Sur la Terre, dans la nature, la même eau circule en permanence entre de grands réservoirs, c'est pourquoi on parle de « cycle de l’eau ».

Dans la nature, lorsqu'elle est chauffée par le soleilsoleil, l’eau des rivières, des lacs et des océans s'évapore. La vapeur d’eau qui se forme ainsi rejoint l'atmosphèreatmosphère. Plus elle monte en altitude, plus elle refroidit.

Elle finit par se condenser pour former des nuagesnuages de gouttelettes d’eau de pluie liquideliquide ou de cristaux de glace. Cette eau redevenue liquide (ou solidesolide) retombe ensuite vers la surface de la TerreTerre et le cycle reprend.

Cycle de l'eau : entre évoparation et évapotranspiration

Sur les continents, deux options s'offrent à l'eau qui tombe sous forme de pluie ou de neige :

  • ruisseler sur le sol, en direction du point le plus bas des environs pour finir dans les rivières et reprendre le cycle de l'eau évoqué plus haut ;
  • s'infiltrer dans le sol.

Une grande partie de l'eau infiltrée s'évapore ensuite, lorsque le soleil brille ou que le ventvent souffle :

  • directement lorsque l'eau se trouve en surface ou dans un sol nu ;
  • en empruntant le réseau des racines et des feuilles lorsque le sol est planté de végétation.

L'eau retourne ainsi à l'atmosphère par le biais d'un phénomène nommé « évapotranspiration ».

Le cycle naturel de l'eau jusqu'aux nappes phréatiques

Une autre partie de l'eau infiltrée sert à alimenter les nappes phréatiques. Pendant la période froide de l'année notamment, le sol se charge en eau et celle-ci s'infiltre profondément jusqu'à être hors d'atteinte du phénomène d'évapotranspiration. Depuis la nappe phréatique, l'eau rejoint ensuite les ruisseaux puis les rivières qui elles-mêmes se jettent plus loin dans les mers et les océans. Le cycle évoqué plus haut reprend son cours.