Planète

Migrateurs et hivernants

Dossier - La réserve naturelle de la baie de Saint-Brieuc
DossierClassé sous :géographie , bretagne , sentiers pédestres

-

Sur la façade nord de la Bretagne, s'ouvre la profonde échancrure qu'est la baie de Saint-Brieuc, dans ce paysage sans cesse renouvelé, la vie des milliers d'oiseaux hivernants est rythmée par le flux et le reflux de la mer.

  
DossiersLa réserve naturelle de la baie de Saint-Brieuc
 
  • Une grande zone d'hivernage

Le fond de baie est une grande zone d'hivernage fréquentée, au plus froid de l'hiver, par une foule d'environ 50 000 oiseaux. Anatidés, limicoles, laridés et autres échassiers trouvent ici des conditions très clémentes pour passer l'hiver, du fait des ressources alimentaires importantes, de la clémence du climat et du peu de dérangements.

Végétation de la pointe guettes © Photo : Yannick Cherel.

La vie de ces oiseaux est rythmée par le mouvement des marées : à marée descendante, les limicoles prendront d'assaut la slikke à la recherche d'invertébrés, et à marée haute il se réfugient sur le pré salé, les rocher et banc de sable qui restent à découvert. La plupart des anatidés suivront eux le flux et le reflux de la marée.

  • Des effectifs remarquables d'hivernants

En moyenne sur les hivers de 1996 à 2000, la baie de Saint-Brieuc accueille près de 11% des Barges rousses (Limosa lapponica), près de 10% des Bécasseaux maubèches (Calidris canutus), et 4% des Huîtriers-pies (Haematopus haematopus) hivernants en France.

Les vasières de la baie de Saint-Brieuc attirent des milliers de limicoles (ici des Barges rousses, à queue noire et des Bécasseaux variables). © Photo : Yannick Bourgault.

Aujourd'hui plus de 4 000 Bernaches cravant (Branta bernicla) hivernent sur le site, soit 4.5% de l'effectif national et 1% de l'effectif mondial, ce qui confère à la Baie de Saint-Brieuc une valeur internationale.

Plus de 4 000 Bernaches cravant (Branta bernicla) hivernent dans la baie de Saint-Brieuc chaque année. © Photo : Yannick Cherel.

Le site à également une valeur nationale pour les Canards siffleurs (Anas penelope) avec 3.5% de la population hivernante, et pour les Canards pilets (Anas acuta) avec près de 2%. C'est aussi le cas certaines années pour la Macreuse noire (Melanitta nigra), dont près de 1% des hivernants de France sont parfois recensés sur le site.

  • Le calme du printemps

Cette grande vasière, grouillante d'oiseaux pendant l'hiver, sera à l'inverse étonnement calme au printemps. En effet, ces vastes étendues chaque jour recouvertes par les marées ne laissent que peu d'espace pour la nidification. Seules les falaises limoneuses et quelques mares littorales permettront l'installation de certines espèces, comme leTadorne de Belon, le Petit Gravelot (Charadrius dubius), la Bergeronnette flavéole (Motacilla flavisima), la Rousserolle effarvatte, le Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus) et le Martin-pêcheur d'Europe.

Les grandes baies comme celles-ci sont aussi des zones importantes de halte migratoire. Chaque année, à la fin de l'hiver et à la fin de l'été, passent des migrateurs au long cours.

  • Les oiseaux hivernants

Voici la liste des espèces régulièrement observées en hiver sur la réserve de la Baie de Saint-Brieuc :

- Plongeons imbrin (Gavia immer), catmarin (G. stellata) et arctique (G. arctica).
- Grèbes huppé, à cou noir (Podiceps nigricolis) et castagneux.
- Grand cormoran.
- Aigrette garzette, Héron cendré et Héron gardeboeufs (Bubulcus ibis).

Aigrette Garzette © Photo : Yannick Cherel.

- Bernache cravant (bernicla), Canards siffleur, colvert (Anas platyrhynchos), pilet, souchet (A. clypeata), chipeau (A. strepera), Sarcelle d'hiver (A. crecca), Tadorne de Belon, Macreuses noire (Melanitta nigra) et brune (M. fusca), Eider à duvet (Somateria mollissima), Harelde boréale (Clangula hyemalis) et Harle huppé (Mergus serrator).
- Faucon pèlerin.
- Râle d'eau, Gallinule poule-d'eau, Foulque macroule (Fulica atra).
- Huîtrier-pie, Grand Gravelot (Charadris hiaticula), Gravelot à collier interrompu (C. alexandrinus), Pluvier argenté (Pluvialis squatarola), Pluvier doré (P. apricaria), Vanneau huppé, Bécasseaux maubèche (Calidris canutus), sanderling (C. alba), cocorli (C. ferruginea), variable (C. alpina) et minute (C. minuta), Tournepierre à collier (Arenaria interpres), Chevaliers culblanc (Tringa ochropus), gambette (T. totanus), aboyeur (T. nebularia), Combattant varié (Philomachus pugnax), Barges rousse (. lapponica) et à queue noire (Limosa limosa), Courlis cendré, Bécassine des marais (Gallinago gallinago) et sourde (Lymnocryptes minimus).
- Mouette rieuse (Larus ridibundus), Goélands cendré (L. canus), à bec cerclé (L. delawarensis), argenté (L. argentatus), brun (L. fuscus) et marin (L. marinus), Sterne caugek (Sterna sandvicensis), Martin-pêcheur d'Europe, Bruants proyer (Miliaria calandra) et des roseaux (Emberiza schoeniclus), Pipits maritime (Anthus petrosus) et farlouse (A. pratensis), Bergeronnettes grise (Motacilla alba) et des ruisseaux (M. cinerea).

  • Les oiseaux de passage

Voici la liste des espèces régulièrement observées durant les migrations de printemps et d'hiver sur la réserve de la Baie de Saint-Brieuc :

- Puffins des anglais (Puffinus puffinus) et des Baléares (P. mauretanicus).
- Grande Aigrette (Egretta alba), Héron pourpré (Ardea purpurea), Spatule blanche (Platalea leucorodia), Cigognes blanche (Ciconia ciconia) et noire (Ciconia nigra).
- Oies cendrée (Anser anser) et rieuse (A. albifrons), Cygne tuberculé (Cygnus olor).
- Marouette ponctuée (Porzana porzana).
- Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus), Faucons émérillon (Falco columbarius) et hobereau (F. subbuteo), Milan royal (Milvus milvus), Busard des roseaux (Circus aeruginosus), Saint-Martin (C. cyaenus) et cendré (C. pygargus), Bondrée apivore (Pernis apivorus).
- Avocette élégante (Recurvirostra avosetta), Chevalier sylvain (Tringa glareola), Courlis corlieu (Numenius phaeopus).

Le Courlis cendré (Numenius arquata) est un migrateur régulier dans la baie de Saint-Brieuc. Photo : Yannick Cherel.

- Labbes parasite (Stercorarius parasiticus), pomarin (S. pomarinus), Grand Labbe (S. skua).
- Mouettes mélanocéphale (Larus melanocephalus) et pygmée (L. minutus), Goéland leucophée (L. cachinnans).
- Sternes arctique (Sterna paradiseae), de Dougall (S. dougallii), pierregarin (S. hirundo) et naine (S. albifrons), Guifette noire (Chlidonias niger).
- Hibou des marais (Asio flammeus).
- Traquet motteux (Oenanthe oenanthe), Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros).
  • Les oiseaux rares et occasionnels

La baie de Saint-Brieuc, bien que méconnue sur ce plan, permet régiulièrement l'observation d'espèces remarquables au niveau régional ou national :

Phalarope à bec large (Phalaropus lobatus) en plumage d'hiver.© Photo : Cédric Denis

- Butor étoilé (Botaurus stellaris), Grue cendrée (Grus grus).
- Bernache à cou roux (Branta ruficollis) et nonette (Branta leucosis), Bernaches cravant ssp nigricans et hrota, Tadorne casarca (Tadorna ferruginea), Erismature rousse (Oxyura jamaicensis), Garrot à oeil d'or (Bucephalac langula), Fuligule milouinan (Aythya marila), Fuligule morillon (Aythya fuligula), Harles bièvre (Mergus merganser) et piette (M. albicellus).
- Chevalier stagnatile (Tringa stagnatilis), Bécasseaux tacheté (Calidris melanotos), de Baird (C. bairdii), de Temminck (C. temminckii) et facinelle (Limicola falcinellus), Phalaropes à bec large (Phalaropus fulicarius), à bec étroit (P. lobatus) et de Wilson (P. tricolor).
- Goélands à ailes blanches (Larus glaucoides) et bourgmestre (L. hyperboreus), Mouettes de Sabine (Larus sabini) et atricille (L. atricilla).
- Guifette leucoptère (Chlidonias leucopterus), Sterne hansel (Sterna nilotica).
- Mergule nain (Alle alle).
- Pouillot à grands sourcils (Phylloscopus inornatus), Bruants des neiges (Plectrophenax nivalis) et lapon (Calcarius laponicus).