Amerrissage du Crew Dragon de SpaceX qui ramène l'équipage d'Axiom-1 sur Terre. © Nasa
Sciences

L'équipage d'Axiom-1 est enfin revenu sur Terre

ActualitéClassé sous :vols habités , station spatiale internationale , tourisme spatial

[EN VIDÉO] ISS : incroyable visite guidée de la Station spatiale  L’astronaute américain Randy Bresnik partage son regard sur les coulisses de la Station spatiale, et veut nous montrer sa beauté intérieure. 

Les spatiotouristes d'Axiom Space sont retournés sur Terre. Après un séjour dans l'espace qui aura duré plus longtemps que prévu, l'équipage a été ramené sur la terre ferme à bord d'une capsule Crew Dragon de SpaceX. La Nasa a d'ores et déjà donné son feu vert à une seconde mission d'Axiom Space qui, avec cette première réussie, ouvre une nouvelle ère.

Après avoir passé plus de deux semaines à bord de la Station spatiale internationale, l'équipage d'Axiom-1 est retourné sur Terre. Larry Connor (États-Unis), Mark Pathy (Canada), Eytan Stibbe (Israël), qui ont tous les trois réussi dans le monde des affaires, accompagnés de Michael López-Alegría, ancien astronaute de la Nasa et vice-président d'Axiom Space, sont rentrés en bonne santé et ravis de leur séjour dans l'espace. Ils étaient à bord de l'ISS depuis le 9 avril. 

17 jours en orbite

Alors qu'ils ne devaient séjourner « que » huit jours à bord du complexe orbital, les mauvaises conditions météorologiques présentes au-dessus et au large de la Floride ont empêché un retour dans les délais. Initialement, il était prévu qu'ils quittent la Station spatiale le 17 avril. Finalement, ils ont passé 15 jours à bord de l'ISS et 17 jours au total en orbite

Sept cosmonautes et astronautes restent actuellement à bord de la Station : trois Américains, un Allemand ainsi que trois Russes.

Pour en savoir plus

L'équipage d'Axiom-1, qui inaugure une nouvelle ère, rentre sur Terre

Article de Rémy Decourt publié le 20/04/2022

Après une mission réussie de plusieurs jours à l'ISS, l'équipage d'Axiom-1 s'apprête à retourner sur Terre aujourd'hui, à bord d'un Crew Dragon de SpaceX. La capsule doit atterrir dans l'océan, au large de la Floride, à 21 h 24, heure de Paris. Cette mission inédite ouvre une nouvelle ère.

Arrivés à bord de la Station spatiale internationale (ISS) le 9 avril, les quatre membres d'équipage d'Axiom-1 sont en vol pour retourner sur Terre. Ils ont quitté le complexe orbital tôt ce matin, à 03 h 45 (heure de Paris) et devraient atterrir au large des côtes de la Floride aux alentours de 21 h 24. Composé de Larry Connor (États-Unis), Mark Pathy (Canada), Eytan Stibbe (Israël) et Michael López-Alegría, ancien astronaute de la Nasa et vice-président d'Axiom Space, cet équipage était le premier entièrement privé à avoir séjourné à bord du complexe orbital.

Une envie d’engagement...

Pour donner un sens à leur mission, ces trois spatio-touristes ont participé à des projets de recherche et philanthropiques et réalisés plusieurs expériences, totalisant une centaine d'heures de recherche, principalement dans les domaines de la technologie et de la médecine. Avant leur départ, l'équipage d'Axiom-1 s'est astreint à un entraînement de plusieurs mois et chaque spatio-touriste a préparé avec les scientifiques concernés chacune des expériences réalisées à bord du complexe orbital.

Eytan Stibbe lors de l'expérience Flute. © Nasa

...et une contribution scientifique significative

En finançant la réalisation de chacune de ces expériences à bord du complexe orbital, Larry Connor, Mark Pathy et Eytan Stibbe ont apporté une contribution tout de même assez significative à la science et à la recherche. Pour comprendre la portée de leur contribution il faut garder à l'esprit que la réalisation d'expériences à bord de l’ISS, en gravité quasi-zéro, est le Graal pour de nombreuses équipes scientifiques. Or, les opportunités sont rares et la liste d'attente se compte en années ! Pour les expériences concernées, l'exploitation des données scientifiques engrangées doit permettre une progression importante des travaux. Pour les chercheurs, cette nouvelle opportunité ouvre une nouvelle ère.

Cela dit, il est évidemment important de différencier les astronautes privés des touristes spatiaux. Et quoi que l'on pense du tourisme spatial, dont les vols sont facturés tout de même plusieurs dizaines de millions de dollars, on est encore loin des séjours spatiaux pour Monsieur Tout-le-Monde.


Le télescope du futur se prépare entre les mains des touristes de la Station spatiale

Article de Rémy Decourt publié le 17/04/2022

Les touristes d'Axiom-1 (Ax-1) ne sont pas à bord de la Station spatiale pour faire seulement du tourisme ! Ils réaliseront des dizaines d'expériences dont certaines sont d'un très grand intérêt, voire susceptibles d'avancées très significatives. On peut citer l'expérience Flute que l'Israélien Eytan Stibbe effectuera. Elle doit démontrer la faisabilité de produire en microgravité des lentilles en façonnant des liquides, ce qui pourrait ouvrir la voie à la fabrication de miroir de télescopes spatiaux de très grande taille, bien plus grand que le James-Webb par exemple.

Dans un précédent article, nous précisions que les spatio-touristes d'Axiom-1 venaient à bord de la Station spatiale internationale (ISS) pas seulement pour faire du tourisme. Mais pour y vivre et travailler comme des « vrais » ! C'est-à-dire comme des astronautes professionnels. Larry Connor (États-Unis), Mark Pathy (Canada), Eytan Stibbe (Israel), qui ont tous les trois réussi dans le monde des affaires, prennent donc leur rôle d'opérateur très au sérieux. Contrairement aux astronautes professionnels, rémunérés pour vivre et travailler à bord de l'ISS, tous trois ont financé leur voyage et payé pour travailler à bord ! Et pas qu'un peu. Chacun a plus ou moins déboursé la somme de 55 millions de dollars.

Comme le souligne à juste titre Axiom Space, la mission Ax-1 « inaugure une nouvelle phase d'utilisation de l'orbite basse et de la microgravité par des entités non gouvernementales ».

Une photo de famille avec Crew 67, l'équipage à bord de l'ISS et les quatre spatio-touristes d'Axiom Space (mission Ax-1) qui sont arrivés ce week-end. Notez que question parité, il y a encore un peu de chemin à parcourir : une seule femme astronaute parmi 10 astronautes, cosmonautes et spatio-touristes masculins. © Nasa

Cela dit, bien évidemment, ils ne sont pas astreints aux tâches les plus délicates liées à la maintenance du complexe orbital et ne sortiront pas dans l'espace pour réparer du matériel défectueux ou installer des équipements. Par contre, ils se sont volontairement pliés à un intense programme avec une multitude d'expériences à réaliser, dont certaines sont très innovantes et d'un très grand intérêt, tant sur le plan scientifique que technologique. Toutes les  expériences d'Ax-1 ont passé le filtre de la Nasa et de l'Agence spatiale européenne.

Une expérience pour jeter les bases d'une technologie majeure pour l'astronomie du futur

Parmi toutes les expériences en cours ou qui restent à réaliser, citons Flute (Fluidic Telescope Experiment) qu'a en charge Eytan Stibbe. Conçue par des chercheurs de l'Institut de technologie d'Israël (le Technion) et des chercheurs des centres Ames et Goddard de la Nasa, Flute a des objectifs passionnants. Elle doit démontrer la possibilité de tirer parti de la microgravité pour produire des lentilles en façonnant des liquides selon les géométries souhaitées, puis en les solidifiant. En termes plus simples, injecter un liquide qui peut se solidifier dans des montures, quelle que soit la forme. Si cette expérience réussit, elle pourrait ouvrir la voie à la fabrication de composants optiques inédits à usage terrestre, mais aussi jeter les bases de télescopes spatiaux avec des miroirs, de très, très grande taille.

Concept exploratoire d'un observatoire spatial utilisant un miroir fabriqué à partir d'un liquide. © Nasa, Centre Ames

Pour l'heure, il s'agit de science-fiction mais la Nasa y croit à un horizon au-delà de 2050. Dans un récent communiqué, le centre de recherche Ames de la Nasa souligne que s'il est possible d'utiliser dans l'espace (microgravité) des fluides pour créer des lentilles, alors il sera possible d'envisager des télescopes de 10 à 100 fois plus grands que ceux en service (Hubble, James-Webb...) ou en projet (Luvoir, Habex...).

Bon, nous en sommes encore loin mais il faut bien un début à tout ! Comme le souligne Edward Balaban, chercheur principal de l'expérience Flute au centre Ames, si l'expérience est « couronnée de succès, ce sera la première fois qu'un composant optique est fabriqué dans l'espace. C'est un peu comme entrer dans l'histoire ».


Événement : suivez le lancement par SpaceX du premier équipage privé pour une mission dans la Station spatiale

Article de Rémy Decourt publié le 08/04/2022

La répétition de chronologie avec remplissage du lanceur SLS étant terminée, le lancement du premier équipage privé à destination de la Station spatiale internationale peut avoir lieu. Si tout se déroule comme prévu, les quatre membres de cet équipage embarqueront à bord d'un Crew Dragon de SpaceX et s'envoleront ce vendredi à 17 h 17 (heure de Paris).

On change d'époque avec l'ouverture d'un nouveau chapitre de l'exploration habitée. Plus de 20 ans après Expedition 1 en octobre 2000, qui a donné le coup d'envoi à l'occupation permanente de la Station spatiale internationale, c'est aujourd'hui que SpaceX doit lancer la mission habitée Axiom-1 (Ax-1) à destination de l'ISS. À bord, Larry Connor (États-Unis), Mark Pathy (Canada), Eytan Stibbe (Israel) et Michael López-Alegría, ancien astronaute de la Nasa qui fera office de commandant. C'est donc un équipage entièrement privé qui doit rejoindre la Station pour une mission de plusieurs jours. Si ce n'est pas la première fois que des touristes montent et séjournent à bord du complexe orbital, c'est la première fois qu'ils ne sont pas accompagnés d'un astronaute professionnel en service pour les encadrer.

Les quatre membres de la mission Ax-1, premier équipage entièrement privé à séjourner à bord de la Station spatiale internationale. De gauche à droite, les Américains Michael López-Alegría et Larry Connor, le Canadien Mark Pathy et l'Israélien Eytan Stibbe. © SpaceX, Axiom Space

Le lancement du Crew Dragon, à bord d'un lanceur Falcon 9 est prévu à 17 h 17 (heure de Paris) depuis le pas de tir 39A du Centre spatial Kennedy de la Nasa.

Suivez en direct le lancement de la mission Ax-1. © SpaceX

Si la Nasa a autorisé cette mission, c'est que les garanties apportées par Axiom sur le sérieux de la préparation de l'équipage l'ont convaincue. Mais pas seulement. L'équipage d'Ax-1 sera encadré par Michael López-Alegría, vice-président d'Axiom Space. Une vieille connaissance de la Nasa. À 63 ans, cet ancien de la Nasa a déjà à son actif près de 258 jours dans l'espace et 10 sorties extravéhiculaires. Il a participé à trois missions avec la navette spatiale américaine et effectué un séjour dans l'ISS. Autre connaissance de la Nasa, le fondateur d'Axiom Space, Michael Suffredini qui n'est autre que l'ancien responsable du programme de la Station spatiale à la Nasa de 2005 à 2015 !

Trois spatio-touristes qui viennent aussi pour travailler

Fort de l'expérience de ces deux anciens de la Nasa, l'équipage a pu s'entraîner et se préparer dans d'excellentes conditions. Depuis août 2021, il s'est préparé dans plusieurs installations de la Nasa, notamment celles du Centre spatial de Johnson à Houston, où s'entraînent les astronautes de la Nasa. La formation reçue par chacun des membres d'Ax-1 leur a permis de se familiariser avec l'utilisation courante de l'ISS, les installations scientifiques à bord du complexe orbital et les procédures d'urgence. Ils ont également reçu une formation dispensée par SpaceX dans ses installations de Hawthorne, en Californie. Cette formation leur a permis de se familiariser avec le fonctionnement de la capsule Crew Dragon.

L'équipage d'Ax-1 devrait séjourner à bord de l'ISS pendant huit jours. Larry Connor, Mark Pathy et Eytan Stibbe qui ont payé chacun environ 55 millions de dollars leur séjour ne feront pas que regarder la Terre depuis la coupole. Avec des chercheurs et scientifiques, ils se sont préparé un programme relativement dense, plus d'une centaine d'heures de recherche et d'expérimentation, principalement dans le domaine de la technologie et de la médecine. Ils réaliseront également des activités de sensibilisation et commerciales et mèneront des projets plus personnels et philanthropiques.

Au premier plan, le lanceur Falcon 9 de la mission Axiom-1, premier équipage entièrement privé à rejoindre la Station spatiale internationale. À l'arrière-plan, le lanceur SLS de la Nasa lors de la répétition de chronologie avec remplissage du lanceur. © Nasa, Joel Kowsky

Quant à Michael López-Alegría, qui connaît les lieux, il s'attardera au module Harmony. C'est en effet à cet endroit que doit s'amarrer en 2024 le premier module du segment Axiom de l'ISS. Deux autres modules ainsi qu'une coupole d'observation devraient suivre. Un module, qui fera office, entre autres, de studio de cinéma pour le film que doit tourner l'acteur américain Tom Cruise, est également prévu.

Le segment Axiom sera détaché de l'ISS en 2028 et deviendra une station spatiale autonome.


Le premier équipage privé va s'envoler pour la Station spatiale le 6 avril

Article de Rémy Decourt publié le 02/04/2022

Petit contretemps pour AX-1, la première mission commerciale d'Axiom à destination de la Station spatiale internationale. SpaceX, qui fournit le transport, a décalé le lancement de quelques jours le temps d'effectuer des vérifications de dernière minute. Ce vol historique - il s'agit du premier équipage entièrement privé à rejoindre et séjourner à bord du complexe orbital - décollera le 6 avril.

Le premier équipage entièrement privé qui doit séjourner à bord de la Station spatiale internationale devra attendre quelques jours de plus avant de décoller à bord d'un Crew Dragon de SpaceX pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS). Initialement prévu il y a quelques jours, le décollage d'AX-1, c'est le nom de la mission, est aujourd'hui prévu au plus tôt le 6 avril.

Cette mission commercialisée par Axiom Space a comme particularité que ses quatre membres d’équipage partent tous en tant que privé. Elle ne compte donc aucun astronaute professionnel en service dans une agence spatiale pour encadrer la mission et accompagner les clients d'Axiom. Cela dit, l'équipage d'AX-1 ne sera évidemment pas livré à lui-même. Il sera dirigé par Michael López-Alegría, vice-président d'Axiom Space. À 63 ans, cet ancien de la Nasa a déjà à son actif près de 258 jours dans l'espace et 10 sorties extravéhiculaires. Il a participé à trois missions avec la navette spatiale américaine et effectué un séjour dans l'ISS.

Comme des « vrais »

Michael López-Alegría sera donc accompagné de trois membres d'équipage. Il y a le pilote du Crew Dragon, Larry Connor, et des spécialistes de missions Mark Pathy et Eytan Stibbe. Dit comme cela, on pourrait penser avoir à affaire à des astronautes professionnels d'une ou plusieurs agences spatiales ! Mais ces trois privés sont bien des spatiotouristes et ils ont tous voulu donner un sens à leur mission. Ils se sont donc entraînés et préparés comme les « vrais » et réaliseront un programme de recherche préparé avec des agences ou des scientifiques ainsi qu'à des projets philanthropiques.

Leur séjour est prévu pour durer huit jours dans le segment américain de la Station spatiale. On se doute bien qu'ils ne seront pas cantonnés aux seuls modules américains...


Avec Axiom et SpaceX, la Station spatiale internationale va devenir tendance !

Article de Rémy Decourt publié le 06/06/2021

Le tourisme spatial à destination de la Station spatiale internationale s'accélère. Après l'annonce en début d'année d'une première mission habitée commerciale et touristique, SpaceX et Axiom Space ont conclu un nouvel accord qui prévoit trois autres vols habités à bord du Crew Dragon à destination du complexe orbital d'ici fin 2023. En parallèle, Axiom planche sur sa propre station spatiale dont le premier module pourrait être raccordé à l'ISS dès 2024.

Axiom Space vient de signer un nouveau contrat de lancement avec SpaceX portant à quatre le nombre de missions habitées qui seront lancées à destination de la Station spatiale internationale d'ici 2023. Ces missions seront réalisées par le Falcon 9 et le Crew Dragon de SpaceX. Ax-1, la première mission d'Axiom, annoncée en mars 2020, a déjà été approuvée par la Nasa et devrait être lancée vers l'ISS au plus tôt en janvier 2022. À terme, Axiom souhaite proposer jusqu'à deux vols privés vers l'ISS par an.

Chaque mission emportera trois clients et un astronaute professionnel. Pour Ax-1, l'astronaute professionnel sera Michael López-Alegría. À 63 ans, cet ancien de la Nasa a déjà à son actif près de 258 jours dans l'espace et 10 sorties extravéhiculaires. Il a participé à trois missions avec la navette spatiale américaine et effectué un séjour dans l'ISS. Si Axiom Space n'a pas dévoilé le nom des trois premiers passagers, en plus d'un millionnaire israélien, on cite l'acteur Tom Cruise et le réalisateur Doug Liman.

Fondée en 2016, cette start-up se présente comme un fournisseur de services complets pour des missions orbitales destinées à des astronautes privés, des touristes mais aussi des chercheurs qui pourraient monter à bord de l'ISS pour réaliser leur propre expérience ou des acteurs pour réaliser des scènes d'un film ! Son offre comprend notamment la formation, le transport et la planification des missions.

Un véhicule Crew Dragon de SpaceX en phase finale d'amarrage à l'ISS. © Nasa

Une station commerciale en développement

Axiom Space devient un acteur majeur de la commercialisation et l'utilisation du complexe orbital. Cette privatisation de l'ISS est encouragée par la Nasa. Le but de l'agence et de ses partenaires est de développer une véritable économie en orbite basse autour de l'ISS, en s'appuyant sur les entreprises et start-up du New Space, dont SpaceX et Axiom Space notamment.

Axiom Space a également levé plus de 130 millions de dollars pour développer une station spatiale qui sera d'abord rattachée à l'ISS avant de devenir indépendante. Les modules de cette station commerciale seront réalisés par Thales Alenia Space, avec un premier lancement dès 2024. Les deux premiers éléments qui seront lancés sont le nœud de jonction Node 1 (AxN1) et le module d'habitation (AxH). Le but d'Axiom Space est de rendre autonome sa station et de la séparer de l'ISS d'ici dix ans.

Usinage d'une des quatre premières cloisons radiales pour le premier module central de la station spatiale commerciale d’Axiom qui sera réalisée par Thales Alenia Space. Ces parois constitueront la base structurelle sur laquelle seront installés les ports d’amarrage radiaux et leurs écoutilles au standard CBM (Common Berthing Mechanism), déjà utilisé pour connecter entre eux les modules de la Station spatiale internationale. © Thales Alenia Space
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !