Projet de Station spatiale privée d'Axiom. © Axiom

Sciences

Thales Alenia Space va construire les deux premiers modules d'Axiom pour la Station spatiale internationale

ActualitéClassé sous :station spatiale privée , Thales Alenia Space , Axiom Space

Thales Alenia Space réalisera deux modules pressurisés du segment Axiom de la Station spatiale internationale. Ces deux modules seront fixés au module Harmony - ou nœud de jonction Node 2 -, créant ainsi un nouvel espace réservé à Axiom Space qui pourra commercialiser cette partie habitée de l'ISS.

En janvier dernier, dans le cadre de son programme NextStep destiné à ouvrir davantage l'orbite basse au secteur privé, la Nasa a retenu la proposition d’Axiom, une startup créée en 2016, pour fournir, à partir du second semestre 2024, de nouveaux modules habitables commerciaux. Ce nouveau segment de la station, baptisé « segment Axiom » augmentera le volume utilisable et habitable de la Station spatiale internationale (ISS). Il comptera environ six modules habitables et une coupole d'observation de la Terre.

Hier, Axiom a choisi Thales Alenia Space pour la réalisation des premiers modules pressurisés du segment Axiom, situé à l'avant de la de l'ISS. Ces deux premiers éléments sont le nœud de jonction Node 1 (AxN1) et le module d'habitation (AxH). Ils seront fixés au nœud de jonction Harmony (Node 2), également construit par Thales Alenia Space au début des années 2000. L'entreprise européenne sera responsable de la conception, du développement, de l'assemblage et des tests de la structure primaire ainsi que du système de protection contre les micrométéorites et les débris pour ces deux premiers éléments du segment Axiom.

Le segment Axiom de la Station spatiale internationale qui pourrait compter jusqu'à six modules et une coupole d'observation de la Terre. Les deux premiers modules de ce segment, le nœud de jonction Node 1 (AxN1) et le module d'habitation (AxH), seront réalisés par Thales Alenia Space. © Axiom

Dès que le segment d'Axiom entrera en service, Axiom proposera à des astronautes professionnels et privés de réaliser jusqu'à deux vols par an vers la Station spatiale internationale, le premier étant prévu en octobre 2021, tout en développant en parallèle les éléments de sa propre station spatiale. Lorsque l'ISS arrivera en fin de vie, dans le courant de la décennie 2030, le segment Axiom se détachera et fonctionnera comme une station spatiale commerciale en vol libre.

De l’ISS aux futures stations spatiales

Le choix de Thales Alenia Space (TAS) n'a rien de surprenant. L'entreprise européenne est le leader des infrastructures spatiales habitées, fournissant déjà plus de la moitié des éléments pressurisés de la Station spatiale internationale dont les Node 2 et 3, la structure du laboratoire européen Columbus, les modules logistiques polyvalents (MPLM), le module logistique permanent (PPM) et la Cupola. De plus, après avoir fourni le module de fret de l'ATV, TAS fournit le module pressurisé du cargo spatial Cygnus, qui sert à ravitailler la Station spatiale internationale.

Thales Alenia Space est également partenaire de Dynetics, une des trois entreprises en compétition pour fournir à la Nasa l'atterrisseur lunaire des missions habitées Artemis. Si le projet de Dynetics est retenu, TAS sera en charge de la conception de la cabine pressurisée, lieu de vie de l'équipage comprenant la structure primaire, l'écoutille et la porte d'accès aux activités extravéhiculaires, les fenêtres et les protections thermiques et antimicrométéorites. Enfin, Thales Alenia Space est pressenti pour réaliser le module d'habitation (International Habitation Module) du Gateway, au titre de la participation de l'Agence spatiale européenne à cette station lunaire sous-maîtresse d'œuvre de la Nasa.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !