Photo d'une foulque macroule. © Patrick Straub

Planète

Foulque macroule

DéfinitionClassé sous :zoologie , Râle , Gruiforme

Foulque macroule (Linnaeus 1758) - Fulica atra 

  • Ordre : Gruiformes
  • Famille : Rallidae
  • Genre : Fulica
  • Taille : 36 à 39 cm (envergure 70 à 80 cm)
  • Poids : 575 à 900 grammes selon le sexe
  • Longévité : 15 à 18 ans 

Statut de conservation UICN : LC Préoccupation mineure

Description de la foulque macroule

La foulque possède un corps arrondi, comme une poule - ce qui explique partiellement la confusion avec sa cousine - au plumage totalement noir. Elle se distingue de la poule d'eau par son bec blanc surmonté d'une plaque osseuse ou écusson, totalement blanche également. Ses pattes aux longs doigts sont vertes, et partiellement palmées. Elle ne présente pas de palmure reliant les doigts comme en possèdent les canards, mais des lobes palmés ornant chacun des trois doigts dirigés vers l'avant. L'œil est petit, rond et rouge. Les rémiges secondaires sont bordées de blanc.

Foulque macroule. © Patrick Straub

Habitat de la foulque macroule

La foulque macroule est un migrateur partiel, mais les individus qui passent l'hiver sous nos latitudes, sont grégaires et fidèles au plan d'eau qui les abrite. Pour nicher, l'oiseau recherche des surfaces d'eau présentant de petites zones ouvertes et une végétation suffisamment fournie mais aisée d'accès, où il trouvera les matériaux de construction de son nid, et de la nourriture. Elle est présente dans toute l'Europe, en Asie, en Océanie, en Amérique et en Afrique du Nord. 

Environnement type de la foulque. © T.Voekler, CC by SA 3.0

Comportement de la foulque macroule

La foulque macroule est souvent confondue avec la poule d'eau qui appartient à la même famille, et avec qui elle cohabite sur le même territoire. La foulque est un excellent plongeur qui disparaît souvent sous l'eau à la recherche de nourriture. En remontant à la surface, elle flotte comme un bouchon. Sa nage est lente est cadencée par de légers hochements de tête, et son envol laborieux. Afin de pouvoir s'élever, elle « court » sur l'eau en prenant appui sur l'élément liquide avec les lobes palmés de ses pattes. Lorsqu'elle se déplace sur les roseaux, ses larges palmes lui permettent de ne pas s'enfoncer dans l'eau. Cette aptitude lui donne l'impression de marcher sur l'eau.

Foulques courant sur l'eau. © Patrick Straub

Reproduction de la foulque macroule

Le nid de la foulque macroule est formé d'un radeau de matières végétales posé sur des herbes flottantes ou des souches affleurant la surface de l'eau. Les premières portées ont lieu fin avril et s'étalent jusqu'en juillet. La femelle pond de cinq à neuf œufs blancs légèrement mouchetés, qu'elle couve pendant trois semaines. L'éclosion des poussins s'étale sur plusieurs jours. Ils quittent le nid après quelques jours mais sont toujours encadrés par les deux parents, qui se répartissent l'éducation. Le mâle bâtit une seconde plateforme pour accueillir les jeunes dont il s'occupe, pendant que la femelle continue à couver les œufs non encore arrivés à maturité. Les jeunes qui ont la tête et le bec rouges, se nourrissent seuls au terme de quatre semaines et s'émancipent au bout de deux mois. 

Poussins de foulques. © LeoVeit, domaine public

Régime alimentaire de la foulque macroule

Essentiellement végétarienne, la foulque macroule est cependant omnivore et se nourrit également d'invertébrés lors de la belle saison. Certaines populations sont nourries par les promeneurs en hiver, qui leur proposent des graines, des morceaux de légumes, de fruits et de pain.

Foulque sur glace. © Patrick Straub

Menaces sur la foulque macroule.

Il n'existe guère de plan d'eau qui ne soit occupé par au moins un couple de foulques macroules. Leurs effectifs, l'étendue de leur répartition géographique et la grande adaptabilité de ces oiseaux, ne menacent aucunement les populations actuelles.  

Cela vous intéressera aussi