Un cyborg est un être humain ayant reçu des greffes d’éléments mécaniques ou électroniques. © JohanSwanepoel, Adobe Stock
Tech

Cyborg : qu'est-ce que c'est ?

DéfinitionClassé sous :robotique , organisme cybernétique , Exosquelette

Cyborg est un mot valise formé des mots anglais cybernectic et organism et désigne un organisme cybernétique, c'est-à-dire un être à la fois organique et biomécatronique. La biomécatronique est une science associant la biomécanique à la robotique et la médecine dans le but d'intégrer des éléments mécaniques dans un corps organique. Plus simplement, un cyborg est un être humain ayant reçu des greffes d'éléments mécaniques ou électroniques.

C'est d'abord dans des œuvres littéraires que le concept naît, chez Edgar Allan Poe en 1843, par exemple. Le mot lui-même est inventé en 1960 par les chercheurs Manfred Clynes et Nathan Kline, imaginant un être humain amélioré qui pourrait survivre dans des environnements extraterrestres hostiles.

Le terme est surtout utilisé en science-fiction et en futurologie. On retrouve des cyborgs dans de nombreuses œuvres littéraires (Les yeux d'Heisenberg, de Franck Herbert, le super-héros Cyborg de DC Comics) et cinématographiques (Robocop, L'homme qui valait 3 milliards, Tetsuo).

Mais, d'une certaine manière, les cyborgs existent déjà. Les personnes équipées de stimulateurs cardiaques électroniques, de prothèses, d'articulations artificielles, de systèmes d'implantation de médicaments, d'implants intra-oculaires et de peau artificielle peuvent être considérées comme des cyborgs, même si le terme peut paraître péjoratif.

 Robocop (ici l'affiche du premier film, sorti en 1987) est le personnage central de cette histoire. Un policier très gravement blessé reçoit une kyrielle d'équipements (dont ce qu'on appellerait aujourd'hui un exosquelette) qui en font un superflic. © DR

À quoi sert un cyborg ?

Que ce soit dans une œuvre de fiction ou dans la réalité, plusieurs raisons peuvent pousser un être humain à devenir un cyborg. Les prothèses et implants sont nécessaires ou récréatifs.

Les technologies cyborg peuvent être utilisées à des fins :

  • réparatrices, pour restaurer des fonctions perdues, remplacer des organes et des membres manquants ;
  • normalisantes, pour ramener certaines personnes à une normalité indiscernable ;
  • ambiguës et reconfigurantes, en créant des êtres post-humains ;
  • d'amélioration.

Elles sont aujourd'hui utilisées par la médecine, la recherche militaire, le sport et l'art.

Le futur de la robotique est un sujet qui résonne comme de la science-fiction. Naguère issus de l'imagination, l’androïde ou le cyborg sont aujourd’hui des entités réalisables par la science. Dans cette interview, le directeur du laboratoire de recherche de l’Institut international du multimédia, Jean-Claude Heudinous, expose les défis qu’il faudra relever pour créer les robots de demain. © Futura-Sciences

Comment fonctionne un cyborg ?

Un cyborg est essentiellement un système homme-machine dans lequel, soit l'homme contrôle volontairement les éléments cybernétiques (une main robotique, un exosquelette), soit ces éléments fonctionnent de manière indépendante (un pacemaker). Ils fonctionnent de manière mécanique ou électronique. L'intégration d'éléments cybernétiques se fait généralement lors d'une opération chirurgicale.

Il existe des dizaines de technologies différentes derrière les implants et prothèses faisant d'un être humain un cyborg. En voici quelques exemples...

Le « bras de Luke »

Créée par Mobius Bionics et nommée d'après le personnage de Star Wars, Luke Skywalker, cette prothèse avancée confère à son utilisateur le sens du toucher. Des capteurs électroniques reçoivent des signaux des muscles du porteur que le dispositif traduit ensuite en mouvements physiques. Le porteur peut manipuler plusieurs articulations à la fois grâce à des interrupteurs qu'il peut contrôler avec ses pieds.

Le robot Virob

Le robot Virob est un micro-robot capable de circuler à travers les vaisseaux sanguins pour injecter une dose prédéfinie de médicament à un organe précis. Il utilise pour cela des ondes électromagnétiques inoffensives.

L’antenne de Neil Harbisson

L'artiste Neil Harbisson est daltonien. Il a mis au point une antenne électronique montée à l'arrière de son crâne qui transforme les fréquences de la lumière en vibrations. Son cerveau les interprète comme un son, ce qui lui permet « d'entendre la couleur ».

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview : le transhumanisme peut-il rendre l'Homme immortel ?  La course vers l’Homme augmenté est en marche. Auparavant simple fantasme, le post-humain serait, selon certains, sur le point de naître. Futura a rencontré Jean-Claude Heudin, directeur du laboratoire de recherche de l’IIM (Institut de l’Internet et du multimédia), afin qu’il nous parle plus en détail du transhumanisme. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !