Le scarabée goliath, Goliathus goliathus. © Didier Descouens, Wikimedia Commons, CC by-sa 4.0
Planète

« On peut tout ignorer des insectes, mais c’est se priver d’une composante fabuleuse du réel »

ActualitéClassé sous :Biodiversité , zoologie , insectes

L'entomologiste Henri-Pierre Aberlenc a coordonné l'ouvrage Les insectes du monde, publié en mars 2021, qui compile le travail de 54 scientifiques sur les insectes. Ce spécialiste et passionné des insectes travaille au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement, le Cirad.

En collaboration avec

Photographe

Explorez les interviews de chercheurs, photographes, voyageurs témoins d'un monde qui change sous le joug du réchauffement climatique.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Pourquoi les insectes pollinisateurs sont-ils indispensables ?  « Les insectes pollinisateurs sont des éléments clés pour l’ensemble de la biodiversité », démontre Colin Fontaine, écologue au CNRS. Ils sont importants, voire indispensables à la reproduction de nombreuses plantes dont dépendent des animaux, directement ou indirectement. S’ils disparaissaient, cela serait une catastrophe, conclut le chercheur. 

Comparés à d'autres organismes vivants, les insectes ne suscitent pas toujours l’émoi ni l’intérêt du grand public. Pourtant, leur rôle est crucial dans l'équilibre environnemental. Dans cette interview, Henri-Pierre Aberlenc revient sur les connaissances actuelles sur les insectes et les moyens à mettre en œuvre pour les protéger alors qu'il n'existe toujours pas de méthodes de protection adaptées à leur nature particulière.

Où en sont actuellement nos connaissances sur les insectes ?

Nos connaissances sur les insectes, accumulées en plus de deux siècles et demi de recherche par des dizaines de milliers d'entomologistes, et enrichies chaque jour par de nouvelles publications, sont énormes, mais très loin d'être suffisantes. Un million d'espèces ont été recensées depuis 1758, mais il en existe probablement entre 4 et 6,4 millions ! De plus, on n'en sait pas beaucoup sur la biologie de la majorité du million d'espèces connues, car on ne connaît la biologie en détails que de quelques dizaines de milliers d'espèces au maximum, ce qui est en soi beaucoup, mais reste minoritaire... Avec les insectes, on est dans les chiffres superlatifs ! Le champ à investiguer est immense et les entomologistes ne sont pas assez nombreux, surtout dans les pays tropicaux où vivent la majorité des espèces.

Lepidoptera Erebidae Arctiiinae Hypocrita hystaspes (Butler, 1871) DR photo HPA. © Tous droits réservés

Les insectes sont-ils des sentinelles de l’état des écosystèmes ?

Oui. Innombrables par le nombre d'espèces et le nombre d'individus, présents dans tous les maillons des chaînes alimentaires, les insectes sont des éléments irremplaçables des écosystèmes aquatiques et terrestres. Ils jouent un rôle vital pour le recyclage de la matière organique et pour la pollinisation. Ils sont aussi les régulateurs du monde végétal par leur prodigieuse biomasse (le nombre compensant leur taille minuscule) et la nourriture de nombreux reptiles, mammifères, oiseaux ou poissons. Maintes espèces sont de très bons bio-indicateurs de l'état de santé des écosystèmes.

Sont-ils les oubliés de la préservation de la biodiversité ?

Oui, car c'est au sein du Vivant un univers immense ignoré du grand public, des politiques et de la majorité des scientifiques qui n'en connaissent qu'une minorité d'espèces non représentatives de leur globalité. On ne peut pas se soucier de ce que l'on ne connaît pas, c'est normal.

Comment faire pour mieux les protéger ?

D'abord, ne pas gérer leur protection comme celle des vertébrés ! Par exemple, cela a du sens de compter les couples de rapaces nicheurs sur un territoire donné et de les protéger en tant qu'espèces. Mais cette stratégie n'a aucun sens avec les insectes innombrables, sauf dans les cas minoritaires d'espèces endémiques, c'est-à-dire à répartition géographique très limitée ou à très faibles effectifs.

La seule protection sérieuse des insectes, c'est de protéger leurs habitats - et aussi de réduire drastiquement ce qui les détruit en masse : pesticides, éclairages nocturnes, artificialisation de l'espace rural, etc...

La seule protection sérieuse des insectes, c’est de protéger leurs habitats

Enfin, il faut le dire avec force, ce ne sont pas les prélèvements d'échantillons par les entomologistes qui sont la cause de leur déclin, et il est absurde d'entraver les activités et de persécuter par des mesures administratives ubuesques les activités de ceux qui permettent de connaître la réalité de l'entomofaune !

Comment transmettre la passion de l’entomologie que vous portez auprès du plus grand monde ? Que diriez-vous aux personnes qui tendent à ignorer, voire à ne pas aimer, les insectes ?

J'espère que ce livre Les insectes du monde contribuera à sa modeste échelle à rendre les insectes populaires ! C'est aussi et même surtout pour cela que nous y avons consacré tant d'efforts : présenter à tous les publics, profanes et scientifiques, amateurs et professionnels, l'essentiel de ce qu'il faut savoir. On parlait jadis de l'idéal culturel et éthique de « l'honnête homme », je dirais qu'aujourd'hui un « honnête homme » et une « honnête femme » ne peuvent ignorer ce monde qui coexiste avec nous.

 Un Inachis io. © Korall, Wikimedia Commons, CC 3.0

On peut tout ignorer des insectes, mais c'est toujours se priver d'une composante fabuleuse du réel et c'est triste de passer à côté de cela. C'est ignorer ce qui contribue à faire de notre Planète un vaisseau cosmique habitable et plein de beauté. On ne peut pas aimer ce que l'on ne connaît pas. De plus, il est bon de sans cesse élargir notre conscience et de réviser tout au long de notre vie nos notions de ce qui est digne d'être aimé ou non, de ce qui est « sale » ou pas : l'étude des insectes est un excellent briseur de préjugés.

Que pensez-vous de l’utilisation des insectes dans l’alimentation humaine ?

S'il m'est arrivé (comme je pense à tout entomologiste !) de parfois manger des insectes, et de m'intéresser à l'entomophagie dans le cadre de l'ethnozoologie, je ne suis aucunement spécialiste de l’alimentation par les insectes. Bien cuisinés, maints insectes sont bons à manger. Après, il y a bien sûr dans la nourriture une dimension culturelle et symbolique qui fait que, chez nous, manger des insectes n'est pas une chose évidente. Je n'ai rien à dire de très original sur la question. Cela dit, je pourrai préciser qu'il ne peut s'agir que d'insectes d'élevage, il ne faut pas compter sur l'entomofaune « sauvage ». De plus, pour des raisons thermodynamiques évidentes (les insectes ne sont pas homéothermes), produire par exemple un kilogramme de protéine d'insecte nécessite moins de nourriture que produire un kilo de protéine d'oiseau ou de mammifère.

Propos recueillis par Julien Leprovost et Louise Thiers

Retrouvez d'autres articles sur GoodPlanet Mag. 

---

Le rendez-vous audio de l'intelligence animale ! À retrouver toutes les deux semaines.

---

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !