perturbation dû à l'activité humaine. Dont les insecticides, la pollution lumineuse, et l'urbanisation.

Si l'agriculture est souvent désignée responsable, elle est loin d'être le seul domaine impactant les populations d'insectes. L'urbanisation, par exemple, est une des causes majeures de la baisse de ces populations en Europe. Concernant les abeilles, le varroa fait partie des grands coupables. © Carmen Steiner, Adobe Stock

Une nuance d'espoir

Mais si ce dénouement semble rassurant, les chercheurs tiennent à réaffirmer la « nécessité d'une surveillance continue ». D'autant que leurs résultats pourraient « masquer des changements plus subtils dans la composition des espèces » par exemple, ce qui mettrait tout de même « en danger les services écosystémiques fournis par les insectes ».

Ils notent également que certaines espèces d'insectes - cruciales pour la pollinisation, le biocontrôle, et la décomposition des déchets - sont sans conteste en déclin en Amérique du Nord. « Nous dépendons des insectes pour tant de choses », s'inquiète William Snyder, coauteur de l'étude, « si les insectes disparaissaient, ce serait vraiment, vraiment mauvais, peut-être la fin de l'existence humaine ».

Mais les conclusions de l'étude laissent le chercheur optimiste. « Il y a eu beaucoup de politiques et de changements environnementaux », dit-il. Par exemple, « un grand nombre des insecticides utilisés actuellement en agriculture sont à action limitée ». Et l'ensemble de ces mesures paraissent fonctionner.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !