Les insectes n’apprécient guère le froid de l'hiver. Alors, pour « survivre » aux températures les plus basses, ils mettent en place nombre de stratégies différentes et parfois surprenantes. Lesquelles ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Quel est l'impact du réchauffement climatique sur les insectes ? Le réchauffement climatique a un impact sur les insectes. Il affecte en effet le partenariat entre ces animaux et les plantes. Les explications en vidéo avec Colin Fontaine, du Muséum national d'histoire naturelle.

« Survivre » ? Oui, parce que certains insectes ne sont tout simplement pas capables de résister aux températures hivernales. Cependant, pour perpétuer leur espèceespèce, ils prennent soin de se reproduire juste avant l'arrivée des grands froids. Juste avant de mourir... Ainsi les sauterellessauterelles ou certains papillons placent-ils leurs œufs dans des lieux protégés et les recouvrent en plus d'une capsule protectrice. Dès le retour des beaux jours, les larveslarves pourront sortir et se développer pour devenir des insectes adultes.

Mais il existe des insectes qui passent l'hiver sous leur forme adulte. Plusieurs possibilités s'offrent alors à eux pour éviter la mort. La stratégie de la migration est la moins utilisée. Imaginez en effet la difficulté pour d'aussi petites bêtes de se déplacer sur de grandes distances pour (re)trouver de la chaleurchaleur. Le papillon monarque fait figure d'exception. Chaque année, il migre du Canada vers le sud du Mexique.

En hiver, les fourmis se rassemblent au plus profond de leur fourmilière et rentrent en léthargie. © diego_torres, Pixabay, CC0 Creative Commons
En hiver, les fourmis se rassemblent au plus profond de leur fourmilière et rentrent en léthargie. © diego_torres, Pixabay, CC0 Creative Commons

Les stratégies des insectes pour se protéger du froid

Parmi la majorité des insectes qui demeurent sur place, certains choisissent de resserrer les rangs pour se tenir au chaud. Ainsi les abeilles se regroupent-elles dans la ruche, formant en noyau chaud en mouvementmouvement. En effet, les abeilles les plus à l'extérieur migrent régulièrement vers le milieu pour se réchauffer. D'autres insectes décident d'hiverner. Ils entrent alors en quiescencequiescence, mais peuvent réapparaître au moindre redoux. C'est le cas des bourdons terrestres que l'on peut voir butiner en plein hiver si le soleilsoleil réchauffe suffisamment l'atmosphère. Enfin, certains insectes optent carrément pour l'hibernation. On parle alors de diapause. Leur développement s'arrête et leur métabolismemétabolisme est réduit au strict minimum nécessaire à leur survie. Les coccinelles par exemple se réfugient dans des endroits protégés pour y rester tout au long de l'hiver.

Enfin, quelques insectes ont développé des stratégies surprenantes pour survivre à l'hiver. Ainsi une mouche qui vit en AntarctiqueAntarctique -- le seul insecte répertorié sur ce continent hostile -- a-t-elle appris à se déshydrater pour éviter de geler. Un coléoptère vivant en Alaska produit quant à lui une moléculemolécule antigel. Et les larves d'une guêpe parasiteparasite manipulent leur hôte pour que celui-ci se tienne à l'abri du froid.