Planète

Inlandsis

DéfinitionClassé sous :climatologie , géologie , calotte
Une vue de la station Concordia, au cœur de l'inlandsis antarctique avec, au premier plan, un télescope. Sur ces grandes étendues glacées, en effet, les nébulosités et les précipitations sont exceptionnellement faibles, plus rares que dans un désert. Pourtant, au fil des siècles et des millénaires, la neige s'accumule et se transforme en glace sous son propre poids. © Station Concordia

Une calotte glaciaire est un glacier d'eau douce très étendu, s'écoulant dans différentes directions sur un socle rocheux. S'il est suffisamment vaste (arbitrairement, plus de 50.000 km2), on parle d'inlandsis (du danois « glace de l'intérieur du pays »). Il n'y a que deux inlandsis encore en activité aujourd'hui, celui du Groenland et celui de l'Antarctique

Formation des calottes polaires

Une calotte polaire se forme par une accumulation de précipitations neigeuses durant de très longues périodes. Au fil des ans, cette neige se compacte sous le poids des précipitations suivantes et se transforme en glace. L'épaisseur d'une telle calotte peut atteindre plusieurs centaines de mètres, voire plusieurs kilomètres d'épaisseur.

C'est également le poids de cette couche, s'exerçant verticalement, qui pousse la masse de la glace horizontalement, vers les parties basses, donc vers les côtes. La vitesse de déplacement est donc plus grande à la périphérie de la calotte que dans sa région centrale. 

Lorsqu'elle s'écoule sur la mer, la glace y forme des plateformes glaciaires (ice shelves en anglais, un terme parfois utilisé en français). Durant l'été, ces plateformes se fragmentent et forment des icebergs.

Les masses d'eau douce retenues dans deux grands inlandsis actuels, en Antarctique et au Groenland, représentent de très grands volumes. Au cours du temps, leurs variations en augmentation ou en diminution influent de manière importante sur le niveau de l'océan mondial.

Cela vous intéressera aussi