La robotique inspirée de la nature

DossierClassé sous :robotique , technologie , Biologie

En 1960 naît une discipline nommée la « bionique », marquant officiellement l’intérêt des scientifiques pour les innombrables astuces découvertes par les systèmes vivants au cours de leur évolution. Le terme vient de la contraction de « biologie et technique » ou « biologie et électronique ». Ce terme est maintenant remplacé par la « bioinspiration ».

  
DossiersLa robotique inspirée de la nature
 

La nature inspire les chercheurs, elle leur permet de concevoir des robots bio-inspirés qu'ils nomment « animats » pour trouver des solutions à des problèmes techniques ou pour accroître les connaissances sur les animaux.

Savoir s'inspirer de la nature. © Photolinc - Shutterstock
Agnès Guillot, Jean-Arcady Meyer et Psikharpax, le robot-rat. © DR

Un aperçu des procédés bioniques réalisés

Agnès Guillot, psychophysiologiste et anciennement chercheuse à l'Institut des systèmes intelligents et de robotique (ISIR), présente un tour d'horizon des procédés bioniques réalisés. 

Un précédent dossier (La robotique de A à Z) montre comment l'échec de l'intelligence artificielle des années 1950 (nommée depuis la « GOFAI » : Good Old Fashion Artificial Intelligence) en matière de robotique a incité des chercheurs à prendre une voie radicalement différence en s'inspirant, non pas de l'intelligence complexe de l'Homme, mais des capacités adaptatives d'animaux de toute espèce.

Ce dossier vise à illustrer quelques-unes de ces avancées.

À lire aussi sur Futura :