Avec cette invention, les personnes paralysées pourront communiquer plus rapidement qu'auparavant : 66 caractères par minute. © Peshkova, Fotolia

Tech

Une IA aide une personne paralysée à écrire

ActualitéClassé sous :intelligence artificielle , Elon Musk , neuralink

Écrire avec la pensée grâce à l'intelligence artificielle, c'est possible depuis quelques années, mais cette fois, il s'agit, pour l'IA, de retranscrire les pensées d'une personne paralysée qui s'imagine écrire manuellement. Une méthode beaucoup plus rapide que celle qui décrypte la pensée, lettre par lettre.

Les personnes souffrant d'une paralysie complète, suite à un accident vasculaire cérébral ou une maladie neurodégénérative, sont enfermées dans leur corps. Elles peuvent souvent parfaitement comprendre le monde qui les entoure, mais n'ont aucun moyen de communiquer avec leur entourage. Il existe différentes recherches à ce sujet qui tentent de créer des outils de communication, par exemple basés uniquement sur le mouvement des yeux.

L'une des solutions trouvées a été d'insérer des électrodes dans le cerveau. Les patients peuvent alors déplacer un curseur à l'écran pour sélectionner des lettres et ainsi écrire jusqu'à 39 caractères à la minute, un processus qui reste assez laborieux en comparaison à l'écriture manuscrite (environ 25 mots par minute, ou 125 caractères par minute).

Une IA pour reconnaître les caractères manuscrits

Dans une nouvelle expérience, des chercheurs de l'Institut de neurosciences Wu Tsai de l'université de Stanford ont demandé à un patient tétraplégique de s'imaginer écrire manuellement avec un crayon. Ils ont ainsi pu entraîner un réseau neuronal à reconnaître les caractères avec une précision de 92 % et une vitesse de 66 caractères à la minute. La majorité des erreurs proviennent de lettres avec un tracé similaire, comme « q » et « g ».

La précision de ce système d'écriture manuscrite géré par intelligence artificielle pourrait être suffisante pour permettre aux patients d'atteindre des vitesses de communication élevées. Les chercheurs pensent qu'un tel système pourrait être beaucoup plus rapide avec un meilleur entraînement, aussi bien pour le réseau neuronal que pour les patients.

Pour en savoir plus

Neuralink, l'interface cerveau-machine d'Elon Musk est prête à être connectée !

Testé avec succès sur des singes, l'implant cérébral développé par la firme d'Elon Musk permettra à terme à des personnes paralysées de piloter un ordinateur par le cerveau. Le recrutement de cobayes est lancé avec des essais sur les Humains prévus en 2020.

Publié le 21/07/2019 par Fabrice Auclert

Elon Musk, le célèbre patron du fabricant de voitures électriques Tesla, a présenté en direct sur YouTube une toute nouvelle technologie - créée par sa startup Neuralink - destinée à permettre au cerveau humain d'interagir directement avec les ordinateurs. Cet implant cérébral, qui n'est pas encore au stade des tests sur des humains, est destiné à permettre aux personnes paralysées de commander un ordinateur.

Le système final envisagé se présenterait sous la forme d'un implant sous la peau, parfaitement invisible, composé d'une ou plusieurs puces électroniques liées à de nombreux fils qui traversent le crâne pour atteindre le cerveau. Un boîtier externe serait placé derrière l'oreille, il se connecterait sans fil à l'implant pour ensuite communiquer sans fil à un autre appareil, comme un smartphone.

Des fils dix fois plus fins qu’un cheveu humain

Le premier implant cérébral sur une personne paralysée a eu lieu en 2006 sur Matthew Nagle, qui a pu jouer au jeu Pong. La technologie utilisée s'appelle BrainGate, elle a depuis permis d'autres exploits comme le contrôle de bras robotiques. Les chercheurs de Neuralink sont parvenus à créer un implant beaucoup plus évolué que les technologies actuelles.

La première avancée est au niveau des « fils » qui sont implantés. Ils utilisent un polymère très souple, ce qui leur permettra de bouger avec les mouvements naturels du cerveau, contrairement aux aiguilles rigides utilisées par la technologie BrainGate. Les fils ne mesurent que quatre à six micromètres d'épaisseur, soit dix fois moins qu'un cheveu humain. Chaque fil peut contenir 32 électrodes pour créer un système contenant jusqu'à 3.072 électrodes par matrice, distribuées sur 96 fils.

Elon Musk estime que son projet d'interface cerveau-machine pourrait changer notre civilisation. © Neuralink

Un système d’implantation robotisé

L'inconvénient des fils souples est la difficulté de les implanter dans le cerveau. La seconde avancée de Neuralink est une machine qui les implante automatiquement, à une vitesse de six fils par minute, tout en évitant les vaisseaux sanguins. Les chercheurs espèrent un jour utiliser des lasers pour créer des trous beaucoup plus fins.

Actuellement, les chercheurs travaillent sur un prototype, principalement sur des rats, qui fonctionne de manière filaire via une prise USB-C. Le produit final, baptisé « capteur N1 », devrait transmettre les données sans fil. Les chercheurs prévoient d'implanter quatre capteurs, trois dans des aires motrices du cerveau, et un dans une aire sensorielle.

Une symbiose homme-machine un jour ?

Le P-D.G. a déclaré que même dans le meilleur scénario les humains seront dépassés par l'intelligence artificielle dans le futur, et donc que cette technologie permettrait de fusionner avec l'IA. En attendant, les chercheurs ont des objectifs plus concrets, comme de permettre aux personnes paralysées d’écrire un texte à raison de 40 mots par minute.

Elon Musk a indiqué que la présentation n'était pas simplement un effet d'annonce. « La raison principale d'effectuer cette présentation est pour le recrutement » a-t-il déclaré, incitant les gens à postuler pour un emploi chez Neuralink. La firme espère avoir une autorisation pour procéder à des essais humains avant la fin de l'année prochaine. En attendant, Elon Musk a surpris ses propres chercheurs en annonçant qu'un singe avait déjà réussi à contrôler un ordinateur, un résultat qu'ils n'avaient pas prévu d'aborder dans cette présentation.


Avec Neuralink, Elon Musk veut relier nos cerveaux à des machines

Elon Musk, le patron de Tesla et SpaceX, vient de lancer une nouvelle entreprise baptisée Neuralink. Son ambition : créer une interface neuronale qui puisse, dans un premier temps, soigner des maladies telles que l'épilepsie et qui, à terme, permettrait au cerveau de communiquer directement avec un ordinateur afin de décupler nos performances intellectuelles.

Publié le 2/04/2017 par Marc Zaffagni

Après l'espace (SpaceX), les voitures électriques (Tesla) et le train subsonique (Hyperloop), Elon Musk veut maintenant s'intéresser au cerveau. Comme le rapporte le Wall Street Journal, le très prolifique entrepreneur a créé l'été dernier une nouvelle entreprise baptisée Neuralink dont le but est de parvenir à fusionner le cerveau humain avec les ordinateurs. Ce projet n'a pas encore fait l'objet d'une annonce officielle, mais Elon Musk en avait déjà dessiné les contours lors d'un entretien avec des journalistes du site Recode.

Il évoque la création d'une « troisième couche numérique » qui viendrait compléter le système limbique et le cortex et fonctionnerait en symbiose avec notre cerveau. Cette couche, qui serait superposée au cortex, est ce qu'il appelle le « neural lace » (terme popularisé par l'auteur de science-fiction Ian M. Banks), une interface cérébrale directe qui prendrait la forme d'un maillage très fin, une sorte de dentelle reliée au système vasculaire cérébral qui alimente les neurones.

Si l’entreprise Neuralink d'Elon Musk (ici en photo) n’a encore rien dévoilé de ses projets, elle a recruté plusieurs scientifiques spécialisés dans les électrodes souples et le fonctionnement du cerveau. © Dan Taylor/Heisenberg Media, CC by 2.0

Le cerveau en prise directe avec les ordinateurs

Pour Elon Musk, nous sommes déjà des cyborgs dans le sens où une partie de nous-même est projetée sous forme numérique via l'informatique, les terminaux mobiles et l'Internet, qui nous confèrent des superpouvoirs. Selon lui, la limite de cette interaction Homme-machine se situe au niveau de l'interface entrée-sortie, c'est-à-dire notre capacité à recevoir et émettre des volumes d'informations à grande vitesse. La surcouche numérique dont parle Elon Musk serait là pour faire sauter ce goulot d'étranglement et mettre l'humain en prise directe avec la machine.

Partant de là, une telle interface neuronale nous aiderait, par exemple, à ne pas nous laisser dépasser par le développement de l'intelligence artificielle en augmentant nos capacités intellectuelles à volonté. Cela nous offrirait aussi la possibilité de sauvegarder notre mémoire et nos pensées. Cette vision qui s'inscrit dans le courant transhumaniste n'est pas sans rappeler celle des dirigeants de Google.

L'idée d'Elon Musk s'inscrit dans une approche à long terme du développement d'une telle technologie ; celle-ci supposera de grands progrès dans notre connaissance du cerveau, qui demeure encore très partielle. En attendant, Neuralink aura pour mission de développer une interface neuronale à but médical, susceptible d'aider les personnes souffrant d'épilepsie ou de dépression.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview : le transhumanisme peut-il rendre l'Homme immortel ?  La course vers l’Homme augmenté est en marche. Auparavant simple fantasme, le post-humain serait, selon certains, sur le point de naître. Futura a rencontré Jean-Claude Heudin, directeur du laboratoire de recherche de l’IIM (Institut de l’Internet et du multimédia), afin qu’il nous parle plus en détail du transhumanisme.