Tech

De la recherche appliquée dans l'assistance aux humains

Dossier - La robotique inspirée de la nature
DossierClassé sous :robotique , technologie , Biologie

En 1960 naît une discipline nommée la « bionique », marquant officiellement l’intérêt des scientifiques pour les innombrables astuces découvertes par les systèmes vivants au cours de leur évolution. Le terme vient de la contraction de « biologie et technique » ou « biologie et électronique ». Ce terme est maintenant remplacé par la « bioinspiration ».

  
DossiersLa robotique inspirée de la nature
 

Une folie humanoïde s'est répandue dans de nombreux laboratoires dans le monde afin de cohabiter avec les humains dans leurs tâches professionnelles ou privées.

L'assistance aux ouvriers

Ainsi Baxter, de la société Rethink robotics, est un cobot, c'est-à-dire un robot collaboratif, qui ne remplace pas mais qui assiste des ouvriers dans les usines. Ceux-ci peuvent lui apprendre très facilement à réaliser certains gestes en les appliquant directement à ses bras. Si Baxter ne « comprend » pas, l'écran qui lui sert de visage montre un froncement de sourcils. S'il comprend, il hoche la tête. Répandu dans de nombreuses usines, il est destiné plutôt aux PME et PTE.

Baxter, un robot collaboratif. © Rethinkrobotics, DR

L'assistance aux médecins

Le robot japonais Simroid de la société Morita assiste les étudiants dentistes. Ce mannequin très réaliste peut posséder tous les problèmes dentaires (caries, kystes, implants) et est capable de gestes brusques, de réagir en gémissant et de saliver.

Le robot Simroid, un mannequin réaliste. © 2018 J. Morita Corp. DR

Dans le même type d'applications, citons les robots bébé, enfant, adolescent et adulte de l'université de Chicago qui permettent aux chirurgiens débutants ou chevronnés de tester des opérations classiques ou des innovations médicales.

L'assistance aux seniors

À cause du vieillissement de la population dans tous les pays développés et de la très lucrative « Silver economy », les laboratoires font une course effrénée aux robots censés remplacer des aides à la personne. Les robots japonais Pepper et français Kompaï en sont quelques représentants.

Pepper est capable de reconnaître les visages, les émotions qu'ils expriment, et d'adapter son comportement en conséquence. Il apprend les habitudes des personnes qu'il côtoie et leur adresse des discours adéquats. Il a déjà été adopté avec succès dans plusieurs familles. Cependant quelques défauts se sont révélés lorsqu'il a été embauché dans des magasins ou hôpitaux car il était incapable de résoudre le fameux problème dit de « l'effet cocktail party » : reconnaître une voix parmi le brouhaha du bruit ambiant ou des conversations.

Pepper se présente aussi comme un surprenant assistant pour les équipes des Senioriales. © Hoomano, DR

Une nouvelle version de Kompai est en préparation dans une entreprise du pays basque français. Circulant dans l'appartement d'une personne âgée, il alerte des médecins ou des proches lors de chute, rappelle les prises de médicaments, mesure la fréquence de leurs respiration, permet de conserver de visu des contacts avec des personnes éloignées, bref, vise à permettre aux seniors de rester autonomes dans leurs appartements.