Retrouver la parole grâce à un implant cérébral ? © Monsitj, Fotolia

Santé

Cerveau : un implant pour traduire les pensées en paroles

ActualitéClassé sous :cerveau , AVC , langage

Des chercheurs sont sur la piste d'un décodeur qui transformerait les signaux du cerveau en paroles. Il pourrait alors servir aux patients incapables de parler à cause d'un AVC ou d'une paralysie.

Les patients, privés de l'usage de la parole, dans l'incapacité de parler à cause d'un AVC ou d'une paralysie se serviront-ils un jour d'un décodeur qui transformera les signaux de leur cerveau en paroles ? C'est la piste sur laquelle travaillent des chercheurs, selon une étude publiée mercredi.

Ils ont inventé un décodeur pour reproduire des paroles synthétiques par ordinateur, à partir des signaux cérébraux qui déclenchent les mouvements correspondants dans la bouche. Présentée dans la revue Nature, cette technique n'en est qu'à ses balbutiements et sa mise en application n'est pas pour demain. Toutefois, cela fait naître l'espoir qu'elle pourrait un jour bénéficier aux patients qui savent parler mais en ont perdu la capacité.

« Notre objectif de longue date, c'est de créer une technique permettant de restaurer la communication pour des patients incapables de parler, que ce soit en raison de problèmes neurologiques comme les AVC ou de maladies comme certains cancers », explique à l'AFP l'un des auteurs de l'étude, Edward Chang, de l'université de Californie, à San Francisco.

Grâce à des mouvements des yeux ou de la tête, des dispositifs permettent déjà d'aider ces patients à composer des mots, lettre par lettre. Mais bien qu'améliorant la qualité de vie, ces systèmes sont lents, ne produisant tout au plus que 10 mots par minute, contre 150 pour la parole. L'idée des chercheurs a été d'aller puiser directement les mots à la source : dans le cerveau.

Les résultats de la voix synthétique sont étonnants

L'expérience a été menée avec cinq personnes traitées pour une épilepsie. Dans le cadre de ce traitement, des électrodes étaient placées sur le cerveau des patients qui ont été invités à lire à voix haute des phrases prédéfinies. Le but était d'identifier, grâce aux électrodes, les signaux cérébraux responsables de l'articulation des mots. Ensuite, ils ont décodé ces signaux en y associant les mouvements nécessaires à la prononciation, dans les mâchoires, la langue, les lèvres ou le larynx. Enfin, sur la base de ces mouvements, ils ont reproduit lesdites phrases par ordinateur. Toutes en anglais, ces phrases sont d'une construction simple, comme par exemple : « La preuve que tu cherches ne peut pas être trouvée dans les livres ».

Des chercheurs sont sur la piste d'un décodeur pour reproduire des paroles synthétiques par ordinateur à partir des signaux cérébraux. © Fred Tanneau, AFP, Archives

Les fichiers audio qui ont été rendus publics par les scientifiques sont étonnants : certes, la voix synthétique « avale » certains mots mais d'autres sont clairement compréhensibles, presque autant que dans la version naturelle des phrases étudiées. « Les signaux cérébraux liés aux mouvements de la parole sont en partie communs à tous les individus, assure Edward Chang. Il sera un jour possible qu'un décodeur paramétré sur un individu doué de la parole serve à un patient incapable de parler, qui pourra le contrôler grâce à sa propre activité cérébrale ».

Ce qui est plus étonnant encore est que les chercheurs ont demandé à un participant de mimer des paroles mais sans les prononcer, comme lorsqu'on chante en play-back. Bien sûr, les résultats furent moins bons qu'avec les phrases effectivement prononcées, toutefois, les scientifiques estiment qu'il est possible de synthétiser ainsi des mots par ordinateur.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

BigBrain, l’atlas 3D haute résolution du cerveau humain  La collaboration entre des scientifiques allemands et canadiens a abouti à une modélisation en 3D du cerveau humain à la résolution record de 0,02 mm, soit 50 fois mieux que ce que l’on faisait auparavant. Ce projet se nomme BigBrain, le voici en vidéo.