Il n’existe pas de température corporelle universelle. © senssnow, Fotolia

Santé

Corps humain : 37 °C, est-ce bien la température normale ?

ActualitéClassé sous :Corps humain , changement de température , température corporelle

Il est communément admis que la température corporelle normale est de 37 °C et que la fièvre commence à 38 °C. Une norme battue en brèche par une nouvelle étude, qui montre que ce chiffre varie selon le moment de la journée et les personnes.

Contrairement aux serpents ou aux poissons, l'Homme est un animal homéotherme, ce qui signifie que sa température interne est constante. L'organisme compense en permanence ses pertes thermiques ou au contraire refroidit le corps grâce à la transpiration, quand il fait chaud. Chez l'humain, une température interne de 37 °C est communément admise. Cette température se réfère à la température du noyau, c'est-à-dire celle du cerveau et des autres organes comme le cœur. Mais sur quoi repose cette norme de 37 °C ? Elle a en fait été établie en 1868 par un médecin allemand, Carl Reinhold August Wunderlich, qui avait mené une étude sur 25.000 patients et conclu à la température de 37 °C comme point « d'équilibre physiologique » et à une référence de 38 °C comme signe de fièvre.

Une nouvelle étude du rhumatologue américain Jonathan Hausmann, publiée le 13 août dans le Journal of General Internal Medicine, bat aujourd'hui en brèche cette référence de 37 °C. L'auteur a recueilli 5.038 températures auprès de 329 personnes grâce à l'application Feverprints, développée par l'hôpital pour enfants de Boston via la plateforme de recherche d'Apple ResearchKit. Les patients étaient amenés à renseigner sur leur température et d'autres informations sur leur mode de vie, ainsi que leurs épisodes fiévreux ressentis. D'après les résultats, la température moyenne se situerait plutôt autour de 36,5 °C, avec des variations journalières. La température interne est ainsi à son minimum entre 3 et 5 heures du matin, à 36,1 °C, et à son maximum entre 4 et 6 heures de l'après-midi, avec une moyenne de 36,7 °C. La fièvre, quant à elle, commencerait à 37,5 °C, d'après les données enregistrées par les patients.

La température interne n'est pas exactement la même pour tous et tout le temps. Pour une même personne, elle dépend par exemple de son âge. Elle varie aussi selon l'heure de la journée et entre les femmes et les hommes. © noorhaswan, Fotolia

La température interne soumise à de nombreuses fluctuations

Son étude n'est pas la première à remettre en cause le dogme de 37 °C. Déjà en 1992, une étude du médecin américain Philip Mackowiak s'était montrée très critique sur les assertions de Wunderlich. Ses mesures portant sur 148 patients avaient abouti à une température moyenne de 36,8 °C et trouvé à peine 8 % de patients ayant effectivement une température de 37 °C. « La température corporelle devrait être un concept flexible, qui varie selon l'âge, le sexe et l'heure à laquelle elle est enregistrée », fait valoir le médecin.

De nombreux autres facteurs influent en effet sur la température. Celle des femmes est par exemple naturellement plus élevée que celle des hommes, et celle des personnes âgées plus basse que celle des personnes jeunes. La température interne est plus élevée lors de la phase d'ovulation, ce qui est d'ailleurs utilisé comme moyen de contraception. La prise de médicaments, comme les antibiotiques ou les antihistaminiques, l'alcool, un bain chaud ou l'exercice physique intense augmentent également la température. La mesure dépend enfin du type de thermomètre et de la méthode utilisée : la voie buccale (sous la langue) ou axillaire (sous l'aisselle) donnent les résultats les moins fiables et généralement 0,5 °C à 1 °C en dessous de la température interne réelle. La voie rectale, conseillée pour les moins de deux ans, est la plus précise. 

Cette polémique est loin d'être anodine, insiste Hausmann. « De nombreux hôpitaux délivrent des traitements antibiotiques en fonction d'une norme de fièvre datée », déplore-t-il. Or, faire retomber artificiellement la température peut retarder la guérison, car la fièvre est aussi un moyen de lutter contre les infections. Lorsque la température ne dépasse pas 40 °C chez l'adulte (38,5 °C chez l'enfant) et une durée de 48 heures, il n'y a normalement pas lieu de prendre un traitement. Le médecin compte poursuivre ses recherches pour catégoriser différents types de fièvre selon leur cause. Selon lui, les variations de température pourraient indiquer la nature de la maladie (bactérie, virus, champignon, inflammation, certains types de cancer, trouble hormonal...).

  • La température interne, censée être fixe à 37 °C, est en fait variable selon les personnes et les moments de la journée.
  • Fixer une norme trop rigide peut conduire à des traitements inutiles.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi