Contrairement à ce que l’on pense généralement, l’ours n’hiberne pas, il hiverne ! © Wiltrud, fotolia

Planète

Hivernation et hibernation : quelles différences ?

Question/RéponseClassé sous :animaux , hibernation , hivernation

Les mammifères qui peuplent notre Terre ont mis au point différentes techniques pour survivre aux affres de l'hiver. Ils hibernent, bien sûr. Mais certains choisissent également de simplement hiverner. Une lettre qui fait toute la différence...

Selon le Larousse, hiverner signifie : « passer à l'abri l'hiver, la mauvaise saison ». Il est à noter que le terme peut indifféremment être employé pour des êtres vivants ou pour des objets. Ainsi un bateau hiverne au port tout comme des vaches hivernent à l'étable. Pour le même Larousse, hiberner en revanche, renvoie au fait de : « passer l'hiver en état d’hypothermie ».

À l'origine, le terme hiverner était en réalité plus employé pour parler de navires ou de troupes qui devait trouver un endroit protéger pour passer l'hiver sans trop de dommages. Puis, il s'est étendu aux animaux que l'on met volontairement à l'abri dans une écurie par exemple ou qui prennent eux-mêmes les choses en main. Ainsi les oiseaux migrateurs partent-ils hiverner dans des contrées plus chaudes que les nôtres.

À l’approche de l’hiver, le hérisson — tout comme la marmotte, la grenouille, la chauve-souris ou même certains hamsters — est l’un de ces animaux qui entrent en état d’hibernation. © David_Kaspar, Pixabay, CC0 Creative Commons

Hivernation et hibernation : des questions de vigilance, température et métabolisme

Mais reprenons dans le détail. Ce qui différencie réellement l'hibernation de l'hivernation, c'est l'état de vigilance dans lequel se trouve l'animal qui la pratique. Lorsqu'un animal hiberne, il se trouve dans un état de léthargie avancé. Seules les zones de son cerveau qui commandent les actions vitales restent actives. L'animal qui hiverne, quant à lui, somnole. Son cerveau reste très réactif et il peut parfaitement se réveiller.

Autre différence : la température corporelle de ces animaux. Ceux qui hibernent vont voir leur température descendre parfois jusqu'à 0 °C. Mais pas en dessous. La température des hivernants en revanche, ne va que très peu baisser. De quoi tout de même réaliser quelques précieuses économies d’énergie.

Côté métabolisme aussi, on observe une réelle différence. Celui des animaux hibernants peut diminuer de 98 %. Leur rythme cardiaque et leur flux sanguin baissent. Le premier peut ainsi passer de quelque 350 battements à la minute à seulement 3 ! Leur respiration se fait également rare. Et des périodes d'apnée sont observées. Les animaux hivernants restent plus actifs. Les femelles peuvent même donner naissance à des petits...

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi