Le corps humain ne s’adapte pas bien à la chaleur. Une planète transformée en fournaise n’est donc pas bon signe pour nous, d’autant plus que l’hyperthermie n’est pas, et de loin, la conséquence la plus préoccupante du réchauffement pour la survie de l’humanité.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La Méditerranée va subir de plein fouet le réchauffement climatique Une nouvelle étude se penche sur les mécanismes sous-tendant la sensibilité particulière de la région méditerranéenne au changement climatique. Celle-ci fait en effet partie des points chauds qui souffriront les premiers du réchauffement.

Selon les différents scénarios du GIEC, les températures du globe pourraient augmenter de 2 °C à 5 °C d'ici 2100. Mais certains scientifiques alertent sur un possible emballement du réchauffement pouvant atteindre + 13 °C. Combien de temps l'humanité pourra-t-elle faire face à de telles températures ?

Une planète invivable à 35 °C

La température normale du corps humain est de 37 °C mais celle de la peau doit rester au-deçà de 35 °C pour évacuer la chaleurchaleur métabolique du corps. Lorsqu'elle dépasse les 37 ou 38 °C, la température du corps atteint un seuil létallétal (42-43 °C) et c'est l'hyperthermie. Mais cela dépend aussi de l'humidité qui réduit la capacité d'évaporation. Dans un désert où l'airair est sec, le corps peut résister à des températures de plus de 50 °C sans séquellesséquelles. À l'inverse, dans les zones tropicales où le taux d'humidité dépasse allègrement les 90 %, sortir dehors devient mortel dès 40 °C, le corps « cuisant » de l'intérieur. Les chercheurs ont ainsi calculé que, sur une Terre où la température dite de « thermomètre mouillé » (prenant en compte l'humidité relative et les mouvementsmouvements de l'air) dépasserait les 35 °C en moyenne, les êtres humains et la plupart des mammifèresmammifères ne pourraient survivre que quelques heures à l’extérieur.

La chaleur n’est pas le principal problème du réchauffement climatique pour la survie de l’humanité. © bht2000, Fotolia
La chaleur n’est pas le principal problème du réchauffement climatique pour la survie de l’humanité. © bht2000, Fotolia

Ouragans, villes englouties par les eaux et dépérissement des cultures

Mais l'hyperthermie n'est de loin pas le premier problème causé par le réchauffement climatique : une planète 4 °C à 5 °C plus chaude provoquerait une cascade de conséquences dramatiques : débordement des rivières, multiplication des ouragansouragans, dépérissement de la biodiversité et des cultures. La fontefonte des calottes polairescalottes polaires provoquerait à elle seule une hausse du niveau des océans, engloutissant des régions côtières où habitent des centaines de millions de personnes. « Avec une Terre transformée en étuveétuve, de nombreux endroits deviendront inhabitables » alerte ainsi une étude de 2018. Huit îles du Pacifique ont d'ores et déjà disparu et il faut s'attendre à des millions de réfugiés climatiques si la tendance continue.

Au-delà du réchauffement, la Terre deviendra de toutes les façons inhabitable dans 1,75 milliard d’années, le soleilsoleil étant devenu tellement chaud qu'il fera évaporer les océans. D'ici-là, de nombreux événements pourraient avoir éradiqué l’humanité : météoritemétéorite géante, guerre nucléaire ou pandémiepandémie mondiale.